Citations sur la patrie

Une collection de citations sur le thème de pays, pluie, tout, bien-être.

Meilleures citations sur la patrie

Hugo Chávez photo

„Si le climat était une banque, les pays riches l'auraient déjà sauvé.“

—  Hugo Chávez 52e président de la République bolivarienne du Venezuela 1954 - 2013

Loïc Decrauze photo

„Le nationalisme social s’ancre dangereusement dans notre pays…“

—  Loïc Decrauze 1969

De surprises en subprimes, 2008

Neil Gaiman photo
Ségolène Royal photo

„Nous sommes le pays qui dépose le plus grand nombre de brevets.“

—  Ségolène Royal femme politique française 1953

Selon l' Organisation mondiale de la propriété intellectuelle , la France est classée 6ème au niveau mondial derrière les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, la Chine et la Corée du Sud. Mais les 12000 brevets déposés en 2012 par des inventeurs français doivent être comparés proportionnellement au poids de la France en terme de population et d'économie. En tenant compte de ces deux derniers critères, la Corée du Sud semble largement être le leader mondial du dépôt de brevets (en particulier grâce au groupe Samsung ).
Brevets

Alain de Benoist photo

„Tous les hommes de qualité sont frères, n'importe la race, le pays et le temps.“

—  Alain de Benoist écrivain français 1943

Livres, Les Idées à l'endroit , 1979

Ambrose Bierce photo

„Immigrant : individu mal informé qui pense qu'un pays est meilleur qu'un autre.“

—  Ambrose Bierce écrivain et journaliste américain 1842 - 1914

Issue du Dictionnaire du diable

Lao Tseu photo

„Un grand pays ne désire que rassembler les hommes et les nourrir.<div“

—  Lao Tseu, livre Dao de jing

Tao-tö king, 1967

Vladimir Poutine photo

„La plupart des pays Euro-Atlantistes renient leurs principes moraux.“

—  Vladimir Poutine personnalité politique russe 1952

Sur l’effondrement moral en Occident

Coluche photo
Michel-Georges Micberth photo

„Ancien combattant'. Vieillard fier de ne pas être mort pour son pays.“

—  Michel-Georges Micberth 1945 - 2013

La Lettre, 1986

Toutes citations sur la patrie

Un total de filtre 678 citations:

Anténor Firmin photo
Ibn Khaldoun photo
Mustafa Kemal Atatürk photo
Ibn Khaldoun photo

„Voyez tous les pays que les Arabes ont conquis depuis les siècles les plus reculés : la civilisation en a disparu, ainsi que la population; le sol même paraît avoir changé de nature“

—  Ibn Khaldoun philosophe, sociologue, historiographe et historien islamique 1332 - 1406

Les prolégomènes (Al-muqaddima)

Ferhat Abbas photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Gilbert du Motier de La Fayette photo
Samuel Huntington photo
Adam Smith photo
Adam Smith photo
Esther Dang photo
George Carlin photo
Mustafa Kemal Atatürk photo
Karl Marx photo

„Que les classes dominantes tremblent devant une révolution communiste. Les prolétaires n'ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!“

—  Karl Marx, livre Manifeste du Parti communiste

Mögen die herrschenden Klassen vor einer kommunistischen Revolution zittern. Die Proletarier haben nichts in ihr zu verlieren als ihre Ketten. Sie haben eine Welt zu gewinnen. Proletarier aller Länder, vereinigt euch !
de
Manifeste du Parti communiste, 1848 (avec Friedrich Engels)

Jules César photo

„De toutes [les] nations [gauloises], les Belges sont les plus vaillants, parce qu'ils restent complètement en dehors de la culture et de la civilisation de la province [romaine], que les marchands ne passent que très rarement dans leur pays, et n'y portent points les denrées qui amollissent les courages; de plus ils touchent aux Germains, qui habitent au delà du Rhin, et ils leur font une guerre continuelle.“

—  Jules César, livre Commentaires sur la Guerre des Gaules

Horum omnium fortissimi sunt Belgae, propterea quod a cultu atque humanitate provinciae longissime absunt, minimeque ad eos mercatores saepe commeant atque ea quae ad effeminandos animos pertinent inportant, proximique sunt Germanis, qui trans Rhenum incolunt, quibuscum continenter bellum gerunt.
la
La Guerre des Gaules

Mustafa Kemal Atatürk photo
Emily Brontë photo

„Je viens de rentrer après une visite à mon propriétaire, l’unique voisin dont j’ai à m’inquiéter. En vérité, ce pays-ci est merveilleux! Je ne crois pas que j’eusse pu trouver, dans toute l’Angleterre, un endroit plus complètement à l’écart de l’agitation mondaine. Un vrai paradis pour un misanthrope : et Mr Heathcliff et moi sommes si bien faits pour nous partager ce désert!“

—  Emily Brontë, livre Les Hauts de Hurlevent

1801.
1801 — I have just returned from a visit to my landlord — the solitary neighbour that I shall be troubled with. This is certainly a beautiful country! In all England, I do not believe that I could have fixed on a situation so completely removed from the stir of society. A perfect misanthropist's Heaven — and Mr. Heathcliff and I are such a suitable pair to divide the desolation between us.
en
Les Hauts de Hurlevent (1847)

Elon Musk photo
Gabriel García Márquez photo

„Je crois que tout est né de la nostalgie. […] Nostalgie de mon pays et nostalgie de la vie.“

—  Gabriel García Márquez écrivain colombien 1927 - 2014

À propos de l’origine de son goût d’écrire et de raconter des histoires.
Entretiens

Howard Zinn photo
Otto Strasser photo
Annie Le Brun photo
Jules Verne photo
Octave Gréard photo
Joseph Kessel photo
Gabriel García Márquez photo
Gilles-Éric Séralini photo
Maria-Antonietta Macciocchi photo
Louis-Ferdinand Céline photo
François Mitterrand photo
Hervé Le Bras photo
Jeannette Bougrab photo

„Je le rappelle : les images ont une fonction, elles sont le terreau qui nourrit la Raison. Il s’agit donc de classement, de principe des catégories mis en œuvre, en un mot, d’élaborer l’identité : faire jouer les images identificatoires à l’échelle institutionnelle. De nos jours comme pour les cultures antiques, c’est par la propagation d’un discours de ces images fondatrices que se déploie la version de l’Interdit quel qu’en soit le contenu, aujourd'hui la version de l’anti-Tabou. En définitive, si c’est à coups de propagandes d’anti-Référence que se défont les Références classiques du Droit de la filiation, il ne s’ensuit pas que ces propagandes échappent pour autant à la logique de la Référence, telle que j’en décris les éléments et le fonctionnement. Dans ces conditions, malgré les dénis, la dogmatique de la sur-liberté demeure assujettie à la logique de la conservation de l’espèce. Cela nous ouvre la possibilité de comprendre que le rapport de dettes entre les générations est en voie de bouleversement, au préjudice des sujets à venir, appelés à payer ce que par avance nous leur infligeons, le surcoût généalogique de l’autofondation. Autrement dit, la débâcle du discours de l’identité ne sera pas payée par nous, mais par ceux qui nous suivent.“

—  Pierre Legendre 1930

Leçons VI Les enfants du Texte. Étude sur la fonction parentale des États

Éric Pichet photo
Moshe Lewin photo
Coluche photo

„Ce que je déteste le plus à l'étranger, c'est que les gens parlent pas français. Et selon les pays où l'on va, ils parlent pas le même étranger.“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Music-hall, Les vacances

François Mitterrand photo
Lénine photo
Gilbert Keith Chesterton photo
Noam Chomsky photo
Jean-Baptiste Say photo
Marguerite Yourcenar photo
Jules Michelet photo
Ueli Maurer photo
Guillermo Cabrera Infante photo

„L'histoire de son enfant idiot t'a ému, comme nous? Eh bien, ce n'est pas vrai, je peux te le dire : il n'existe aucun enfant, ni idiot ni prodige. C'est son mari qui avait une fillette, tout à fait normale, de douze ans. Il dut l'envoyer à la campagne parce qu'elle lui rendait la vie impossible. Elle est mariée, c'est vrai, avec un marchand de fritas de la place de Marianado (il s'arrêta et fut sur le point de prononcer comme une précieuse Marianado), un pauvre homme à qui elle fait du chantage et quand elle lui rend visite dans son travail, c'est pour lui voler des hot-dogs, des œufs et des pommes de terre farcies, qu'elle mange dans sa chambre. Je dois te dire qu'elle mange comme un régiment et toute cette nourriture c'est nous qui devons la payer et elle a toujours faim. C'est pour cela qu'elle est énorme comme un hippopotame et comme eux elle est amphibie. Elle se baigne trois fois par jour : quand elle arrive le matin, à midi quand elle se réveille pour déjeuner et le soir avant de sortir parce que ce qu'elle peut transpirer. Elle fait eau de toutes parts comme si elle avait toujours la fièvre et c'est ainsi qu'elle passe sa vie dans l'eau : transpirant, buvant de l'eau et se baignant. Et tout cela en chantant : elle chante quand elle rentre le matin, elle chante sous la douche, elle chante en s'habillant pour sortir, elle chante toujours. Le matin quand elle rentre nous l'entendons avant qu'elle ne pousse sa chansonnette parce qu'elle s'agrippe à la rampe pour monter les escaliers, tu connais ces escaliers de marbre et à balustrade en fer des maisons du vieux quartier du Vedado. Elle monte ainsi accrochée à la rampe et toute la balustrade tremble et résonne dans la maison, et dès que le fer tambourine sur le marbre, elle se met à chanter. Elle nous a fait des tas d'histoires avec les voisins d'en dessous, mais on ne peut rien lui dire, car elle ne veut rien entendre : « C'est l'envie » dit-elle, « l'envie qui les fait parler. Vous verrez comme ils vont m'aduler quand je deviendrai célèbre.»“

—  Guillermo Cabrera Infante écrivain cubain 1929 - 2005

Car elle est obsédée par la célébrité et nous aussi nous sommes obsédés par sa célébrité : nous mourrons d'envie qu'elle devienne célèbre et qu'elle finisse par fiche le camp avec sa musique ou plutôt sa voix — car elle prétend qu'elle n'a pas besoin de musique pour chanter puisqu'elle la porte en elle — avec sa voix ailleurs.
Roman, Trois tristes tigres , 1967

Alain Soral photo
Maxence Caron photo
Coluche photo
Jean-Guy Roy photo
Uli Windisch photo
Wassyl Slipak photo
Voltaire photo
Pascal Décaillet photo
Nadine Morano photo
Ian Watson photo
Barack Obama photo

„Nous nous rappellerons que quelque chose se passe en Amérique, que nous ne sommes pas aussi divisés que nos politiques le suggèrent, que nous somme un peuple uni, nous sommes une Nation, et ensemble, nous allons ouvrir le prochain chapitre de l’Histoire américaine avec ces trois mots qui vont retentir de tous les côtés du pays, d’un océan à l’autre… : Oui nous pouvons!“

—  Barack Obama 44e président des États-Unis 1961

we will remember that there is something happening in America, that we are not as divided as our politics suggest, that we are one people, we are one nation.
Discours de défaite aux primaires du New Hampshire

Valéry Giscard d'Estaing photo

„Françaises, Français, il y a sept ans, le peuple français me confiait la destinée de notre pays. Cela était un grand honneur pour moi de le diriger dans un monde difficile, dangereux, aux prises avec une crise économique, sociale et morale sans précédent depuis cinquante ans. Vous m'aviez donné en garde les biens les plus précieux de la collectivité nationale : la paix, la liberté et nos institutions. J'en ai été le gardien, et à l'heure où je m'en vais, ils vous sont restitués intactes. […] Après-demain, je quitterai l'Élysée. Je viens ce soir vous dire très simplement « au revoir ». […] Pendant sept ans, la France a vécu en paix, sans souffrir de secousses intérieures graves, ni politiques, ni sociales; toutes les élections ont eu lieu à leurs dates normales; la France est restée le pays de toutes les libertés : le déroulement de l'élection présidentielle vient d'en apporter la preuve. […] Chaque fois que nos forces ont eu à intervenir à l'extérieur, elle l'ont fait avec succès. Si notre pays n'a pas connu toute la prospérité que je voulais pour lui, nous avons maintenu pendant sept ans la solidité du franc, limité le déficit budgétaire, rétabli l'équilibre de la sécurité sociale, et sauvé ainsi nos régimes sociaux. […] En ce jour qui marque pour beaucoup le terme de grandes espérances, je sais que vous êtes nombreux à partager mon émotion. […] Et dans ces temps difficiles, où le mal rôde et frappe dans le monde, je souhaite que la Providence veille sur la France, pour son bonheur, pour son bien et pour sa grandeur. Au revoir!“

—  Valéry Giscard d'Estaing 3e président de la cinquième République Française 1926

Allocution d'adieu de 1981

Friedrich Engels photo
François Mitterrand photo
Jacques Bainville photo
Christoph Blocher photo
Manuel Valls photo
Prosper-Olivier Lissagaray photo
Louis Antoine de Saint-Just photo

„[…] je suis sans indulgence pour les ennemis de mon pays, je ne connais que la justice.“

—  Louis Antoine de Saint-Just homme politique français 1767 - 1794

Discours, Rapport au nom du Comité de salut public et du Comité de sûreté générale sur les personnes incarcérées, présenté à la Convention nationale le 8 ventôse an II (26 février 1794)

„A coup de pied au cul ils te déménageront, le travail est là-bas, et encore là-bas, plus loin et encore plus loin, jusqu'au Nicaragua qu'ils te pousseront, à l'aise puisque ceux des pays comme cela, on les pousse bien au cul à l'aise et qu'ils débarquent ici, pas question de parler […], si tu veux travailler, déménage, alors, si on laisse faire : nous, les cons d'ici, on se laisse pousser à coup de pied au cul jusqu'au Nicaragua, et les cons de là-bas, ils se laissent faire et ils débarquent ici, tandis que le travail, lui, il est toujours ailleurs, et jamais tu ne peux dire : c'est chez moi et ciao“

—  Bernard-Marie Koltès auteur dramatique 1948 - 1989

ce qui fait que moi, quand je quitte un endroit, j'ai toujours l'impression de quitter là où c'était davantage chez moi que là où je vais débarquer, et quand on te pousse au cul de nouveau et que tu pars de nouveau, là où tu vas aller, tu seras encore davantage étranger, et ainsi de suite : tu est toujours plus étranger, tu es de moins en moins chez toi, on te pousse toujours plus loin, que tu ne saches pas où tu vas, et quand tu te retournes, vieux, tu regardes derrière toi, c'est toujours, toujours le désert.
Bernard-Marie Koltes, La Nuit juste avant les forêts, Éditions de minuit, 1977.
La nuit juste avant les forêts (1977)

Jean-Marie Le Pen photo
Margaret Thatcher photo
Kateb Yacine photo
Sylvia Flückiger-Bäni photo
Nicolas Sarkozy photo
Wassyl Slipak photo
Léon Daudet photo
Michel Houellebecq photo
Thomas Mann photo
Sigmund Freud photo
Wassyl Slipak photo
Loïc Decrauze photo
Anne Roumanoff photo
Gérard Longuet photo
François Rabelais photo

„Quand un moine, prebstre, usurier, ou advocat veult mal à quelque gentilhome de son pays, il envoye vers luy un de ces Chiquanous. Chiquanous le citera, l'adjournera le oultragera le injurira impudentement, suyvant son record et instruction : tant que le gentilhomme, s'il n'est paralytique de sens, et plus stupide qu'une Rane Gyrine, sera constrainct luy donner bastonnades, et coups d'épée sus la teste, ou la belle jarretade, ou mieulx le jecter par les crenaulx et fenestres de son chasteau. Cela faict, voylà Chiquanous riche pour quatre moys. Comme si coups de bastons feussent ses naïfves moissons. Car il aura du moine, de l'usurier, ou advocat salaire bien bon : et reparation du gentilhome aulcunefois si grande et excessive que le gentilhomme y perdra tout son avoir : avecques dangier de miserablement pourrir en prison : comme s'il eust frappé le Roy.“

—  François Rabelais auteur français du 16e siècle 1494 - 1553

fr
Quand un moine, prêtre, usurier ou avocat veut du mal à quelque gentilhomme de son pays, il lui envoie un Chicanous. Le Chicanous l'interpellera, l'assignera, l'outragera, l'injurira sans pudeur, suivant son rapport et ses instructions, si bien que le gentilhomme, s'il n'est paralytique de sens, ni plus insensible qu'un têtard, sera contraint lui donner des bastonnades, des coups d'épées sur la tête, ou sur les jarrets, ou mieux le jeter par les créneaux et fenêtres de son château. Cela fait, voilà Chicanous riche pour quatre mois. Comme si les coups de bâtons étaient ses moissons naturelles. Car il aura du moine, de l'usurier oou de l'avocat un salaire conséquent, avec la réparation du gentilhomme, si grande et excessive qu'il y perdra tout son avoir, avec le danger de pourrir mérisablement en prison, comme s'il avait frappé le roi.
Œuvre, Quart Livre

Paul Éluard photo
Andreï Makine photo
Guy de Maupassant photo
Alexandre Najjar photo
Thilo Sarrazin photo
Christoph Blocher photo