Citations sur la vie

Une collection de citations sur le thème de amitié, bonheur, échec, dieu.

Meilleures citations sur la vie

Friedrich Nietzsche photo

„Sans la musique, la vie serait une erreur, une besogne éreintante, un exil.“

—  Friedrich Nietzsche philologue, philosophe et poète allemand 1844 - 1900

, 1888

Helen Keller photo

„La vie est une aventure audacieuse ou alors elle n'est rien.“

—  Helen Keller écrivaine et militante politique américaine 1880 - 1968

Claude-Prosper Jolyot de Crébillon photo

„Chaque instant de la vie est un pas vers la mort.“

—  Claude-Prosper Jolyot de Crébillon écrivain français, auteur de romans et d'oeuvres libertines 1707 - 1777

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Marilyn Monroe photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Marilyn Monroe photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Marilyn Monroe photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Pearl S.  Buck photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Woody Allen photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Eleanor Roosevelt photo

„Ce n'est pas la vie qui te fait. C'est toi qui fais ta vie“

—  Eleanor Roosevelt personnalité politique américaine 1884 - 1962

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Eleanor Roosevelt photo

„Le bonheur n'est pas un objectif.“

—  Eleanor Roosevelt personnalité politique américaine 1884 - 1962

Toutes citations sur la vie

Un total de filtre 1794 citations:

Tupac Shakur photo

„Je préfère mourir comme un homme, que de vivre vraiment comme un lâche.“

—  Tupac Shakur rappeur américain 1971 - 1996

I'd rather die like a man than live like a coward.
en
Only God Can Judge Me

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Mustafa Kemal Atatürk photo
Albert Camus photo

„Tout le monde sait que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue.“

—  Albert Camus, livre L'Étranger

L'Étranger, 1942

Albert Camus photo
Abd el-Kader photo
Edith Stein photo
Adolf Hitler photo

„La vie ne pardonne aucune faiblesse. Éprouver de la pitié pour les faibles va à l'encontre de la loi de la nature!“

—  Adolf Hitler homme d'État allemand né en Autriche 1889 - 1945

Propos rapporté à 1h 13min
La chute, 2004

„La meilleure raison de se soumettre à des cultures étrangères, c'est qu'elles engendrent un sens aigu de la vitalité et de l'attention consciente – un attachement à la vie qui ne peut se manifester qu'au contact de la différence et du contraste.“

—  Edward T. Hall, livre Le Langage silencieux

The best reason for exposing oneself to foreign ways is to generate a sense of vitality and awareness - an interest in life which can come only when one lives through the shock of contrast and difference.
en
Le Langage silencieux (1959), Chapitre 2 : Qu'est-ce que la culture ? (What is Culture?)

Marcus Garvey photo

„Les hommes affamés n'ont aucun respect pour la loi, l'autorité ou la vie humaine.“

—  Marcus Garvey militant jamaïcain 1887 - 1940

Hungry men have no respect for law, authority or human life.
en
Le terme affamé doit être compris aussi bien au sens propre qu'au figuré.
Citation

Jean de La Bruyère photo
Honoré de Balzac photo
Voltaire photo

„La vie est belle la vie est dousse“

—  Fally ipupa

Sweet life

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Marie Curie photo
Henri Lopes photo
Michel Largillière photo

„Finalement dans la vie, on ne fait que croiser les gens rarement plus.“

—  Michel Largillière Auteur français

Source: Personnel

Edith Stein photo

„Une vie dans l'abondance et le confort bourgeois est en contradiction avec l'esprit d'une sainte pauvreté et sépare du Pauvre crucifié“

—  Edith Stein carmélite allemande d'origine juive, mystique, morte à Auschwitz, canonisée en 1999 1891 - 1942

Charité, Pauvreté

Christopher Hitchens photo
Pierre Bourdieu photo
Frankétienne photo

„Là où il n’y a pas de chaos, il y a la mort. C’est la mort qui est plate. Et la vie, c’est le chaos.“

—  Frankétienne écrivain, musicien, peintre et philisophe haïtien 1936

Entrevues

Friedrich Nietzsche photo

„Un être typiquement morbide ne deviendra jamais sain, et pourra encore moins se rendre la santé; pour quelqu'un de typiquement sain, au contraire, le fait d'être malade peut être un stimulant énergique de vie, du « plus-vivre ». C'est en fait ainsi que m'apparaît maintenant cette longue période de maladie : je découvris pour ainsi dire la vie, y compris moi-même, avec des yeux neufs, je savourai toutes les bonnes — et même les petites — choses, comme d'autres auraient du mal à les savourer — je fis de ma volonté de santé et de vie ma philosophie… Car, qu'on y prenne bien garde : mes années de plus faible vitalité furent celles où je cessai d'être pessimiste : l'instinct de l'« autoreconstitution » m'interdisait une philosophie de la pauvreté et du découragement… Et à quoi, au fond, reconnaît-on l' épanouissement physique? À ce qu'un être épanoui fait du bien à nos sens; à ce qu'il est taillé dans un bois qui est à la fois ferme, tendre et odorant. Il n'a de goût que pour ce qui lui fait du bien; son plaisir, son envie, cesse là où la mesure de ce qui convient est franchie. Il invente des remèdes contre les lésions, il exploite à son avantage les hasards malencontreux : ce qui ne le fait pas périr lui donne des forces. D'instinct, de tout ce qu'il voit, entend et vit, il amasse son propre capital : il est un principe de sélection, il élimine bien des choses. Il est toujours dans sa société bien à lui, qu'il commerce avec des livres, des hommes ou des paysages; par son choix, il honore ce qu'il a choisi, ce qu'il admet, ce à quoi il fait confiance. À toutes sortes de sollicitations, il réagit lentement, avec cette lenteur dont une longue prudence et une fierté délibérée lui ont imposé la discipline. Bien loin d'aller au-devant d'elle, il examine attentivement la sollicitation qui se présente à lui. Il ne croit ni à la « malchance », ni à la « faute » : il vient à bout de lui-même et des autres, il sait oublier“

—  Friedrich Nietzsche, livre Ecce homo

il est assez fort pour que tout, nécessairement, tourne à son avantage. Eh bien, je suis tout le contraire d'un décadent : car c'est moi-même que je viens de décrire.
Ecce homo, 1888, Pourquoi je suis si sage

Bertolt Brecht photo
George Carlin photo

„J'ai certaines règles que je suis dans la vie. Ma première règle : je ne crois en rien de ce que me dit mon gouvernement.“

—  George Carlin humoriste américain 1937 - 2008

Jammin' in New York (Improvisation à New York), 1992

Cléopâtre VII photo
Jules Verne photo
Edith Stein photo

„La pensée ne livre rien de la pureté et des profondeurs de l'âme ni de la vie du cœur, sinon les motifs qui la conduisent“

—  Edith Stein carmélite allemande d'origine juive, mystique, morte à Auschwitz, canonisée en 1999 1891 - 1942

Charité, Conscience

Ferhat Abbas photo
Tanella Boni photo

„La fin du désir c'est la mort de l'amour. La fin de la pluie c'est la mort de la vie.“

—  Tanella Boni écrivaine, philosophe et professeure 1954

Une vie de crabe, 1990

Michel Largillière photo
Mary Kingsley photo
Ian Watson photo

„Et comme la mort succède à la vie, elle doit elle-même précéder une autre naissance…“

—  Ian Watson auteur de science-fiction britannnique 1943

La Mort en cage, 1981

Yasmina Khadra photo

„Pour [mon père], les infortunes ne sont pas une fatalité, mais des incidents de parcours qu’il faut dépasser, quitte à en pâtir dans les minutes qui suivent. Son humilité et son discernement étaient un régal. J’ai tant voulu lui ressembler, jouir de sa frugalité et sa modération! Grâce à lui, alors que je grandissais sur une terre tourmentée depuis la nuit des temps, je refusais de considérer le monde comme une arène. Je voyais bien que les guerres se succédaient aux guerres, les représailles aux représailles, mais je m’interdisais de les cautionner d’une manière ou d’une autre. Je ne croyais pas aux prophéties de la discorde et n’arrivais pas à me faire à l’idée que Dieu puisse inciter ses sujets à se dresser les uns contre les autres et à ramener l’exercice de la foi à une absurde et effroyable question de rapport de forces. Dès lors, je m’étais méfié comme d’une teigne de ce qui me réclame un peu de mon sang pour purifier mon âme. Je ne voulais croire ni aux vallées des larmes ni à celles des ténèbres – il y avait d’autres sites plus séduisants et moins déraisonnables autour de soi. Mon père me disait : « Celui qui te raconte qu’il existe symphonie plus grande que le souffle qui t’anime te ment. Il en veut à ce que tu as de plus beau : la chance de profiter de chaque instant de ta vie. Si tu pars du principe que ton pire ennemi est celui-là même qui tente de semer la haine dans ton cœur, tu auras connu la moitié du bonheur. Le reste, tu n’auras qu’à tendre la main pour le cueillir. Et rappelle-toi ceci : il n’y a rien, absolument rien au-dessus de ta vie… Et ta vie n’est pas au-dessus de celle des autres. »
Je ne l’ai pas oublié.
J’en ai même fait ma principale devise, convaincu que lorsque les hommes auront adhéré à cette logique, ils auront enfin atteint la maturité.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Hugo Chávez photo
Anne Brontë photo
Dalida photo

„La vie m'est insupportable, pardonnez-moi.“

—  Dalida chanteuse et actrice italo-française 1933 - 1987

François Mauriac photo

„Notre vie vaut ce qu'elle nous a coûté d'efforts.“

—  François Mauriac écrivain français 1885 - 1970

Le Jeune Homme, 1926

Octave Mirbeau photo
Jack Kerouac photo
Frantz Fanon photo
Léon Blum photo

„L'abnégation, la charité résultent le plus souvent d'un défaut de vie personnelle.“

—  Léon Blum homme politique français 1872 - 1950

Nouvelles conversations de Goethe avec Eckermann, 1901

Gustave Le Bon photo
Marc Aurèle photo
Comte de Lautréamont photo
Joseph Mallord William Turner photo
Guy de Maupassant photo

„La vie, voyez-vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit.“

—  Guy de Maupassant, livre Une vie

Ultime phrase du roman inspirée par Flaubert dans une lettre adressée à Maupassant en 1878 : [Les choses ne sont jamais ni aussi mauvaises ni aussi bonnes qu’on croit] .
Roman, Une vie, 1883

Alexis de Tocqueville photo
Benoît XVI photo
Samuel Butler photo

„La vie est l’art de tirer des conclusions des prémisses insuffisantes.“

—  Samuel Butler écrivain britannique 1835 - 1902

Life is the art of drawing sufficient conclusions from insufficient premises.
en

George Sand photo
Honoré de Balzac photo
George Sand photo
Khalil Gibran photo

„Le désir est la moitié de la vie; l’indifférence est la moitié de la mort.“

—  Khalil Gibran poète et peintre libanais 1883 - 1931

Le sable et l'écume - Un livre d'aphorismes (Sand and Foam, A Book of Aphorisms, 1926)

„Soyez concrets, demandez l'impossible dans la vie.“

—  M_A_Y_GOH

Source: M_A_Y_GOH

Arthur Rimbaud photo

„La vie est la farce à mener par tous.“

—  Arthur Rimbaud poète français 1854 - 1891

Une Saison en Enfer http://www.mag4.net/Rimbaud/poesies/Season.html (A Season in Hell) (1873)
Source: Une saison en enfer; Illuminations; et autres textes

Thomas Szasz photo
Gabriel García Márquez photo

„Je crois que tout est né de la nostalgie. […] Nostalgie de mon pays et nostalgie de la vie.“

—  Gabriel García Márquez écrivain colombien 1927 - 2014

À propos de l’origine de son goût d’écrire et de raconter des histoires.
Entretiens

Michel Houellebecq photo
Loïc Decrauze photo
Jack Goody photo
André Gernez photo
Paul Valéry photo
Colette photo

„J'aime le courage féminin, son ingéniosité à organiser une vie blessée.“

—  Colette romancière française 1873 - 1954

Romans, Chambre d'hôtel, 1940

Otto Strasser photo
James Joyce photo
Octave Gréard photo

„Envoyez-moi votre fille, écrivait saint Jérôme à Læta; je me charge de l’élever. » « Gardez auprès de vous votre fille, » répond Fénelon à une mère qui lui avait demandé son avis. Le conseil était nouveau. Le couvent était resté la ressource commune, presque la seule ressource d’éducation pour les jeunes filles. Fénelon n’hésite pas à en signaler les dangers. « J’estime fort l’éducation des bons couvents, dit-il en substance, mais je compte encore plus sur les soins d’une bonne mère, quand elle est libre de s’y appliquer. Si un couvent n’est pas régulier, c’est une école de vanité : les jeunes filles n’y entendent parler du monde que comme d’une espèce d’enchantement; il n’est pas de poison plus subtil; mieux vaut le monde lui-même qu’un couvent mondain. Si l’établissement est demeuré fidèle à l’esprit de son institut, l’ignorance absolue du siècle y règne : l’enfant qui en sort pour entrer dans la vie est comme une personne qu’on aurait nourrie dans les ténèbres d’une profonde caverne, et qu’on ferait tout d’un coup passer au grand jour; rien ne peut être plus redoutable pour une imagination vive que cette surprise soudaine. C’est à la mère sage et discrète qu’il convient d’introduire peu à peu la jeune fille dans la société où elle doit vivre, et d’y accoutumer sa vue. Elle seule d’ailleurs peut découvrir dans son esprit et dans son cœur les mouvements qu’il importe de connaître pour la bien diriger.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Fénelon

Corinne Maier photo
Stephen King photo
Gabriele d'Annunzio photo
Alain de Benoist photo

„Qu’un écrivain déclare, comme la chose la plus naturelle du monde, qu’il préfère le commerce charnel des très jeunes personnes aux turpitudes classiques de ses contemporains, et il n’en faut pas plus – en pleine société permissive [sic] – pour le faire passer pour le Diable dans le Landerneau parisien. […] Pour ma part, c’est ce « scandale »qui me scandalise. Question de goût d’abord : n’aurait-on pas le droit de préférer caresser les hanches des lycéennes plutôt que la poitrine mafflue de la comtesse Grancéola (réplique matznévienne de la Castafiore ou la ménopause bien sonnée de la baronne Adélaïde Cramouillard, présidente de l’Union mystique universelle. Question de principe aussi : on peut désapprouver ce que l’on veut, mais comment peut-on, au sens propre du terme, être choqué par quoi que ce soit? Quant à la gravité du délit, enfin, il me semble, selon mon échelle de valeurs personnelles, qu’il est plus « scandaleux » de regarder les jeux télévisés, de jouer au Loto ou de lire Le Meilleur, que d’avoir la passion des fesses fraîches, des émotions naissantes et des seins en boutons. Bien des imbéciles se sont horrifiés de la publication des Moins de seize ans. Que des adultes qui admettent fort bien que leur progéniture s’abrutisse des journées entières devant des machines à sous ou des téléfilms débiles, tremblent à l’idée que leur fille, plutôt que de passer son temps avec des crétins de son âge, puisse coucher avec un écrivain « qui pourrait être son père » et tomber dans les rets de ce suborneur de Gabriel, me fait, quant à moi, plutôt éclater de rire. [.. ] Quant aux jeunes personnes qui fréquentent Gabriel Matzneff, je ne doute pas qu’elles apprendront à son contact plus de choses belles et élevées que dans la vulgarité et la niaiserie que secrète à foison leur vie familiale et scolaire.“

—  Alain de Benoist écrivain français 1943

Articles

Voltaire photo
Orson Welles photo

„Mon meilleur film est Falstaff, ensuite Les Amberson. Falstaff est le complément, quarante ans plus tard, de ce Citizen Kane que j'ai tourné à l'aube de ma vie.“

—  Orson Welles réalisateur, acteur, producteur et scénariste américain 1915 - 1985

D'Orson Welles

Winston Churchill photo
Carlos Ruiz Zafón photo
Pier Giorgio Frassati photo
Pierre Desproges photo