Citations sur le pouvoir

Une collection de citations sur le thème de puissance, pluie, tout, bien-être.

Meilleures citations sur le pouvoir

Paul Éluard photo

„Ce n'est pas la nuit qui te manque, mais sa puissance.“

—  Paul Éluard, livre Capitale de la douleur

Capitale de la douleur, 1926

„Le cœur de l'homme renferme en puissance tous les crimes imaginables.“

—  Harry Crews écrivain américain 1935 - 2012

Le faucon va mourir, 1973

Mordecai Roshwald photo

„Qui a la puissance a également le style. Aux autres de l'imiter.“

—  Mordecai Roshwald écrivain 1921 - 2015

Les Mutinés du Polar Lion ,1962

Friedrich Nietzsche photo

„Parvenir à la puissance se paie cher : la puissance abêtit.“

—  Friedrich Nietzsche philologue, philosophe et poète allemand 1844 - 1900

, 1888

„La pensée est en elle-même une puissance intérieure de révélation.“

—  Richard Stratton écrivain américain 1946

L'Idole des camés, 1990

Richard Matheson photo

„La puissance du vampire tient à ce que personne ne croit à son existence…“

—  Richard Matheson écrivain américain 1926 - 2013

Citation elle-même tirée du Dracula de Bram Stoker
Citations de ses romans, Je suis une légende (I am Legend), 1954

Friedrich Nietzsche photo

„Tout ce qui ne tue pas l'homme le rend plus fort.“

—  Friedrich Nietzsche philologue, philosophe et poète allemand 1844 - 1900

Honoré de Balzac photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Mark Twain photo

„La race humaine ne possède qu'une seule arme vraiment efficace : le rire.“

—  Mark Twain romancier, journaliste et humoriste américain 1835 - 1910

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Eleanor Roosevelt photo

Toutes citations sur le pouvoir

Un total de filtre 278 citations:

Anténor Firmin photo
Charles Darwin photo
Hocine Aït Ahmed photo
André Maurois photo
Hermann Hesse photo
Gaston Bachelard photo
Friedrich Nietzsche photo
Carl Gustav Jung photo
Jacques Ellul photo
Fritz Lang photo
George Gordon Byron photo
Jean Rohou photo

„[…] le développement des villes, des salons, de la cour impose à chacun de maîtriser ses pulsions et d'affiner ses manières et son langage. On assiste à un remarquable effort de civilisation, c'est-à-dire de transformation de l'être naturel, égocentrique et impulsif (Alceste, héros du Misanthrope) en sujet social plus ou moins complaisant (Philinte). De 1630 à 1690 environ, la qualité sociale essentielle c'est l' honnêteté, qui ne désigne pas, comme aujourd'hui, une probité morale, mais une civilité, un art de plaire, de s'adapter à l'attente d'autrui en contrôlant ses désirs. […] le XVIIe siècle voit le développement d'une bourgeoisie composée de juristes et administrateurs, portés à la discipline, et de négociants et financiers, soucieux d'économiser pour accroître leur puissance. Or, la morale est aussi une discipline et une économie des désirs. Cette bourgeoisie veut être reconnue comme élite; il lui faut pour cela s'imposer par sa vertu, d'autant plus qu'elle n'a pas la naissance qui définit la noblesse. Il lui faut surtout se démarquer du peuple. Cet effort de distinction culturelle élimine digestion, sexualité et tout ce qui peut paraître grossier dans le comportement ou l'expression. Il tend à réduire la spontanéité au profit de la raison, à imposer à la nature la maîtrise de l'art, à récuser le savoir-faire spontané ou empirique, fondé sur le génie ou le métier, au bénéfice d'un savoir-faire méthodique, fondé en théorie. C'est pour ces raisons fondamentales que les années trente, contredisant Aristote et renversant la tendance du premier tiers du siècle, soumettent l'art, et particulièrement la tragédie, à la morale.“

—  Jean Rohou écrivain et universitaire breton 1934

La Tragédie classique, 1996, La « discipline » classique

Günter Maschke photo
Jacques Ellul photo
James Joyce photo
Muriel Barbery photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Jacques Ellul photo
Jacques Bainville photo
Jacques Ellul photo
Jacques Ellul photo
Olivier Rey photo
John Perry Barlow photo

„Nous créons un monde où tous peuvent entrer, sans privilège ni préjugé dicté par la race, le pouvoir économique, la puissance militaire ou le lieu de naissance.“

—  John Perry Barlow poète, essayiste et activiste américain 1947 - 2018

We are creating a world that all may enter without privilege or prejudice accorded by race, economic power, military force, or station of birth.
en
Déclaration d'Indépendance du Cyberespace

Jean Valnet photo

„Ils [les grands trusts chimiques] ont choisi une ligne, doivent entretenir leurs employés. Ils font leur travail, qui est de vendre, comme celui de l'écrivain est de remplir des pages.À la nuance près qu'en vertu de leur extraordinaire puissance publicitaire, ils sont les seuls à pouvoir encombrer le cerveau des indécis pour leur faire croire que les poisons modernes nous sont indispensables.</p“

—  Jean Valnet médecin français 1920 - 1995

Préface à la 9 édition, 1979, reproduite dans la 10 édition et toutes ses réimpressions jusqu'en 2009. À noter : le sous-titre original du livre, lors des premières éditions chez Maloine S.A., était : « Traitement des maladies par les essences des plantes »
Sur les grands trusts chimiques

Jean-François Paul de Gondi photo
Jacques Crétineau-Joly photo
Alain de Benoist photo
Washington Irving photo

„Ses triomphes militaires n’ont soulevé aucune fierté ni vaine gloire comme cela aurait été le cas s’ils avaient été effectués à des fins personnelles. Au moment de sa plus grande puissance, il a maintenu la même simplicité de manières et d’apparence que dans ses jours d’adversité. Aussi, sans que l’État régalien en soit affecté, il était mécontent lorsque, entrant dans une pièce, un témoignage inhabituel de respect lui était montré. S’il visait une hégémonie universelle, c’était l’hégémonie de la foi; quant au pouvoir temporel, qui a grandi entre ses mains, il l’a utilisé sans ostentation et il n’a rien fait pour le perpétuer dans sa famille.“

—  Washington Irving écrivain américain 1783 - 1859

His military triumphs awakened no pride nor vain glory, as they would have done had they been effected for selfish purposes. In the time of his greatest power he maintained the same simplicity of manners and appearance as in the days of his adversity. So far from affecting a regal state, he was displeased if, on entering a room, any unusual testimonials of respect were shown to him. If he aimed at a universal dominion, it was the dominion of faith; as to the temporal rule which grew up in his hands, as he used it without ostentation, so he took no step to perpetuate it in his family.
en
Mahomet and his successors, 1849

Guy de Maupassant photo
Jacques Ellul photo
Thomas Mann photo
Suzanne Curchod photo
Zbigniew Brzezinski photo

„C'est également un fait que l'Amérique est trop démocratique chez elle pour être autocratique à l'étranger. Cela limite l'utilisation de la puissance américaine, notamment sa capacité d'intimidation militaire. Jamais précédemment une démocratie populaire avait atteint une suprématie internationale. Mais la poursuite du pouvoir n'est pas le but poursuivi par les passions populaires, excepté dans des conditions d'une menace ou d'une remise en cause du sentiment populaire de bien-être domestique. L'abnégation économique (c'est-à-dire les dépenses militaires), et le sacrifice humain (les pertes même parmi les soldats professionels) qui sont nécessaires à l'effort sont peu agréables pour les instincts démocratiques. La démocratie est inamicale envers la mobilisation impériale.“

—  Zbigniew Brzezinski politologue américain 1928 - 2017

It is also a fact that America is too democratic at home to be autocratic abroad. This limits the use of America's power, especially its capacity for military intimidation. Never before has a populist democracy attained international supremacy. But the pursuit of power is not a goal that commands popular passion, except in conditions of a sudden threat or challenge to the public's sense of domestic well-being. The economic self-denial (that is defense spending), and the human sacrifice (casualties even among professional soldiers) required in the effort are uncongenial to democratic instincts. Democracy is inimical to imperial mobilization.
en
Le Grand Echiquier - 1997

Gaston Bachelard photo
Benoît Mandelbrot photo
Sigmund Freud photo
Maharishi Mahesh Yogi photo

„Et même dans le monde extérieur tout le monde veut aller en direction de plus grandes joies. Tout le monde suit la direction de la plus grande joie, parce ce qu'il y a de plus profond à chacun est véritablement la lampe allumée de la connaissance totale, la puissance organisatrice totale de la connaissance, ce n'est que du bonheur, il n'est pas nécessaire que les gens souffrent.“

—  Maharishi Mahesh Yogi 1917 - 2008

Wherever there is greater joy, there is the direction of everyone’s activity, because the innermost of everyone is really the lighted lamp of Total Knowledge, total organising power of knowledge, it’s all bliss, it’s not necessary for the people to suffer.
en

Samuel Huntington photo
Washington Irving photo
Augustin d'Hippone photo
Marine Le Pen photo
Michel Onfray photo

„Il n'est d'autre remède aux tyrannies que de cultiver l'énergie des puissances singulières, des monades.“

—  Michel Onfray philosophe français 1959

Cynisme — Portrait du philosophe en chien, 1990

Grégoire de Nazianze photo
Thomas Mann photo
Thomas Mann photo
Octave Gréard photo
Fabrice Hadjadj photo
Didier Tauzin photo
Loïc Decrauze photo
Octave Gréard photo

„Certes Rousseau est de bonne foi quand il répète : « J’étudie ce qui est; c’est mon principe; il me fournit la solution de toutes les difficultés »; mais il n’est pas moins sincère quand, parti de l’observation de la nature, il se laisse entraîner dans le rêve. Il a rêvé toute sa vie pour lui-même comme pour les autres. Dans le premier voyage qu’il fît de Genève à Annecy, il raconte qu’il ne voyait pas un château à droite ou à gauche, sans aller chercher l’aventure qu’il se croyait sûr d’y trouver. Il n’osait ni entrer ni heurter; mais il chantait sous la fenêtre qui avait le plus d’apparence, fort surpris, après s’être époumoné, de ne voir paraître ni dame, ni demoiselle qu’attirai la beauté de sa voix ou le sel de ses chansons. S’il marchait par la campagne, il imaginait « dans les maisons des festins rustiques; dans les prés, de folâtres jeux; le long des eaux, des bains et des promenades; sur les arbres, des fruits délicieux; sous leur ombre, de voluptueux tête-à-tête; sur les montagnes, des cuves de lait et de crème, une oisiveté charmante, la paix, la simplicité, le plaisir d’errer sans savoir où : rien ne frappait ses yeux sans porter à son cœur quelque invention de jouissance. » La première fois qu’il vint à Paris, il se figurait « une ville aussi belle que grande, où l’on ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et d’or. » Lorsqu’il retraçait ces illusions trente ans après, il en souriait; mais elles étaient là encore, dans un repli de son imagination, toutes fraîches, prêtes à renaître; et il n’est point bien sûr qu’il n’en eût pas, tout en se moquant un peu de lui-même, la réminiscence émue. C’est cette puissance d’imagination qui donne tant de vie au cinquième livre de l’Émile.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Jean-Jacques Rousseau

Olivier Rey photo
Daniel Halévy photo
Friedrich Engels photo
Wilhelm Liebknecht photo

„Il n'y a pas de génie sans une puissance de travail et une production exceptionnelle.“

—  Wilhelm Liebknecht politicienne allemande 1826 - 1900

Souvenirs sur Marx, 1896

Steven M. Greer photo
Michel Houellebecq photo
Jean d'Ormesson photo
Alexandre Soljenitsyne photo
François Rabelais photo

„Bacbuc
Et nous maintenons à présent que non rire, mais boire est le propre de l'homme. Je ne dis pas boire simplement et absolument, car les bêtes boivent de même : je dis boire vin bon et frais. Notez amis que de vin divin on devient : et il n'y a d'évidence si certaine, ni de divination moins fallacieuse. Vos Académiciens l'affirment, analysant l'étymologie de vin oἶnoς comme signifiant force, puissance. Car il peut envahir l'âme de toute vérité, de tout savoir et philosophie. Si vous avez noté ce qui est écrit en lettres ioniques au-dessus de la porte du temple, vous avez pu entendre que la vérité est caché dans le vin. La dive Bouteille vous y envoie : soyez vous-même interprètes de votre entreprise.“

—  François Rabelais auteur français du 16e siècle 1494 - 1553

fr
Bacbuc
Et icy maintenons que non rire, ains boire est le propre de l'homme. Je ne dy pas boiez simplement et absolument, car aussi bien boivent les bestes : je dy boire vin bon et frais. Notez amiz que de vin divin on devient : et n'y a argument tant seur , ny art de divination moins fallace. Vos Academiques l'afferment rendans l'etymologie du vin oἶnoς estre comme vis, force, puissance. Car pouvoir il a d'emplir l'ame de toute vérité, tout savoir et philosophie. Si avez noté ce qui est en lettres Ionicques escrit dessus la porte du temple, vous avez peu entendre qu'en vin est vérité caché. La dive Bouteille vous y envoie : soyez vous-mêmes interpretes de vostre entreprinse.
Bacbuc est la prêtresse qui interprète le mot de la Dive Bouteille qu'est venu entendre Panurge. Les Académiciens sont les disciples de l'école de Platon.
Œuvre, Cinquième Livre

Friedrich Nietzsche photo
Joël de Rosnay photo
Noam Chomsky photo
Gabriele d'Annunzio photo
André Breton photo
Jean-Jacques Rousseau photo

„Certes Rousseau est de bonne foi quand il répète : « J’étudie ce qui est; c’est mon principe; il me fournit la solution de toutes les difficultés »; mais il n’est pas moins sincère quand, parti de l’observation de la nature, il se laisse entraîner dans le rêve. Il a rêvé toute sa vie pour lui-même comme pour les autres. Dans le premier voyage qu’il fît de Genève à Annecy, il raconte qu’il ne voyait pas un château à droite ou à gauche, sans aller chercher l’aventure qu’il se croyait sûr d’y trouver. Il n’osait ni entrer ni heurter; mais il chantait sous la fenêtre qui avait le plus d’apparence, fort surpris, après s’être époumoné, de ne voir paraître ni dame, ni demoiselle qu’attirai la beauté de sa voix ou le sel de ses chansons. S’il marchait par la campagne, il imaginait « dans les maisons des festins rustiques; dans les prés, de folâtres jeux; le long des eaux, des bains et des promenades; sur les arbres, des fruits délicieux; sous leur ombre, de voluptueux tête-à-tête; sur les montagnes, des cuves de lait et de crème, une oisiveté charmante, la paix, la simplicité, le plaisir d’errer sans savoir où : rien ne frappait ses yeux sans porter à son cœur quelque invention de jouissance. » La première fois qu’il vint à Paris, il se figurait « une ville aussi belle que grande, où l’on ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et d’or. » Lorsqu’il retraçait ces illusions trente ans après, il en souriait; mais elles étaient là encore, dans un repli de son imagination, toutes fraîches, prêtes à renaître; et il n’est point bien sûr qu’il n’en eût pas, tout en se moquant un peu de lui-même, la réminiscence émue. C’est cette puissance d’imagination qui donne tant de vie au cinquième livre de l’Émile.“

—  Jean-Jacques Rousseau philosophe, compositeur et critique musical genevois 1712 - 1778

Charles Bossut photo
Benoît Mandelbrot photo
Ernst Jünger photo

„On reconnaît les grandes époques à ceci, que la puissance de l'esprit y est visible et son action partout présente.“

—  Ernst Jünger, livre Orages d'acier

Orages d'acier, 1920, Sur les falaises de marbre, 1939

Dominique Fernandez photo

„Hé! Hé! Je me demande si l'institution des castrats ne fut pas la réponse qu'inventa le génie italien pour éluder les prescriptions trop sévères du code d'honneur castillan. Il est remarquable que le premier castrat soit apparu après, seulement après l'implantation des Espagnols dans la péninsule, et que le royaume de Naples, où ils restèrent deux siècles et demi, sans compter le règne de Charles, ait acquis pour ainsi dire le monopole du recrutement et de la formation des dessus. Sans cette échappatoire, le brillant chérubin italien aurait fini comme le sombre don Juan, victime tragique de la monogamie et du culte de la puissance virile. L'Italie, et surtout le royaume de Naples, se trouvèrent soumis à un code de l'honneur pour lequel ils n'étaient pas du tout préparés. L'invention des castrats, et en général la diffusion de la mode des travestis sur la scène, furent une trouvaille spécifiquement napolitaine, une ruse de l'instinct populaire, une protestation contre les règles insupportables de la morale castillane. En allant admirer des castrats, ou des femmes qui chantaient des rôles masculins, on prenait le droit, en quelque sorte, de s'attarder dans indétermination sexuelle, d'oublier les tâches de la maturité. Comment se rappeler qu'on avait le devoir d'être un homme, si ceux dont on applaudissait l'incomparable voix se trouvaient dispensés de cette obligation! Un grand capitaine, un roi, un conquérant, César, Alexandre lui-même! dépouillés de leur puissance virile tout en gardant leur pouvoir de séduction : quelle aubaine pour des gens dont la sensualité subtile, complexe et hésitante s'accommodait fort mal des prescriptions brutales d'un code sans nuances, qui était par surcroît celui des occupants.“

—  Dominique Fernandez, livre Porporino ou les Mystères de Naples

Porporino ou les Mystères de Naples, 1974

Jean-Luc Godard photo

„Avec Hitchcock, les gens ont été contents de redécouvrir que le cinéma avait encore cette puissance extraordinaire que rien n'égalait.“

—  Jean-Luc Godard cinéaste franco-suisse 1930

De Jean-Luc Godard le réalisateur, Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard

Jean-Paul II photo
Carl Gustav Jung photo
Georges Jacques Danton photo
Stefan Zweig photo
Friedrich Nietzsche photo

„Pas à pas il marchaient et autour d'eux se creusait comme une zone interdite, un cercle magique, dans lequel des puissances redoutables, invisibles aux yeux des exclus, jouaient leur jeu secret.“

—  Ernst von Salomon écrivain allemand 1902 - 1972

français
Décrivant des soldats défilant de retour du front.
Les réprouvés, 1931

François Bayrou photo
Joël de Rosnay photo
Günther Anders photo
Wanda Landowska photo
Charles Maurras photo
Claire de Duras photo

„Il y avait entre les cercles doctrinaires studieux, raisonneurs, bien nobles alors assurément, mais surtout fructueux, et les cercles purement aristocratiques et frivoles, il y avait un intervalle fort marqué, un divorce obstiné et complet; d'un côté les lumières, les idées modernes, de l'autre le charme ancien, séparés par des prétentions et une morgue réciproque. En quelque endroit pourtant la conciliation devait naître et s'essayer. De même que du sein des rangs royalistes une voix éloquente s'élevait par accès, qui conviait à une chevaleresque alliance la légitimité et la liberté, et qui, dans l'ordre politique, invoquait un idéal de monarchie selon la Charte, de même, tout à côté, et avec plus de réussite, dans la haute compagnie, il se trouvait une femme rare, qui opérait naturellement autour d'elle un compromis merveilleux entre le goût, le ton d'autrefois et les puissances nouvelles. Le salon de Mme de Duras, sa personne, son ascendant, tout ce qui s'y rattache, exprime, on ne saurait mieux, l'époque de la Restauration par un aspect de grande existence encore et d'accès à demi aplani, par un composé d'aristocratie et d'affabilité, de sérieux sans pesanteur, d'esprit brillant et surtout non vulgaire, semi-libéral et progressif insensiblement, par toute cette face d'illusions et de transactions dont on avait ailleurs l'effort et la tentative, et dont on ne sentait là que la grâce. C'à été une des productions naturelles de la Restauration, comme ces îles de fleurs formées un moment sur la surface d'un lac, aux endroits où aboutissent, sans trop se heurter, des courants contraires. On a comparé toute la construction un peu artificielle de l'édifice des quinze ans à une sorte de terrasse de Saint-Germain, au bas de laquelle passait sur la grande route le flot populaire, qui finit par la renverser : il y eut sur cette terrasse un coin, et ce ne fut pas le moins attrayant d'ombrage et de perspective, qui mérite de garder le nom de Mme de Duras : il a sa mention assurée dans l'histoire détaillée de ces temps.“

—  Claire de Duras écrivain française 1777 - 1828

Juin 1834
D'autres auteurs la concernant

Blaise Pascal photo
Lénine photo

„Au demeurant, la situation internationale fait que la Russie est aujourd'hui rejetée en arrière; que dans l'ensemble la productivité du travail national est maintenant sensiblement moins élevée chez nous qu'avant la guerre. Les puissances capitalistes de l'Europe occidentale, en partie sciemment, en partie spontanément, ont fait tout leur possible pour nous rejeter en arrière, pour profiter de la guerre civile en Russie en vue de ruiner au maximum notre pays. Précisément une telle issue à la guerre impérialiste leur apparaissait, bien entendu, comme offrant des avantages sensibles. Si nous ne renversons pas le régime révolutionnaire en Russie, nous entraverons du moins son évolution vers le socialisme, voilà à peu près comment ces puissances raisonnaient, et, de leur point de vue, elles ne pouvaient raisonner autrement. En fin de compte elles ont accompli leur tâche à moitié. Elles n'ont pas renversé le nouveau régime instauré par la Révolution, mais elles ne lui ont pas permis non plus de faire aussitôt un pas en avant tel qu'il eût justifié les prévisions des socialistes, qui leur eût permis de développer à une cadence extrêmement rapide les forces productives; de développer toutes les possibilités dont l'ensemble eût formé le socialisme; de montrer à tous et à chacun nettement, de toute évidence, que le socialisme implique des forces immenses et que l'humanité est passée maintenant à un stade de développement nouveau, qui comporte des perspectives extraordinairement brillantes.“

—  Lénine révolutionnaire et homme d'état soviétique 1870 - 1924

Mieux vaut moins, mais mieux, 1923

Nicolas Sarkozy photo
Nelson Mandela photo