Citations sur le soleil

Une collection de citations sur le thème de soleil, pluie, tout, bien-être.

Meilleures citations sur le soleil

Edmond Jabès photo

„Tu es l'un des épis du cri collectif que le soleil dore.“

—  Edmond Jabès, livre Le Livre des questions

Le Livre des questions, 1963

„Il n’y a pas qu’un jour, demain aussi le soleil brillera.“

—  Ahmadou Kourouma, livre En attendant le vote des bêtes sauvages

En attendant le vote des bêtes sauvages, 1998

„Si je ne croyais pas que le Soleil me regarde un peu, je ne le regarderait pas.“

—  Antonio Porchia 1885 - 1968

Si yo no creyera que el sol me mira un poco, no lo miraría.
es

Louis Aragon photo

„Croire au soleil quand tombe l'eau.“

—  Louis Aragon, livre Le Fou d'Elsa

Le Fou d'Elsa, 1963

Félix Timmermans photo

„Le soleil avait plongé, pareil à un poisson d’or.“

—  Félix Timmermans écrivain et peintre belge 1886 - 1947

De zon was gezonken als een goudvis.
nl
Incipit et explicit du roman.
La Harpe de saint François ('), 1932

Jonas Salk photo

„Un brevet? Peut-on faire breveter le soleil?“

—  Jonas Salk biologiste américain et inventeur du premier vaccin contre la poliomyélite 1914 - 1995

En réponse à ceux qui lui demandaient s'il comptait, ou non, faire breveter sa découverte.

Octavio Paz photo

„Sur le cou d'oiseau de la nuit, tu es un collier de soleil.“

—  Octavio Paz poète, essayiste et diplomate mexicain 1914 - 1998

Poésie, Liberté sur parole, 1929

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Eleanor Roosevelt photo

„Faites chaque jour au moins une chose qui vous fait peur.“

—  Eleanor Roosevelt personnalité politique américaine 1884 - 1962

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Ralph Waldo Emerson photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Eleanor Roosevelt photo

Toutes citations sur le soleil

Un total de filtre 210 citations:

Tupac Shakur photo

„Est-ce que je survivrai jusqu'à l'aube, pour voir le soleil? S'il-te-plaît Seigneur, pardonne-moi mes péchés, car me voilà.“

—  Tupac Shakur rappeur américain 1971 - 1996

Will I survive 'til the mornin', to see the sun? Please Lord forgive me for my sins, 'cause here I come.
en
So Many Tears

Albert Camus photo
Nicolas Copernic photo

„On admettra enfin que le soleil lui-même occupe le centre du monde. Toutes ces choses, c'est la loi de l'ordre dans lequel elles se suivent les unes les autres, ainsi que l'harmonie du monde, qui nous les enseigne, pourvu seulement que nous regardions les choses elles-mêmes pour ainsi dire des deux yeux.“
Ipse denique sol medium mundi putabitur possidere, quae omnia ratio ordinis, quo illa sibi invicem succedunt, et mundi totius harmonia nos docet, si modo rem ipsam ambobus (ut aiunt) oculis inspiciamus

—  Nicolas Copernic, livre De revolutionibus orbium coelestium

la
De revolutionibus orbium coelestium (1543)
Source: Le soleil n'occupe pas le centre des mouvements planétaires (pas même le centre des mouvements de la terre) mais le centre de l'Univers, c'est-à-dire, le centre de la sphère des fixes. Le rôle du soleil, dans le système de Copernic est uniquement optique. Il éclaire le monde. Il ne fait pas mouvoir les planètes.

Claude Debussy photo
Jules Verne photo
Vassilis Alexakis photo
Christopher Gérard photo
Robert Desnos photo
Georges Darien photo
Bret Easton Ellis photo
Vladimir Nabokov photo
André Breton photo
Christian Bobin photo
Richard Wagner photo
Robert Desnos photo
Catulle photo

„Vivons, ma Lesbia, aimons-nous et que tous les murmures des vieillards moroses aient pour nous la valeur d'un as. Les feux du soleil peuvent mourir et renaître; nous, quand une fois est morte la brève lumière de notre vie, il nous faut dormir une seule et même nuit éternelle. Donne-moi mille baisers, puis cent, puis mille autres, puis une seconde fois cent, puis encore mille autres, puis cent. Et puis, après en avoir additionné beaucoup de milliers, nous embrouillerons le compte si bien que nous ne le sachions plus et qu'un envieux ne puisse nous porter malheur, en apprenant qu'il s'est donné tant de baisers.“

—  Catulle poète romain -84 - -54 avant J.-C.

Vivamus, mea Lesbia, atque amemus...
soles occidere et redire possunt:
nobis cum semel occidit brevis lux,
nox est perpetua una dormienda.
Da mi basia mille, deine centum,
Dein mille altera, dein secunda centum,
deinde usque altera mille, deinde centum.
Dein, cum milia multa fecerimus,
Conturbaminus illa, ne sciamus,
Aut ne quis malus invidere possit,
Cum tantum sciat esse basiorum.
la
Poème 6.
Source: Pièce de monnaie romaine de très faible valeur.

Yasmina Khadra photo

„Mon cœur se contracte au spectacle qui s’offre à moi… Janin… C’était la grande cité de mon enfance. Les terres tribales se trouvant à une trentaine de kilomètres de là, j’accompagnais souvent mon père quand il se rendait en ville proposer ses toiles à de louches marchands d’art. À cette époque, Janin me paraissait aussi mystérieuse que Babylone, et j’aimais à prendre ses nattes pour des tapis volants. Puis, lorsque la puberté me rendit plus attentif au déhanchement des femmes, j’appris à m’y rendre seul comme un grand. Janin, c’était la ville rêvée des anges délurés, avec ses petites manières de grosse bourgade singeant les grandes villes, sa cohue incessante qui rappelle le souk un jour de ramadan, ses boutiques aux allures de caverne d’Ali Baba où les babioles s’évertuaient à minimiser l’ombre des pénuries, ses ruelles parfumées où les galopins évoquaient des princes aux pieds nus; mais aussi son côté pittoresque qui fascinait les pèlerins dans une vie antérieure, l’odeur de son pain que je n’ai retrouvée nulle part ailleurs et sa bonhomie toujours vivace malgré tant d’infortunes… Où sont donc passées les petites touches qui faisaient son charme et sa griffe, qui rendaient la pudeur de ses filles aussi mortelle que leur effronterie et les vieillards vénérables en dépit de leur caractère impossible? Le règne de l’absurde a ravagé jusqu’aux joies des enfants. Tout a sombré dans une grisaille malsaine. On se croirait sur une aile oubliée des limbes, hantée d’âmes avachies, d’êtres brisés, mi-spectres mi-damnés, confits dans les vicissitudes tels des moucherons dans une coulée de vernis, le faciès décomposé, le regard révulsé, tourné vers la nuit, si malheureux que même le grand soleil d’As-Samirah ne parvient pas à l’éclairer.
Janin n’est plus qu’une ville sinistrée, un immense gâchis; elle ne dit rien qui vaille et a l’air aussi insondable que le sourire de ses martyrs dont les portraits sont placardés à chaque coin de la rue. Défigurée par les multiples incursions de l’armée israélienne, tour à tour clouée au pilori et ressuscitée pour faire durer le plaisir, elle gît dans ses malédictions, à bout de souffle et à court d’incantations…“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Robert Desnos photo
Octavio Paz photo
Colette photo

„Mon bien-aimé, mon soleil, lève-toi sur l'horizon, efface mes nuits d'exil.
Les ténèbres de la solitude me couvrent de toutes parts.“

—  Sayd Bahodine Majrouh homme politique afghan 1928 - 1988

Le Suicide et le Chant, Quelques Landays

André Breton photo
J. M. Coetzee photo
Émile Lahoud photo
Marguerite Yourcenar photo

„Rien dans cette immensité n'avait de nom : il se retint de penser que l'oiseau qui pêchait, balancé sur une crête, était une mouette, et l'étrange animal qui bougeait dans une mare ses membres si différents de ceux de l'homme une étoile de mer. La marée baissait toujours, laissant derrière elle des coquillages aux spirales aussi pures que celles d'Archimède; le soleil montait insensiblement, diminuant cette ombre humaine sur le sable. Plein d'une révérencieuses pensée qui l'eût fait mettre à mort sur toutes les places publiques de Mahomet ou du Christ, il songea que les symboles les plus adéquats du conjectural Bien Suprême sont encore ceux qui passent absurdement pour les plus idolâtres, et ce globe igné le seul Dieu visible pour des créatures qui dépériraient sans lui. De même, le plus vrai des anges était cette mouette qui avait de plus que les Séraphins et les Trônes l'évidence d'exister. Dans ce monde sans fantômes, la férocité même était pure : le poisson qui frétillait sous la vague ne serait dans un instant qu'un sanglant bon morceau sous le bec de l'oiseau pêcheur, mais l'oiseau ne donnait pas de mauvais prétexte à sa faim. Le renard et le lièvre, la ruse et la peur, habitaient la dune où il avait dormi, mais le tueur ne se réclamait pas de lois promulguées jadis par un renard sagace ou un renard-dieu; la victime ne se croyait pas châtiée pour ses crimes et ne protestait pas en mourant de sa fidélité à son prince. La violence du flot était sans colère. La mort, toujours obscène chez les hommes, était propre dans cette solitude.“

—  Marguerite Yourcenar, livre L'Œuvre au noir

L'Œuvre au noir, 1968

Anne Calife photo
Anne Calife photo
Albert Camus photo
James Joyce photo
Charles Robert Maturin photo
Jean Rohou photo
Colette photo
Mika Waltari photo
René Crevel photo
Renée Vivien photo
Richard Huelsenbeck photo
José Ortega y Gasset photo

„La gloire, comme les phénomènes qui lui sont apparentés — le lever et le coucher du soleil —, a un habit d'or, mais non la consistance de l'or; elle en a la couleur et l'éclat.“

—  José Ortega y Gasset philosophe, sociologue, essayiste, homme de presse et homme politique espagnol 1883 - 1955

Le Spectateur (El Espectador), 1916-1936

Muriel Barbery photo
Philippe Djian photo
André Breton photo
Pindare photo

„Le premier des biens est l'eau; l'or, étincelant comme une flamme qui s'allume dans la nuit, efface tous les trésors de la fière opulence. Veux-tu chanter les Jeux, ô mon âme? ne cherche pas, au ciel désert quand le jour brille, un astre plus ardent que le Soleil, et n'espère pas célébrer une lice plus glorieuse qu'Olympie! De là part l’hymne que mille voix répètent; il inspire le génie des poètes, accourus, pour chanter le fils de Cronos, au foyer bienheureux de Hiéron.“

—  Pindare, livre Olympiques

Ἄριστον μὲν ὕδωρ, ὁ δὲ χρυσὸς αἰθόμενον πῦρ
ἅτε διαπρέπει νυκτὶ μεγάνορος ἔξοχα πλούτου·
εἰ δ' ἄεθλα γαρύεν
ἔλδεαι, φίλον ἦτορ,
μηκέθ' ἁλίου σκόπει
ἄλλο θαλπνότερον ἐν ἁμέρᾳ φαεννὸν ἄστρον ἐρήμας δι' αἰθέρος,
μηδ' Ὀλυμπίας ἀγῶνα φέρτερον αὐδάσομεν·
ὅθεν ὁ πολύφατος ὕμνος ἀμφιβάλλεται
σοφῶν μητίεσσι, κελαδεῖν
Κρόνου παῖδ' ἐς ἀφνεὰν ἱκομένους
μάκαιραν Ἱέρωνος ἑστίαν,
grc
Première Olympique, première strophe. Le souverain cité est Hiéron de Syracuse, tyran sicilien et commanditaire de l'ode.
Olympiques

Gaston Bachelard photo
Octavio Paz photo
André Breton photo
André Breton photo

„De l'ombre d'un petit bouquet d'arbres à une centaine de mètres s'envolaient encore dans la direction du soleil quelques-uns de ces pantalons de dentelle qui font merveille au théâtre mais j'avais en vue autre chose qu'un lâcher de pigeons-voyageurs.“

—  André Breton poète et écrivain français 1896 - 1966

L'Année des chapeaux rouges partie I Pour mieux sauter, André Breton, Littérature Nouvelle Série, 3, Mai 1922, 9
L'Année des chapeaux rouges, 1922

Virginia Woolf photo
Antonin Artaud photo
Karen Blixen photo
Xavier Forneret photo
Antoine Bello photo
Charles de Saint-Évremond photo
Robert Desnos photo
Robert Desnos photo
Vladimir Nabokov photo
Max Jacob photo
Paul Éluard photo
James Joyce photo
Khalil Gibran photo
Octavio Paz photo
Francis Picabia photo
Léo Taxil photo
Colette photo
Alfred Sisley photo
Ernst Jünger photo
François-René de Chateaubriand photo
Arthur C. Clarke photo
René Char photo
Henry de Monfreid photo
James Joyce photo

„Les voix se marient et se fondent en un silence nébuleux : un silence, qui est l'infini de l'espace; et vite, en silence, l'âme aspirée plane au-dessus de régions de cycles des cycles de générations qui furent. Une région où le gris crépuscule descend toujours sans jamais tomber sur de vastes pâturages vert amande, versant sa cendre, éparpillant sa perpétuelle rosée d'étoiles. Elle suit sa mère à pas empruntés, une jument qui guide sa pouliche. Fantômes crépusculaires cependant pétris d'une grâce prophétique, svelte, croupe en amphore, col souple et tendineux, douce tête craintive. Ils s'évanouissent, tristes fantômes : plus rien. Agendath est une terre inculte, la demeure de l'orfraie et du myope upupa. Netaïm la splendide n'est plus. Et sur la route des nuées ils s'en viennent, tonnerre grondant de la rébellion, les fantômes des bêtes. Houhou! Héla! Houhou! Parallaxe piaffe par-derrière et les aiguillonne, les éclairs lancinants de son front sont des scorpions. L'élan et le yak, les taureaux de Bashan et de Babylone, le mammouth et le mastodonte en rangs serrés s'avancent vers la mer affaissée, Lacus Mortis. Troupe zodiacale de mauvais augure et qui crie vengeance! Ils gémissent en foulant les nuages, cornes et capricornes, trompes et défenses, crinières léonines, andouillers géants, mufles et groins, ceux qui rampent, rongent, ruminent, et les pachydermes, multitude mouvante et mugissante, meurtriers du soleil.“

—  James Joyce, livre Ulysse

Ulysse, 1922

Émile Zola photo
Gérard de Nerval photo
André Gernez photo

„Pour l'être théotropique qu'est l'homme, refuser Dieu serait nier le soleil pour une tête de tournesol.“

—  André Gernez médecin français 1923 - 2014

Réponse qu'apporte la biologie à l'attente de André Malraux * On attend de la biologie qu'elle rende intelligible l'aventure de l'espèce.

Robert Desnos photo
Georges Bataille photo

„D'un geste (car il est plus sûr de ses mouvements que de ses mots, en ce pays étranger), il écarte l'enfant et presse le pas pour se tenir à la hauteur d'une jeune femme qui va dans la même direction que lui, le long du mur opposé. Musclée, les cheveux coupés presque aussi court que ceux d'un homme et décolorés jusqu'au ton de la paille, elle revient probablement de la plage, si elle porte sous le bras une serviette roulée qui pourrait bien contenir un maillot humide qui aurait contenu son corps. Le soleil a rougi son visage que nul fard n'accentue, ses épaules qui sortent largement d'une étroite robe blanche. Ses pieds, dans des sandales de cuir beige, sont nus; l'une de ses chevilles, la gauche, est écorchée; les ongles de ses orteils n'ont que des traces de vernis. Par l'allure et par le maintien elle n'a rien d'une femme galante, mais ses grands yeux marron ont lancé sur Sigismond un regard leste (« furtif », se dit-il qu'aurait dit le pédant cousin), et dans la main qui vient de repousser l'enfant aux annuaires il lui semble qu'il sent la rondeur robuste de l'épaule de celle-là. Après avoir dépassé l'Inter Club Bar, cependant, elle entre dans la pension Toledo, et elle ne s'est pas retournée vers le suiveur, qui sait qu'il ne fut pas inaperçu. Quelques instants il reste devant la pension (de mauvaise apparence), l'œil au guet des volets clos; or son espoir est déçu de voir une fenêtre s'ouvrir et une figure se pencher pour lui sourire ou se moquer de lui.“

—  André Pieyre de Mandiargues écrivain français 1909 - 1991

Roman, La Marge (prix Goncourt), 1967

Aimé Césaire photo
James Joyce photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Toni Morrison photo
Gabriele d'Annunzio photo
Jean-Christophe Rufin photo
Novalis photo
Hérodote photo
Diogène de Sinope photo

„Alexandre le rencontra et lui dit : "Demande-moi ce que tu veux et tu l'auras." Il lui répondit : "Ôte-toi de mon soleil!"“

—  Diogène de Sinope philosophe grec de l'Antiquité associé à l'école cynique -404 - -322 avant J.-C.

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres

Vladimir Nabokov photo
Joseph Conrad photo
Maxence Caron photo

„L'arc est un passage voûté dont le sombre crépi assez bien s'accorde à des relents d'urine qui font la suggestion de l'entrée d'une vespasienne à l'usage de géants. Tout au moins la voûte et l'odeur ont-elles pour Sigismond le caractère de ce qui est romain, et qui se trouve à Nîmes autant que dans la cité couleur d'or et de bran où il fut avec Sergine au mois de mai, guère plus tard qu'à présent, dans l'année qui suivit la naissance du petit Elie. Rome est partout dans les villes du Midi, quoique le denier Vespasien ne soit plus payé par personne. Sergine, un œillet sous les narines un peu busquées qu'elle remuait avec des manières de pouliche, accélérait le pas aux endroits où vraiment le marbre sentait trop, car la puanteur du marbre où l'ammoniaque au soleil s'évapore est le plus intolérable défaut des lieux sublimes. Sans tant de nervosité, Sigismond de même accélère. Le quartier de ruelles, où par la voie de l'arc il est venu de la Rambla, n'est pas aussi peuplé que les environs de son hôtel, les lumières n'y sont pas aussi vives, les bars n'y ont pas de si tapageuses musiques, et lui-même, en épiant entre les rideaux d'une cafétéria le jeu muet des serveuses, éprouve un sentiment de gêne que la persistance de la mauvaise odeur ne suffit pas à expliquer. Devant lui se rétrécit la calle Arco del Teatro. A droite, au premier coin, il préfère tourner dans Lancaster, large tranchée sinistre au milieu de laquelle sur de gros pavés joints de poussière et d'ordure il chemine, méprisant le trottoir plus disjoint, négligeant un bar assez louche qui à la mode anglaise se réclame de pirates. Point de passants là. Il est, pour un moment, à l'obscur.“

—  André Pieyre de Mandiargues écrivain français 1909 - 1991

Roman, La Marge (prix Goncourt), 1967

Ludwig Tieck photo
Philip K. Dick photo
George Carlin photo
James Joyce photo
Paul Klee photo