Citations sur la douleur

Une collection de citations sur le thème de mort, maladies, souffrance, douleur.

Meilleures citations sur la douleur

Mordecai Roshwald photo

„La douleur physique n'à rien d'universel; c'est la plus intime des expériences.“

—  Mordecai Roshwald écrivain 1921 - 2015

, 1959

John Lennon photo

„Dieu est un concept / Par lequel nous pouvons mesurer / Notre douleur“

—  John Lennon auteur-compositeur-interprète britannique 1940 - 1980

God is a concept / By which we can measure / Our pain
en

Comte de Lautréamont photo

„La vraie douleur est incompatible avec l'espoir.“

—  Comte de Lautréamont, Poésies I

Poésies I, 1870

Joachim du Bellay photo

„Il n’est si grande douleur qu’une douleur muette.“

—  Joachim du Bellay, livre Les Regrets

Remaniement du vers originel : [Et n’est si grande douleur qu’une douleur muette] .
Les Regrets

Alexandre Dumas photo

„Le cœur de la meilleure femme est impitoyable pour les douleurs d'une rivale.“

—  Alexandre Dumas, livre The Three Musketeers

Les Trois Mousquetaires, 1844

„L'argent est impuissant contre la douleur.“

—  William Hjortsberg écrivain américain 1941 - 2017

Angel Heart, 1978

Napoleon Hill photo

„Chaque difficulté porte en elle le germe d'un avantage équivalent ou supérieur.“

—  Napoleon Hill écrivain américain 1883 - 1970

Le pouvoir de la persuasion, Votre clé vers la réussite, 1970

Cormac McCarthy photo

„La communion la plus profonde est celle de la douleur.“

—  Cormac McCarthy, livre De si jolis chevaux

De si jolis chevaux, 1992

George Orwell photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Ernest Hemingway photo

„Écrivez avec force et avec clarté ce qui fait mal.“

—  Ernest Hemingway écrivain, journaliste et correspondant de guerre américain 1899 - 1961

Toutes citations sur la douleur

Un total de filtre 153 citations:

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Arthur Schopenhauer photo
Anne Brontë photo
Alexandre Dumas fils photo
Stendhal photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Bob Marley photo
Edward Bunker photo
Paul Valéry photo
Marcel Proust photo
Jacques Ellul photo
Anne Calife photo

„Dans le noir, longtemps, j'avais repensé à la peau blanche de la petite fille, à ses pupilles élargies de douleur. Le jour perçait. Dehors, les arbres formaient des boules blanches contre le vert de la plaine. Pourquoi les fleurs s’ouvrent-elles à même le bois noir et nu?“

—  Anne Calife littératrice française, romancière et dramaturge, a été aussi professeur de sciences médico-sociales 1966

Anne Calife sous le nom de Anne Colmerauer, La déferlante, 2003, Anne Calife, Paul et le chat, 2004

Simone Weil photo
Charles Baudelaire photo
Franz Werfel photo

„Seuls, les peuples persécutés et oppressés sont aussi bons conducteurs de la douleur.“

—  Franz Werfel écrivain autrichien 1890 - 1945

, 1933

Paul Lafargue photo

„Notre époque est, dit-on, le siècle du travail; il est en effet le siècle de la douleur, de la misère et de la corruption.“

—  Paul Lafargue personnalité politique française, journaliste et socialiste 1842 - 1911

Le Droit à la paresse, 1880

Théophraste photo
Emma Goldman photo

„Je demande seulement à Dieu la force d'en haut, parce que je ressens une grande douleur dans ma poitrine“

—  Brenda Castillo volleyeuse dominicaine 1992

Sólo le pido a Dios fortaleza desde lo alto, porque siento un gran dolor en mi pecho
es
Après la perte de sa grossesse.

Jerzy Popiełuszko photo
Samuel Beckett photo
Robert Patrick photo

„Pas la peine de répliquer; quoi qu'on me dise en ce moment pourrait tout aussi bien être écrit sur une courge en décomposition. Le cerveau s'en va en premier, tu sais — sauf les parties dédiées à la douleur, qui sont de toute évidence invincibles.“

—  Robert Patrick auteur dramatique, parolier, acteur et metteur en scène 1937

Don't bother to answer back. Anything said to me at this point might as well be written on a decomposing squash. The brain goes first, you know -- except the portions dedicated to pain, which are apparently immune.
en
Untold Decades: Seven Comedies of Gay Romance (1988)

James Dickey photo
André Breton photo
Pierre Schoendoerffer photo
Amélie Nothomb photo

„Tu as rendu quelqu'un heureux en étant claire. Il faut oser dire non. Il n'y a rien de gentil à laisser de faux espoirs. L'ambiguïté est la source de la douleur, etc.“

—  Amélie Nothomb, livre Ni d'Ève ni d'Adam

Propos relatif à la demande en mariage de Rinri
Ni d'Ève ni d'Adam, 2007
Variante: Tu as rendu quelqu'un heureux en étant claire. Il faut oser dire non. Il n y a rien de gentil à laisser de faux espoirs... L’ambiguïté est la source de douleur...

Marguerite Yourcenar photo

„[…] il [Zénon] savait fort bien qu'il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui, et ceux qui croient ou affirment croire, et obligent sous peine de mort leurs semblables à en faire autant.“

—  Marguerite Yourcenar, livre L'Œuvre au noir

L'Œuvre au noir
L'Œuvre au noir, 1968
Variante: Les escarmouches avec les théologiens avaient eu leur charme, mais il savait fort bien qu'il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui, et ceux qui croient ou affirment croire, et obligent sous peine de mort leurs semblables à en faire autant.
(L'acte d'accusation)

Jerzy Popiełuszko photo
Christian Bobin photo
Harlan Coben photo
Dino Buzzati photo

„[…] Drogo s'aperçut à quel point les hommes restent toujours séparés l'un de l'autre malgré l'affection qu'ils peuvent se porter; il s'aperçut que, si quelqu'un souffre, sa douleur lui appartient en propre, nul ne peut l'en décharger si légèrement que ce soit; il s'aperçut que, si quelqu'un souffre, autrui ne souffre pas pour cela, même si son amour est grand, et c'est cela qui fait la solitude de la vie.“

—  Dino Buzzati, livre Le Désert des Tartares

it
Le Désert des Tartares (1945)
Variante: Drogo s’aperçut à quel point les hommes restent toujours séparés l'un de l'autre, malgré l'affection qu'ils peuvent se porter; il s'aperçut que, si quelqu'un souffre, sa douleur lui appartient en propre, nul ne peut l'en décharger si légèrement que ce soit; il s'aperçut que, si quelqu'un souffre, autrui ne souffre pas pour cela, même si son amour est grand, et c'est cela qui fait la solitude de la vie.

Augustin d'Hippone photo

„Que les souffrances des justes ne soient point pour nous un sujet de scandale; elles ne sont pour eux qu'une épreuve, et non point un signe de réprobation. Nous frémissons d'horreur en voyant sur la terre le juste en proie aux tribulations de la calomnie et de la douleur, et nous oublions ce qu'eut à souffrir le juste par excellence et le Saint des saints.“

—  Augustin d'Hippone philosophe parmis les premiers Chrétien 354 - 430

Non ergo nos moveat labor piorum; exercitatio est. Nisi forte horremus cum videmus indigna et gravia in hac terra perpeti aliquem iustum, et obliviscimur quæ pertulerit iustus iustorum sanctusque sanctorum.
la
Citations de saint Augustin, La ruine de Rome

Lucrèce photo

„Mais rien n'est plus doux que d'occuper solidement les hauts lieux fortifiés par la science des sages, régions sereines d'où l'on peut abaisser ses regards sur les autres hommes, les voir errer de toutes parts, et chercher au hasard le chemin de la vie, rivaliser de génie, se disputer la gloire de la naissance, nuit et jour s'efforcer, par un labeur sans égal, de s'élever au comble des richesses ou de s'emparer du pouvoir. O misérable esprits des hommes, ô cœurs aveugles! Dans quelles ténèbres et dans quels dangers s'écoule ce peu d'instants qu'est la vie! Ne voyez-vous pas ce que crie la nature? Réclame-t-elle autre chose que pour le corps l'absence de douleur, et pour l'esprit un sentiment de bien-être, dépourvu d'inquiétude et de crainte?“

—  Lucrèce, livre De rerum natura

Sed nihil dulcius est, bene quam munita tenere
edita doctrina sapientum templa serena,
despicere unde queas alios passimque videre
errare atque viam palantis quaerere vitae,
certare ingenio, contendere nobilitate,
noctes atque dies niti praestante labore
ad summas emergere opes rerumque potiri.
O miseras hominum mentes, o pectora caeca !
Qualibus in tenebris vitae quantisque periclis
degitur hoc aevi quod cumquest ! Nonne videre
nihil aliud sibi naturam latrare, nisi ut qui
corpore seiunctus dolor absit, mente fruatur
iucundo sensu cura semota metuque ?
la
De natura rerum (De la nature)

Louis Aragon photo
Alexandre Najjar photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Jacques Maritain photo
Joseph Conrad photo
Sue Grafton photo
Claude Bernard photo
Orson Welles photo
Mata Amritanandamayi photo

„- Nous devons nous tourner vers l'intérieur pour chercher au plus profond de nous-mêmes. “Mon cœur est-il toujours vivant? Puis-je toujours faire l'expérience de la source d'amour et de compassion en moi? Mon cœur est-il toujours sensible à la douleur et au chagrin des autres? Ai-je pleuré avec ceux qui souffraient? Ai-je vraiment essayé d'essuyer les larmes de quelqu’un et de le consoler, ou d’offrir au moins un repas à quelqu'un ou un ensemble de vêtements?” De cette façon on peut faire une introspection honnête. Alors la lumière apaisante de la lune de la compassion brillera spontanément dans nos esprits.“

—  Mata Amritanandamayi 1953

We must turn inwards to search deep within ourselves. “Is my heart still vibrant with life? Can I still experience the source of love and compassion within me? Does my heart still melt at the pain and sorrow of others? Have I cried along with those who are suffering? Have I really tried to wipe another’s tears to console them or given someone at least a single meal or a set of clothing?” Like this, we can honestly introspect. Then the soothing moonlight of compassion will spontaneously shine within our minds.
La Compassion: La seule voie vers la paix (2007)

Andreï Makine photo
Wassyl Slipak photo
Camilo José Cela photo
Jean-Bernard Pouy photo
James Joyce photo
Jonathan Coe photo
Tonino Benacquista photo
Paul Léautaud photo

„Il ne faudrait pas croire (…) que je suis un vieillard répugnant. Je n'ai jamais été mieux dans ma vie par l'expression du visage, le teint uni, les lèvres rouges comme dans la jeunesse, les yeux aussi vifs que brillants. Evidemment, je n'ai pas le visage d'un bellâtre coiffeur, mais j'ai un visage plein d'expression, de caractère et hors de l'ordinaire. Je le vois à la façon dont les gens me regardent. Je suis droit comme un I, aucune voûture [sic], mince, prompt et souple. Cet exemple: je me plie sans aucune difficulté pour ramasser quelque chose par terre, sans aucun pliement des jambes. Je l'ai encore constaté ce matin. Je continue à veiller tous les soirs jusque vers minuit sans m'en ressentir en rien. Je me lève le matin, aussi lucide, - dire que j'emploie ce mot-là, moi aussi! - que le soir quand je me couche. Je dévale le matin, vers la gare, comme un zèbre, et ce serait encore mieux si je n'étais obligé par les circonstances de porter de gros souliers qui me martyrisent les pieds. Mon cerveau n'arrête pas de fonctionner sur les sujets les plus divers, mon travail, ce que je vois, ce que je lis, ce que j'entends. Je suis sans rhumatismes, sans douleurs d'aucune sorte, bien mieux portant que dans ma jeunesse. J'ai gardé ma mémoire et ma vivacité d'élocution. Je n'ai aucun défaut d'haleine ni d'odeur corporelle. Je n'ai comme malheur que mon manque de dents. Hélas! c'est quelque chose. C'est gravement quelque chose. Un autre malheur, c'est d'être devenu à certaines choses plus sensible que je ne l'ai jamais été.“

—  Paul Léautaud écrivain français 1872 - 1956

Journal littéraire, Le goût pour la relation

Renée Vivien photo
Hippolyte Taine photo
Simone Weil photo
Karl Marx photo

„La douleur n'est jamais très loin après le plaisir.“

—  Robin Cook chirurgien, spécialiste de romans policiers médicaux 1931 - 1994

Quand se lève le brouillard rouge, 1994

Jean-Bernard Pouy photo
Mata Amritanandamayi photo

„Il n'y a pas fin à la guerre et aux décès causés par l'homme, ou aux les larmes versées par toutes les victimes innocentes de ces tragédies. Pourquoi tout cela? Pour des conquêtes, pour établir une supériorité et satisfaire notre avidité pour l'argent et la célébrité? L'humanité doit porter d'innombrables malédictions. Afin de se libérer de ces malédictions, une centaine de générations à venir devrait essuyer les larmes de souffrance, et s'efforcer de consoler et de soulager la douleur. Au moins, dorénavant, comme une expiation, ne devrions-nous pas essayer de nous livrer à notre introspection?“

—  Mata Amritanandamayi 1953

There is no end to the war and death caused by man or to the tears shed by all the innocent victims of such tragedies. What were all these for? Only for conquering, establishing superiority and satisfying our greed for money and fame? Mankind has taken upon itself countless curses. In order to attain freedom from these curses, at least a hundred generations to come should wipe the tears of the suffering, striving to console them and alleviate their pain. At least now, as an atonement, shouldn’t we try to introspect?
La Compassion: La seule voie vers la paix (2007)

Michel Onfray photo

„Le néant est souhaitable et paraît doux quand la douleur anéantit toute maîtrise et que le corps est transformé en architecture animale.“

—  Michel Onfray philosophe français 1959

L'Art de jouir — Pour un matérialisme hédoniste, 1991

Gabriele d'Annunzio photo

„Les génies mêmes des lieux consacrés par la poésie frémissaient autour d’elle et l’entouraient de visions changeantes. La poudreuse plaine de Thèbes, l’Argolide assoiffée, les myrtes brûlés de Trézène, les saints oliviers de Colone, le Cydnus triomphal, et la pâle campagne de Dunsinane et la caverne de Prospero, et la forêt des Ardennes, les pays arrosés de sang, travaillés par la douleur, transfigurés par un rêve ou éclairés par un sourire inextinguible, apparaissaient, fuyaient, s’évanouissaient derrière sa tête. Et d’autres pays reculés, les régions des brumes, les landes septentrionales, et, par delà les océans, les continents immenses où elle avait passé comme une force inouïe au milieu des multitudes étonnées, porteuse de la parole et de la flamme, s’évanouissaient derrière sa tête; et aussi les multitudes avec les montagnes, avec les fleuves, avec les golfes, avec les cités impures, les races vieilles et engourdies, les peuples forts aspirant à l’empire de la terre, les nations neuves qui arrachent à la nature ses énergies les plus secrètes pour les asservir au travail tout-puissant dans les édifices de fer et de cristal, les colonies abâtardies qui fermentent et se corrompent sur un sol vierge, toutes les foules barbares vers qui elle était venue comme la messagère, du génie latin, toutes les masses ignares à qui elle avait parlé la langue sublime de Dante, tous les troupeaux humains d’où était montée vers elle, sur un flot d’anxiétés et d’espérances confuses, l’aspiration à la Beauté.“

—  Gabriele d'Annunzio, livre Le Feu

Romans, Le Feu, 1900

„Quand ta douleur est un peu plus grande que ma douleur, je me sens un peu cruel.“

—  Antonio Porchia 1885 - 1968

Cuando tu dolor es un poco mayor que mi dolor, me siento un poco cruel.
es

Marcel Proust photo

„La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité qu'est l'ivresse.“

—  Marcel Proust, livre À la recherche du temps perdu

À la recherche du temps perdu, Albertine disparue

„Une connaissance sans danger est comme une éducation sans douleur. Elle ne vous apprend rien.“

—  Maurice G. Dantec écrivain français naturalisé canadien 1959 - 2016

Manuel de survie en territoire zéro. Le Théâtre des opérations 1, 1999

Marguerite Yourcenar photo
Nicolas Sarkozy photo
José Saramago photo
Yasmina Khadra photo

„Les enfants sont la survivance de leurs parents, ce sont leur petit bout d’éternité… Ils [mes parents] seront inconsolables lorsqu’ils apprendront ma mort. Je mesure pleinement l’immense douleur que je vais leur creuser, mais ce ne sera qu’une peine parmi tant d’autres à leur palmarès. Avec le temps, ils finiront bien par faire leur deuil et par me pardonner. Le sacrifice n’incombe pas qu’aux autres. Si nous acceptons que les enfants des autres meurent pour les nôtres, nous devons accepter que nos enfants meurent pour ceux des autres, sinon, ce ne serait pas loyal. Et c’est là que tu n’arrives pas à suivre ammou [qui veut dire oncle en arabe]. Sihem est femme avant d’être la tienne. Elle est morte pour les autres… Pourquoi elle?… Pourquoi pas elle? Pourquoi veux-tu que Sihem reste en dehors de l’histoire de son peuple? Qu’avait-elle de plus ou de moins par rapport aux femmes qui s’étaient sacrifiées avant? C’est le prix à gagner pour être libre… Elle l’était. Sihem était libre. Elle disposait de tout. Je ne la privais de rien. La liberté n’est pas un passeport que l’on délivre à la préfecture, ammou. Partir où l’on veut n’est pas la liberté. Manger à sa faim n’est pas la réussite. La liberté est une conviction profonde; elle est mère de toutes les certitudes. Or, Sihem n’était pas tellement sûre d’être digne de sa chance. […] Sihem était plus proche de son peuple que de l’idée que tu te faisais d’elle. 'Elle était peut-être heureuse, mais pas suffisamment pour te ressembler'.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Thomas Szasz photo
J. M. Coetzee photo
Charles Robert Maturin photo

„Un être humain nu et couvert de sang passa comme un éclair près de moi en poussant des cris de rage et de douleur; quatres moines portant des lumières le poursuivaient. J'avais fermé la porte au bout de la galerie et je savais qu'ils devaient revenir sur leurs pas et passer près de moi. Toujours agenouillé, je tremblais de la tête aux pieds. La victime atteignit la porte, la trouva close et s'arrêta hors d'haleine. Je me retournai et vis une scène digne de Murillo. Jamais forme humaine ne fut plus parfaite que celle de cet infortuné jeune homme. Il se tenait là, dans une attitude de désespoir, ruisselant de sang. Les moines avec leurs lumières, leurs fouets et leurs robes sombres ressemblaient à un groupe de démons faisant leur proie d'un ange errant — on eût dit les furies infernales poursuivant un Oreste fou. Et vraiment aucun sculpteur de l'Antiquité ne dessina jamais forme plus parfaitement exquise que celle de cet infortuné si sauvagement mutilé par les moines. Ce spectacle d'horreur et de cruauté éveilla en un instant mon esprit du long engourdissement dans lequel il s'était affaibli. Je me précipitai au secours de la victime; je luttai avec les moines en proférant certaines paroles dont j'étais à peine conscient mais dont ils se souvinrent et qu'ils exagérèrent avec toute la précision de la méchanceté.“

—  Charles Robert Maturin romancier irlandais 1782 - 1824

Melmoth — L'homme errant, 1820

Paul Klee photo
François-René de Chateaubriand photo

„Nous touchons en 1803-1804 aux racines du grand message artistique du XIXe siècle : « Le buste survit à la cité », dira Gautier, à propos du marbre. Tel un monument funéraire, les mémoires commémoreront les morts et le passé par des moyens artistiques. Chateaubriand, loin d'éviter le réel, le cultive et le transpose au niveau de l'art. N'a-t-il pas comparé le paysage de la campagne romaine à un tableau de Claude Lorrain? N'a-t-il pas fait un tableau de la Villa Hadriana? N'a-t-il pas étudié, en véritable artiste, le jeu des lumières et des couleurs sur le golfe de Naples? Pourquoi ne pas alors, devant l'imminence de la mort, tenter de tout reprendre, se tourner vers le passé, et écrire ses Mémoires? Chateaubriand emprunte à La Fontaine quelques mots pour illustrer cette idée : « Dans un âge avancé, lorsque la perspective que nous avions devant nous passe derrière, que nous sommes trompés sur une foule d'illusions, alors la nature devient plus froide et moins parlante, les jardins parlent peu. » C'est alors qu'il faut parler soi-même de ce qu'on a vu, tel Orphée après la disparition définitive d'Eurydice qui levait vers lui « des bras défaillants » comme le faisait Pauline mourante : « Heu! Non tua! Ce vers de Virgile est admirable de tendresse et de douleur. Malheur à qui n'aime pas les poètes.»“

—  François-René de Chateaubriand écrivain et homme politique français, précurseur du romantisme 1768 - 1848

Franz Schubert photo
Woody Allen photo
Edgar Allan Poe photo
Nadine Ribault photo
Ernst Jünger photo
Abbé Pierre photo
Marie d'Agoult photo
Marcel Proust photo
Georges Jacques Danton photo
Jean-Jacques Rousseau photo
August Strindberg photo
Thomas Mann photo
Khalil Gibran photo
Dino Buzzati photo
Henri Wallon photo
René Char photo
Andreï Makine photo
Maximilien de Robespierre photo

„Gardez-vous de penser que les destinées du peuple soient attachées à quelques hommes; gardez-vous de redouter le choc des opinions, et les orages des discussions politiques, qui ne sont que les douleurs de l'enfantement de la liberté.“

—  Maximilien de Robespierre homme politique français 1758 - 1794

Discours, Défense de Robespierre, prononcée à la Société des Amis de la Constitution en réponse aux deux discours de Brissot et Guadet, [27, avril, 1792]

Augustin d'Hippone photo

„(38) J'ai commencé tard à vous aimer, beauté si ancienne, beauté si nouvelle : que j'ai commencé tard! Cependant vous étiez au-dedans de moi-même : et moi, je me tenais au-dehors, et c'était là que je vous cherchais. Dépouillé de la beauté dont vous aviez embellie mon âme, je me prenais à celle que vous avez répandue sur ceux de vos ouvrages qui m'environnaient. Ainsi, quand vous étiez avec moi, je n'étais pas avec vous : parce que ces choses mêmes qui ne seraient pas, si elles n'étaient en vous, m'en tenaient éloigné. Enfin, vous avez bien voulu m'appeler, et le cri que vous avez fait a forcé ma surdité. Vous avez jeté des éclairs et des rayons de lumière, et mon aveuglement s'est dissipé. Je n'ai pas plutôt respiré l'odeur de vos parfums, que j'ai soupiré après vous. Ce que j'en ai goûté entretient une faim et une soif qui fait mon bonheur. Enfin aux touches de votre grâce, mon cœur tout en feu n'a cherché que vos embrassements. (39) C'est que quand je Vous serai parfaitement uni, je n'éprouverai plus ni douleur ni travail, et ma vie dont vous remplirez toute la capacité, sera vivante dans toutes ses parties; au lieu que maintenant je me suis à charge à moi-même, parce que je ne suis point rempli de vous, et que vous ne soutenez que ceux que vous remplissez.“

—  Augustin d'Hippone, livre Les Confessions

la
Citations de saint Augustin, Les Confessions
Original: (38) Sero te amavi, pulchritudo tam antiqua et tam nova, sero te amavi ! Et ecce intus eras et ego foris et ibi te quærebam et in ista formosa, quæ fecisti, deformis irruebam. Mecum eras, et tecum non eram. Ea me tenebant longe a te, quæ si in te non essent, non essent. Vocasti et clamasti et rupisti surdidatem meam, coruscasti, splenduisti et fugasti cæcitatem meam; fragrasti, et duxi spiritum et anhelo tibi, gustavi, et esurio et sitio, tetigisti me, et exarsi in pacem tuam. (39) Cum inhæsero tibi ex omni me, nusquam erit mihi dolor et labor, et viva erit vita mea tota plena te. Nunc autem quoniam quem tu imples, sublevas eum, quoniam tui plenus non sum, oneri mihi sum.