Maximilien de Robespierre citations

Maximilien de Robespierre photo
118   2

Maximilien de Robespierre

Date de naissance: 6. mai 1758
Date de décès: 28. juillet 1794
Autres noms: Robespierre, Maximilien Marie Isidore de Robespierre

Publicité

Maximilien de Robespierre, ou Maximilien Robespierre, est un avocat et homme politique français né le 6 mai 1758 à Arras et mort guillotiné le 28 juillet 1794 à Paris, place de la Révolution. Il est l'une des principales figures de la Révolution française et demeure aussi l'un des personnages les plus controversés de cette période.

Maximilien de Robespierre est l'aîné d'une fratrie de cinq enfants et il perd sa mère à l'âge de six ans. Son père abandonne le foyer et dès lors, Maximilien est pris en charge par son grand-père maternel. Après d'excellentes études au collège d'Arras et au collège Louis-le-Grand de Paris, licencié en droit, il devient avocat et s'inscrit en 1781 au Conseil provincial d'Artois, occupant même un temps la charge de juge au tribunal épiscopal.

Élu député du Tiers état aux États généraux de 1789, il devient bientôt l'une des principales figures des « démocrates » à l'Assemblée constituante, défendant l'abolition de la peine de mort et de l'esclavage, le droit de vote des gens de couleur, des juifs ou des comédiens, ainsi que le suffrage universel et l'égalité des droits contre le suffrage censitaire. Il décide aussi de réglementer sévèrement la Bourse. Son intransigeance lui vaut bientôt d'être surnommé « l'Incorruptible ». Membre du club des Jacobins dès ses origines, il en devient le plus illustre membre et l'une des figures de proue. Après la scission des Feuillants, il contribue à sa réorganisation et lui permet grandement de conserver le soutien de la plupart des sociétés affiliées de province.

Opposé à la guerre contre l'Autriche en 1792, il s'oppose à La Fayette et soutient la chute de la royauté. Membre de la commune insurrectionnelle de Paris, il est élu à la Convention nationale, où il siège sur les bancs de la Montagne et s'oppose à la Gironde. Après les journées du 31 mai et du 2 juin 1793, il entre le 27 juillet 1793 au Comité de salut public, où il participe à l'instauration d'un gouvernement révolutionnaire et de la Terreur, dans un contexte de guerre extérieure contre les monarchies coalisées et de guerre civile .

Au printemps 1794, Robespierre et ses collègues du Comité de salut public font arrêter successivement les Hébertistes, meneurs du club des Cordeliers, puis les Indulgents, mesures suivies de la condamnation et de l'exécution des dirigeants des deux « factions. » Il contribue ensuite à faire cesser la politique de déchristianisation et fait voter, en qualité de rapporteur, le décret du 18 floréal an II, par lequel « le peuple français reconnaît l’existence de l’être suprême, et l’immortalité de l’âme », et la loi de Prairial, dite de « Grande Terreur ».

Attaqué et isolé au sein de la Convention par une coalition hétéroclite et conjoncturelle de Montagnards composée d'anciens dantonistes, de représentants en mission rappelés et, au sein du gouvernement révolutionnaire, par le Comité de sûreté générale et des collègues du Comité de salut public, Robespierre prend l'Assemblée constituante à témoin de ces dissensions le 8 thermidor an II, mais ne parvient pas à imposer ses vues. Le lendemain, empêché de parler par ses ennemis, alliés pour la circonstance aux modérés de la Plaine, il est arrêté avec son frère Augustin et ses amis Couthon, Saint-Just et Le Bas. La Commune entre alors en insurrection et le fait libérer, pendant que la Convention le déclare hors-la-loi.

Dans la nuit, une colonne armée s'empare de l'hôtel de ville, où Robespierre se trouve avec ses partisans. Il est blessé à la mâchoire dans des circonstances incertaines. Après vérification de son identité devant le Tribunal révolutionnaire, il est guillotiné dans l'après-midi du 10 thermidor avec vingt-et-un de ses partisans. Sa mort entraîne, dans les mois qui suivent, une « réaction thermidorienne », qui voit le démantèlement du gouvernement révolutionnaire et de la Terreur.

Robespierre est sans doute le personnage le plus controversé de la Révolution française. Ses détracteurs soulignent son rôle dans l'instauration de la Terreur et la nature autoritaire du Comité de salut public. Pour d'autres, Robespierre tenta de limiter les excès de la Terreur, et fut avant tout un défenseur de la paix, un champion de la démocratie directe et de la justice sociale, un porte-parole des pauvres, et l'un des acteurs de la première abolition de l'esclavage en France. Ces historiens font remarquer que la chute de Robespierre, le 9 thermidor, coïncide avec l'arrêt des mesures sociales qu'il avait prises en faveur des pauvres , et le triomphe du libéralisme économique. En accord avec cette historiographie, on trouve notamment Albert Mathiez ou Henri Guillemin.

Auteurs similaires

Stanislas de Clermont-Tonnerre photo
Stanislas de Clermont-Tonnerre1
personnalité politique française
Paul Lafargue photo
Paul Lafargue38
personnalité politique française, journaliste et socialiste
Aimé Césaire photo
Aimé Césaire32
poète et homme politique français
Gracchus Babeuf photo
Gracchus Babeuf23
homme politique et révolutionnaire français
Philippe Poutou photo
Philippe Poutou2
personnalité politique française
Nicolas de Condorcet photo
Nicolas de Condorcet7
philosophe, mathématicien et homme politique français
Étienne de La Boétie photo
Étienne de La Boétie11
écrivain, poète et homme politique français
Anténor Firmin photo
Anténor Firmin1
homme politique et intellectuel haïtien
Alexis Carrel photo
Alexis Carrel14
chirurgien et biologiste français
Michel Serres photo
Michel Serres7
philosophe, historien des sciences et homme de lettres fran…

Citations Maximilien de Robespierre

„Tous les ennemis de la liberté parlent contre le despotisme d'opinion, parce qu'ils préfèrent le despotisme de la force.“

—  Maximilien de Robespierre
Discours, Justification d'une procédure d'exclusion du club des jacobins [7, février, 1794] (19 pluviôse an II)

Publicité

„Si le ressort du gouvernement populaire dans la paix est la vertu, le ressort du gouvernement populaire en révolution est à la fois la vertu et la terreur : la vertu, sans laquelle la terreur est funeste; la terreur, sans laquelle la vertu est impuissante. La terreur n'est autre chose que la justice prompte, sévère, inflexible; elle est donc une émanation de la vertu; elle est moins un principe particulier, qu'une conséquence du principe général de la démocratie, appliqué aux plus pressants besoins de la patrie.“

—  Maximilien de Robespierre
Discours, Discours à la Convention nationale sur les principes de morale politique qui doivent guider la Convention nationale dans l'administration intérieure de la République, [5, février, 1794] (17 pluviôse an II), Discours à la Convention nationale sur les principes de morale politique qui doivent guider la Convention nationale dans l'administration intérieure de la République le [5, février, 1794]

„Les traîtres à la patrie sont ceux qui cherchent à vous faire révoquer votre décret; et si pour avoir le droit de se faire entendre dans cette assemblée, il faut attaquer les individus, je vous déclare, moi, que j'attaque personnellement M. Barnave et MM. Lameth.“

—  Maximilien de Robespierre
Discours, Sur les menaces de révocation par Antoine Barnave, Alexandre et Charles Lameth, des droits politiques d'une partie des hommes de couleur libres, reconnus par l'assemblée constituante, le 15 mai 1791, [5, septembre, 1791]

Help us translate English quotes

Discover interesting quotes and translate them.

Start translating

„Ayez des fêtes générales et plus solennelles pour toute la République; ayez des fêtes particulières et pour chaque lieu qui soient des jours de repos, et qui remplacent ce que les circonstances ont détruit.“

—  Maximilien de Robespierre
Discours, Sur les rapport des idées religieuses et morales avec le principe républicains et sur les fêtes nationales. Rapport présenté au nom du comité de salut public, [7, mai, 1794] (18 floréal an II)

„Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Etiam egestas wisi a erat. Morbi imperdiet, mauris ac auctor dictum.“

Anniversaires aujourd'hui
Gilles Deleuze photo
Gilles Deleuze18
philosophe français 1925 - 1995
 Montesquieu photo
Montesquieu17
écrivain et philosophe français 1689 - 1755
John Tyler photo
John Tyler
10e président des États-Unis de 1841 à 1845 (1790-1862) 1790 - 1862
John Woodroffe photo
John Woodroffe
indianiste britannique 1865 - 1936
Un autre 60 ans aujourd'hui
Auteurs similaires
Stanislas de Clermont-Tonnerre photo
Stanislas de Clermont-Tonnerre1
personnalité politique française
Paul Lafargue photo
Paul Lafargue38
personnalité politique française, journaliste et socialiste
Aimé Césaire photo
Aimé Césaire32
poète et homme politique français
Gracchus Babeuf photo
Gracchus Babeuf23
homme politique et révolutionnaire français
Philippe Poutou photo
Philippe Poutou2
personnalité politique française