Citations sur l'histoire

Une collection de citations sur le thème de histoire, pluie, tout, bien-être.

Meilleures citations sur l'histoire

Mustafa Kemal Atatürk photo

„Le Califat n'est qu'un reliquat de l'Histoire. Rien ne justifie son existence.“

—  Mustafa Kemal Atatürk fondateur et le premier président de la République turque 1881 - 1938

Attribuées

„Pour avoir un maximum d'influence aujourd'hui, il faut tenir l'histoire.“

—  Martin Peltier écrivain, journaliste et militant politique français 1951

Antoine Bello photo

„Le monde est le lieu où s'affrontent les histoires.“

—  Antoine Bello, livre Les Producteurs

Les Producteurs, 2015

Marc Bloch photo

„Satanique ennemi de la véritable histoire : la manie du jugement.“

—  Marc Bloch, livre Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien

Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, 1941

„Mais ce sont les idiots qui font l'histoire.“

—  Edmund Cooper écrivain britannique 1926 - 1982

Le Jour des fous, 1966

„Les gens qui dorment ne créent pas l'Histoire, ils la bâillent.“

—  Bernard Wolfe écrivain américain 1915 - 1985

, 1952

Georg Wilhelm Friedrich Hegel photo

„L'histoire mondiale est le progrès dans la conscience de la liberté.“

—  Georg Wilhelm Friedrich Hegel philosophe allemand 1770 - 1831

La Philosophie de l'histoire, Cours 1822-1831

Cormac McCarthy photo

„Les choses n'ont aucun sens indépendamment de leur histoire.“

—  Cormac McCarthy, livre Le Grand Passage

Le Grand Passage, 1994

Roland Barthes photo

„Toute l'histoire repose, en dernière instance, sur le corps humain.“

—  Roland Barthes critique littéraire français 1915 - 1980

Michelet par lui-même, 1954

Jean-Marie Le Pen photo

„L'Histoire ne pardonne pas aux peuples qui se couchent.“

—  Jean-Marie Le Pen, livre Les Français d'abord

Les Français d'abord (1984)

Toutes citations sur l'histoire

Un total de filtre 710 citations:

Christopher Hitchens photo
Winston Churchill photo
Adolf Hitler photo

„Les Anglais ont Shakespeare, mais, en dehors de cela, leur histoire ne contient que des énergumènes ou des nullités.“

—  Adolf Hitler homme d'État allemand né en Autriche 1889 - 1945

Les différents peuples

Napoléon Bonaparte photo
Joseph Wresinski photo
Marc Ferro photo
Orson Welles photo
Jules Michelet photo
Orson Welles photo

„N'eût-il réalisé que Citizen Kane, La splendeur des Amberson et La dame de Shanghai, Orson Welles mériterait de figurer en bonne place sur l'un des médaillons de l'arc de triomphe idéal de l'histoire du cinéma.“

—  Orson Welles réalisateur, acteur, producteur et scénariste américain 1915 - 1985

André Bazin, critique
À propos d'Orson Welles

Frantz Fanon photo
Antoine Prost photo
Gustave Le Bon photo
Jules Michelet photo
René Lévesque photo
Jean de La Fontaine photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Joseph Staline photo

„Ce ne sont pas les héros qui font l'histoire, mais l'histoire qui font les héros.“

—  Joseph Staline Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de la RSFSR puis d'URSS 1879 - 1953

Pierre Bourgeade photo
Patrick Boucheron photo
Charles Bukowski photo
Steven Spielberg photo
Zinedine Zidane photo
Sylvain Tesson photo
Annie Le Brun photo
François Mitterrand photo
Fidel Castro photo
Pierre Bourdieu photo

„L’histoire sociale enseigne qu’il n’y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l’imposer.“

—  Pierre Bourdieu sociologue français 1930 - 2002

Contre feux n°2, 2001

Franz Werfel photo
Alexandre Netchvolodov photo
Jules Barbey d'Aurevilly photo

„Mahomet est une des trois ou quatre figures qui dominent l'humanité et son histoire.“

—  Jules Barbey d'Aurevilly romancier, nouvelliste, poète, critique littéraire, journaliste et polémiste français 1808 - 1889

Les Œuvres et les hommes

Guillermo Cabrera Infante photo

„L'histoire de son enfant idiot t'a ému, comme nous? Eh bien, ce n'est pas vrai, je peux te le dire : il n'existe aucun enfant, ni idiot ni prodige. C'est son mari qui avait une fillette, tout à fait normale, de douze ans. Il dut l'envoyer à la campagne parce qu'elle lui rendait la vie impossible. Elle est mariée, c'est vrai, avec un marchand de fritas de la place de Marianado (il s'arrêta et fut sur le point de prononcer comme une précieuse Marianado), un pauvre homme à qui elle fait du chantage et quand elle lui rend visite dans son travail, c'est pour lui voler des hot-dogs, des œufs et des pommes de terre farcies, qu'elle mange dans sa chambre. Je dois te dire qu'elle mange comme un régiment et toute cette nourriture c'est nous qui devons la payer et elle a toujours faim. C'est pour cela qu'elle est énorme comme un hippopotame et comme eux elle est amphibie. Elle se baigne trois fois par jour : quand elle arrive le matin, à midi quand elle se réveille pour déjeuner et le soir avant de sortir parce que ce qu'elle peut transpirer. Elle fait eau de toutes parts comme si elle avait toujours la fièvre et c'est ainsi qu'elle passe sa vie dans l'eau : transpirant, buvant de l'eau et se baignant. Et tout cela en chantant : elle chante quand elle rentre le matin, elle chante sous la douche, elle chante en s'habillant pour sortir, elle chante toujours. Le matin quand elle rentre nous l'entendons avant qu'elle ne pousse sa chansonnette parce qu'elle s'agrippe à la rampe pour monter les escaliers, tu connais ces escaliers de marbre et à balustrade en fer des maisons du vieux quartier du Vedado. Elle monte ainsi accrochée à la rampe et toute la balustrade tremble et résonne dans la maison, et dès que le fer tambourine sur le marbre, elle se met à chanter. Elle nous a fait des tas d'histoires avec les voisins d'en dessous, mais on ne peut rien lui dire, car elle ne veut rien entendre : « C'est l'envie » dit-elle, « l'envie qui les fait parler. Vous verrez comme ils vont m'aduler quand je deviendrai célèbre.»“

—  Guillermo Cabrera Infante écrivain cubain 1929 - 2005

Car elle est obsédée par la célébrité et nous aussi nous sommes obsédés par sa célébrité : nous mourrons d'envie qu'elle devienne célèbre et qu'elle finisse par fiche le camp avec sa musique ou plutôt sa voix — car elle prétend qu'elle n'a pas besoin de musique pour chanter puisqu'elle la porte en elle — avec sa voix ailleurs.
Roman, Trois tristes tigres , 1967

Antoine Bello photo
Pierre Garcia-Fons photo
Georges Darien photo
Margaret Cho photo

„J'adore le mot tapette parce qu'il désigne mon genre de gars! Parce que moi, je suis une fille à tapettes. Les filles à tapettes sont la colonne vertébrale de la communauté gaie. Sans nous, vous n'êtes rien! Nous y étions, à travers l'histoire, pour vous guider le long du chemin de fer clandestin! … C'est avec nous que vous êtes allés au bal des finissants!“

—  Margaret Cho actrice américaine 1968

I love the word "faggot," because it describes my kind of guy! You see, I am a fag hag. Fag hags are the backbone of the gay community. Without us, you're nothing! We have been there all through history guiding your sorry ass through the underground railroad! ...We went to the prom with you!
en
I'm the One that I Want

Barack Obama photo

„Nous nous rappellerons que quelque chose se passe en Amérique, que nous ne sommes pas aussi divisés que nos politiques le suggèrent, que nous somme un peuple uni, nous sommes une Nation, et ensemble, nous allons ouvrir le prochain chapitre de l’Histoire américaine avec ces trois mots qui vont retentir de tous les côtés du pays, d’un océan à l’autre… : Oui nous pouvons!“

—  Barack Obama 44e président des États-Unis 1961

we will remember that there is something happening in America, that we are not as divided as our politics suggest, that we are one people, we are one nation.
Discours de défaite aux primaires du New Hampshire

Robert Desnos photo
Jacques Attali photo
Michel Onfray photo

„Il n'est pas rare qu'un rejet, subi dans le cadre d'une histoire sentimentale, précipite la maladie schizophrénique.“

—  Harold Searles psychiatre et psychanalyste américain 1918 - 2015

L'effort pour rendre l'autre fou , 1965

Guillaume Faye photo
Paul Auster photo

„Jill appartient au monde du milieu du XXIIè siècle. On possède alors la maîtrise des voyages dans le temps, mais on ne la met que rarement en pratique et des restrictions sévères en réglementent l'usage. Conscient des risques de rupture et de désastre qu'elle implique, l'État n'accorde à chacun qu'un seul voyage durant sa vie. Et ce n'est pas pour le plaisir de visiter d'autres moments de l'histoire, mais en tant que rite d'initiation à l'âge adulte. (…) Vous êtes envoyé dans le passé pour (…)observer vos ancêtres. (…) Le but de votre voyage est de vous enseigner l'humilité et la compassion, la tolérance envers le prochain. Parmi la centaine d'aïeux que vous rencontrerez en chemin, la gamme entière des possibilités humaines vous sera révélée, chacun des numéros de la loterie génétique aura son tour. Le voyageur comprendra qu'il est issu d'un immense chaudron de contradictions et qu'au nombre de ses antécédents se comptent des mendiants et des sots, des saints et des héros, des infirmes et des beautés, de belles âmes et des criminels violents, des altruistes et des voleurs. À se trouver confronté à autant de vies au cours d'un laps de temps aussi bref, on gagne une nouvelle compréhension de soi-même et de sa place dans le monde. On se voit comme un élément d'un ensemble plus grand que soi, et on se voit comme un individu distinct, un être sans précédent, avec son avenir personnel irremplaçable. On comprend, finalement, qu'on est seul responsable de son avenir.“

—  Paul Auster écrivain et cinéaste américain 1947

Début d'un scénario imaginé par le narrateur, écrivain.
La nuit de l'oracle, 2003 (v. f. 2004)

François Mitterrand photo
Jacques Bainville photo

„Je n’ai pas trop mal vécu l’usine. L’histoire de l’usine, c’est une histoire de haine et d’amour.“

—  Christian Corouge ouvrier et syndicaliste français 1951

Propos divers

Charles Pasqua photo
José Ortega y Gasset photo

„L'homme n'est pas un être, mais un faire; il n'est pas une nature, mais une histoire.“

—  José Ortega y Gasset philosophe, sociologue, essayiste, homme de presse et homme politique espagnol 1883 - 1955

Le Spectateur, 1992

Louis C.K. photo

„Je pense que si Dieu existe, il est pas comme celui de la Bible, parce que c'est une histoire bizarre. Il est Notre père et nous sommes Ses enfants. C'est tout. Où est notre mère? Qu'est-ce qu'Il a fait à notre maman? Il s'est passé quelque chose, forcément. Quelque part au Paradis, il y a une véranda sous laquelle est enterrée une femme. Quelqu'un doit vérifier le coffre de la bagnole de Dieu pour voir s'il n'y a pas de javel, de corde ou de fibres.
Comment on peut ne pas avoir de mère? Au pire, peut-être que Dieu est divorcé, qu'il a une ex-femme. Dieu, c'est un père célibataire qui nous élève seul. Nous on prie et lui il fait genre « Je fais ce que je peux, OK? Je suis tout seul là-haut. »“

—  Louis C.K. acteur et humoriste américain 1967

I think if there is a God, I don’t know if it’s the one in the Bible, ’cause that’s a weird story, is He’s our father and we’re His children. That’s it. “Our father, who art in Heaven.” Where’s our mother? What happened to our mom? What did He do to our mom? Something happened. Somewhere in Heaven, there’s a porch with a dead lady under it, and I want the story. Somebody’s gotta check the trunk of God’s car for bleach and rope and fibers.
Well, how can we not have a mother?! At least, maybe, God’s divorced. Maybe he has an ex-wife. God’s a single dad and He’s raising us alone and we’re praying… and He’s like, “I’m trying! It’s just me up here!” Maybe that’s what’s going on. Maybe your life is your time… this is our weekend with Dad, that’s what life is… and then when you die, you go to mom’s house…
en
Saturday Night Live (2014)

Arthur Koestler photo
Reynald Secher photo
Nicolas Sarkozy photo
Jared Diamond photo
Denis Diderot photo
Wassyl Slipak photo
Georg Wilhelm Friedrich Hegel photo

„L’histoire n’est pas le terrain du bonheur; car les périodes de bonheur sont pour l’histoire des pages vides.“

—  Georg Wilhelm Friedrich Hegel philosophe allemand 1770 - 1831

La Philosophie de l'histoire, Cours 1822-1831
Variante: L'histoire n'est pas un lieu de félicité. Les périodes de bonheur y sont ses pages blanches.

Bret Easton Ellis photo
Terry Pratchett photo
Gérard Longuet photo
André Breton photo
Aimé Césaire photo
Michel Foucault photo
Imre Kertész photo
Jacques Attali photo
Henri Meschonnic photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Jacques Chirac photo
Hervé Morin photo
Charlemagne photo
Joseph Conrad photo
Antoine Böhm photo
Octave Gréard photo

„Fort recherchée pour son esprit et sa beauté, elle avait institué à Lausanne, que sa famille était venue habiter pour elle, une Académie des Eaux où la jeunesse des deux sexes se livrait à des exercices littéraires que ne distinguait pas toujours la simplicité. Sous les auspices de Thémire — c’est le nom qu’elle s’était donné, — les cimes alpestres qui couronnent le lac de Genève et les riantes campagnes du pays de Vaud avaient vu renaître les fictions de l’ Astrée jadis enfantées dans la fièvre des grandes villes. Cette éducation à la fois simple et hardie, grave et aimable, fondée sur une large base d’études et ouverte à toutes les inspirations, même à celles de la fantaisie, avait été également celle de Germaine. Toute jeune, Germaine avait sa place aux vendredis de sa mère, sur un petit tabouret de bois où il lui fallait se tenir droite sans défaillance; elle entendait discourir sur la vertu, les sciences, la philosophie, Marmontel, Morellet, D’Alembert, Grimm, Diderot, Naigeon, Thomas, Buffon, se prêtait aux questions qu’on prenait plaisir à lui adresser, — non sans chercher parfois à l’embarrasser, — et se faisait rarement prendre en défaut. Mme Necker lui apprenait les langues, la laissait lire à son gré, la conduisait à la comédie. À onze ans elle composait des éloges, rédigeait des analyses, jugeait l’ Esprit des lois; l’abbé Raynal voulait lui faire écrire, pour son Histoire philosophique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, un morceau sur la révocation de l’Édit de Nantes; elle adressait à son père, à l’occasion du Compte rendu de 1781, un mémoire où son style la trahissait. La poésie n’avait pas pour elle moins d’attraits. Envoyée à la campagne pour rétablir sa santé loin des livres et des entretiens, elle parcourait les bosquets avec son amie, Mlle Huber, vêtue en nymphe, déclamait des vers, composait des drames champêtres et des élégies.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

Il est ici question de l'opinion du quotidien de Suzanne Necker.
L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Madame Necker

Annie Le Brun photo

„(…) dogmatique est le discours occupant la place mythique de la vérité et, de ce fait, servant de fondement aux images identificatoires, pour la société en tant que telle et pour tout sujet ressortissant de cette représentation. Or, de nos jours, le discours dogmatique capable d’accueillir la croyance aux images et de fonder la représentation ne peut être mis en scène, si j’ose ainsi m’exprimer, que sous le chapeau de la Science et coiffé par la Démocratie gestionnaire, ou par tout autre signifiant socialement emblématique, c'est-à-dire politiquement plausible. Le Droit est donc refoulé dans la culture, essentiellement parce que la Science lui a ravi, au cours de l’histoire du système normatif européen, la place mythique, le Science ayant pris statut de fondement des lois, à l’instar du divin, avec lequel le Droit civil, nous le verrons plus loin, est directement lié. On observera que l’idée même de dogmaticité fait horreur aujourd'hui et à bon escient, car le présupposé d’après lequel l’objet-Science échappe au statut dogmatique du discours des images (le Droit lui-même cessant d’être pensé comme dogmatique) est nécessaire au montage social d’idéalisation normative de la Science, comme il est nécessaire que le Droit soit présenté, non comme manœuvre fondatrice du vivant (auquel cas la Science en tant qu’idéal religieux s’en trouverait détrônée) –du vivant parlant, c'est-à-dire du sujet-, mais comme anecdote sociale et simple technique de régulation gestionnaire. À voir la panique qui saisit juristes et psys à la perspective de parler dogmes, au sens que mes travaux donnent à ce terme, on ne s’étonne pas de cette nouvelle peur de penser : la crainte de trahir la Science paralyse la réflexion sur les montages institutionnels, dès lors qu’une telle réflexion touche au rite moderne d’entrée dans la légalité, c'est-à-dire au fin fond de ce qui nous porte hors de l’abîme indicible, nos représentations de l’Au nom de, l’inaugural que j’appelle aussi discours de la Référence, tout aussi divin aujourd'hui que l’ancien, en ce qu’il est lui aussi intouchable et sacré.“

—  Pierre Legendre 1930

Leçons VI Les enfants du Texte. Étude sur la fonction parentale des États

Gustave Le Bon photo
Maurice Allais photo
Benoît XVI photo
Jean-François Deniau photo
Vincent Delerm photo