Citations sur les affaires

Une collection de citations sur le thème de rêves, motivation, échec, richesse.

Meilleures citations sur les affaires

„Un mariage basé sur l'amour n'est pas une affaire sérieuse.“

—  Henri Jeanson réalisateur français 1900 - 1970

Dialogues de films

François Mitterrand photo

„La liberté est une rupture. Elle n’est pas une affaire de courage, mais d’amour.“

—  François Mitterrand 4e président de la cinquième République Française 1916 - 1996

Ouvrages, Ma Part de vérité

„Les affaires d'hommes n'ont rien à voir avec la guerre.“

—  Daniel Woodrell écrivain américain 1953

Chevauchée avec le diable, 1987

John Stuart Mill photo

„L'utilité même d'une opinion est affaire d'opinion.“

—  John Stuart Mill, livre De la liberté

The usefulness of an opinion is itself matter of opinion.
en
De la liberté

„La vie est une affaire sérieuse, à cause de sa futilité.“

—  Romain Gary, livre Gros-Câlin

Gros-Câlin, 1974

Bernard Thibault photo

„Ne laissons pas les affaires du monde aux seules mains du monde des affaires.“

—  Bernard Thibault syndicaliste français 1959

Articles

Alfred Elton van Vogt photo

„La guerre est une affaire d'hommes.“

—  Alfred Elton van Vogt écrivain américain 1912 - 2000

, 1953

Georges Brassens photo

„Le temps ne fait rien à l’affaire; quand on est con, on est con.“

—  Georges Brassens auteur-compositeur-interprète français 1921 - 1981

Hannah Arendt photo

„La philosophie est une affaire solitaire.“

—  Hannah Arendt philosophe américaine d'origine allemande 1906 - 1975

Responsabilité et jugement, 2003

L'Algérino photo

„Tu as vendus 2-3 portables, tu te prends pour un homme d’affaires“

—  L'Algérino rappeur français 1981

Effet miroir (3ème album)

Toutes citations sur les affaires

Un total de filtre 199 citations:

James George Frazer photo
Germaine de Staël photo
Christian Bobin photo
Octave Gréard photo
Michael Moore photo
Jean Ziegler photo
Friedrich Hayek photo
Ludwig Wittgenstein photo

„J’aimerais redire sans cesse : je contrôle les livres d’affaires des mathématiciens; les processus mentaux, joies, dépressions, instincts des gens d’affaires, aussi importants qu’ils soient à d’autres égards, je ne m’en soucie pas.“

—  Ludwig Wittgenstein philosophe et logicien autrichien, puis britannique 1889 - 1951

Ludwig Wittgenstein, Grammaire philosophique, traduit de l’allemand par Marie-Anne Lescourret, Gallimard, Paris, 1980, p. 301.

Sigmund Freud photo
Joseph Conrad photo
Orson Welles photo
Thomas Szasz photo
Loïc Decrauze photo
Sigmund Freud photo
Alexandre Dumas photo
Françoise d’Aubigné photo
Loïc Decrauze photo
Charles Pasqua photo
Boualem Sansal photo
Jacques Ellul photo
Antoine Bello photo
Maximilien de Robespierre photo
Dominique Fernandez photo
François Mitterrand photo
François Mitterrand photo
Aimé Césaire photo
Roberto Saviano photo

„La logique de l'entreprenariat criminel et la vision des parrains sont empreintes d'un ultra-libéralisme radical. Les règles sont dictées et imposées par les affaires, par l'obligation de faire du profit et de vaincre la concurrence.“

—  Roberto Saviano écrivain et journaliste italien 1979

fr
À propos de la philosophie mafieuse.
Gomorra : Dans l'empire de la Camorra, 2006, Première partie, La guerre de Secondigliano

André Breton photo
Octave Gréard photo
Etty Hillesum photo
Alexandre Dumas photo
J. M. Coetzee photo
Douglas MacArthur photo

„Rassemblant près de la moitié de la population mondiale, et 60 pourcent de ses ressources naturelles, ces peuples sont en train de construire rapidement une nouvelle force, à la fois morale et matérielle, grâce à laquelle ils améliorent leurs conditions de vie et adaptent la conception moderne du progrès à leurs cultures. Qu'on adhère ou non au concept de colonisation, c'est dans ce sens que se fait l'évolution de l'Asie, et on ne peut l'arrêter. Elle est corolaire au déplacement des frontières économiques, à mesure que l'épicentre même du monde des affaires retourne vers la zone où il a commencé.“

—  Douglas MacArthur militaire américain 1880 - 1964

Mustering half of the earth's population, and 60 percent of its natural resources these peoples are rapidly consolidating a new force, both moral and material, with which to raise the living standard and erect adaptations of the design of modern progress to their own distinct cultural environments. Whether one adheres to the concept of colonization or not, this is the direction of Asian progress and it may not be stopped. It is a corollary to the shift of the world economic frontiers as the whole epicenter of world affairs rotates back toward the area whence it started.
en
Discours au Congrès lors de sa démission (18 avril 1951)

François Mitterrand photo
Walker Percy photo
Gustave Flaubert photo
Jean-Luc Mélenchon photo
Antoine Prost photo
Louis Bertrand photo
Toni Brunner photo
François Mitterrand photo
Maria-Antonietta Macciocchi photo

„Quand le Nouvel Observateur a sorti son reportage sur un cours de sexologie à l'université de Vincennes (l'article avait un titre explicite : « Je te tiens, tu me tiens… »), s'il est vrai que les petits-bourgeois ont envoyé ausitôt des milliers de lettres au sous-secrétaire d'État Soisson pour se plaindre, pour rouspéter (« C'est ainsi que vous dépensez l'argent des honnêtes contribuables? »), il n'en est pas moins vrai que la réaction générale a été la méfiance à l'égard du journal : dans toute cette affaire, c'est lui qui est apparu le plus suspect, avec son étrange moralisme de gauche. […] Moyennant quoi, je me suis souvenue qu'en effet, le soir, pendant que je tenais mon cours sur les origines du fascisme, des murmures étranges, des gémissements chantés se faisaient entendre dans la salle à côté, et que j'avais tapé plusieurs fois sur le mur pour les faire taire. En écoutant les commentaires grivois du quartier, où l'on avait dévoré les articles de France-Soir et où l'on ne parlait plus que de ça, je me suis dit qu'il devait s'agir de ce fameux cours de sexologie. J'en ai conclu que c'eût été une suprême ironie que de l'avoir à côté de moi, pendant que je dissertais sur « l'évolution structurale des classes en France ». Et je n'ai rien dit, de peur qu'on ne se fiche de moi encore plus. Je n'ai signalé la coïncidence qu'à un ami; sa réponse? « Eh bien, tu vois, l'Université? Elle est décidément aussi vieille et décrépite qu'avant 68. Personne ne sait ce qui se passe d'intéressant dans la salle d'à côté. »“

—  Maria-Antonietta Macciocchi femme politique 1922 - 2007

De la France

Dante Alighieri photo
Gilbert Keith Chesterton photo
Paul Valéry photo
Jean-Claude Van Damme photo
Jack Vance photo
Ernest Renan photo
Pirmin Schwander photo
François Mitterrand photo
Jacques Maritain photo

„(…) Maintenant, le pouvoir revendique sa propre disparition. On voit un ancien président de la République [Valéry Giscard d’Estaing] écrire qu’il a souffert d’être séparé de ses concitoyens. C’est-à-dire qu’il ne supportait pas sa fonction. Ce même président avait pris la manie de s’adresser, à la télévision, à ceux qu’il gouvernait au singulier… : "Madame, Mademoiselle, Monsieur"; pour moi, c’est le comble. […] Il laisse entendre qu’il est mon président, à moi qui l’écoute. Il n’est pas mon président, il n’est le président de personne en particulier, il est le président de la République française, de la nation française. En détruisant la mise à distance symbolique du pouvoir, il commettait une faute grave contre le véritable fondement de la démocratie, qui repose sur la représentation, sur une mise en scène. La mise en scène est une mise à distance, et une mise en miroir qui permet la respiration, qui permet aux individus et aux groupes de se trouver, de se constituer en se séparant de leur propre image. Alors que la prétendue convivialité, déthéâtralisée, déritualisée, casse l’humain, détruit les individus en les laissant seuls face au néant. Démerde-toi, drogue-toi, suicide-toi, c’est ton affaire, il y aura des garagistes qui répareront si c’est réparable, et des flics si besoin est.“

—  Pierre Legendre 1930

Entretiens

Tim O'Reilly photo
Hans-Rudolf Merz photo
Marc Dugain photo
Annie Lacroix-Riz photo
Neil Gaiman photo
Jean-Christophe Rufin photo
Louis XIV photo

„En parlant de nos affaires, nous n’apprenons pas seulement beaucoup d’autrui; mais aussi de nous-mêmes. L’esprit achève ses propres pensées en les mettant au-dehors.“

—  Louis XIV roi de France et de Navarre de 1643 à 1715 1638 - 1715

Raccourcissement de la citation originelle : [Vous éprouverez de plus, mon fils, ce que je reconnus bientôt, qu’en parlant de nos affaires, nous n’apprenons pas seulement beaucoup d’autrui, mais aussi de nous-mêmes. L’esprit achève ses propres pensées en les mettant au dehors, au lieu qu’il les gardait auparavant confuses, imparfaites, ébauchées.]
Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Volume 2

Georges Bernanos photo
Eva Joly photo
Nicolas Sarkozy photo

„Cette affaire suscite une émotion considérable parmi nos concitoyens. Ils ont du mal à admettre qu'un honnête homme, agressé chez lui, menacé de mort avec une arme et craignant pour la vie de son épouse, soit en retour mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire.“

—  Nicolas Sarkozy 6e président de la cinquième République Française 1955

Lettre écrite au ministère de la justice pour défendre un commerçant qui à fait fuir un voleur et l'a tué en lui tirant dans le dos.
Justice

„Ce qui me frappe, dans l'appréhension que l'on a de l'affaire algérienne, c'est qu'on oublie qu'elle a été, avant tout, une guerre civile entre musulmans, et que ceux que nous appelions, à l'époque, les Français musulmans en ont été les premières victimes. Le FLN a réussi à étendre son emprise sur les campagnes et dans les villes par des méthodes bien connues, qu'on peut, pour faire bref, appeler terroristes et staliniennes, comme nous en avons été les témoins. […] nous avons traversé des villages où nous avons vu des hommes égorgés, émasculés, défigurés, parce qu'on les avait soupçonnés d'être pro-français. Il s'agissait de Français musulmans, qui avaient été tués de manière atroce par d'autres Français musulmans : tel a été notre premier contact physique avec la rébellion. Bien entendu, les pieds-noirs ont été, eux aussi, les cibles de ce terrorisme. Mais la vision que l'on peut avoir, en parcourant les journaux aujourd'hui, et qui donne le sentiment que la guerre d'Algérie opposait les pieds-noirs et l'armée au peuple algérien, est profondément biaisée. Sur le terrain, ce n'était pas du tout cela : c'était une guerre entre Français, dont les principales victimes ont été les Français musulmans. Il faut donc y insister : la guerre d'Algérie a été une guerre civile entre Français musulmans, ceux qui voulaient séparer l'Algérie de la France, et ceux qui voulaient sortir de la situation coloniale par le haut, et faire en sorte que cette terre puisse abriter ensemble et faire coexister en paix sous l'égide de la France les fidèles de la Bible, du Talmud et du Coran.“

—  Hélie de Saint Marc officier français 1922 - 2013

Christoph Blocher photo
Émile Zola photo
Stephen King photo
Jacques Bouveresse photo
François Mitterrand photo
Charles Péguy photo
Richard Stallman photo
Madonna photo

„Tôt ou tard tu m'appartiendras, tôt ou tard tu t'en remettras.
Bébé il est temps que tu t'y fasses, j'obtiens toujours mon homme.
Tôt ou tard tu devras te décider, tôt ou tard tu ne pourras plus te cacher.
Bébé ne perds pas ton temps en bavardages, réglons cette affaire au plus vite!“

—  Madonna chanteuse américaine 1958

Sooner or later you're gonna be mine, sooner or later you're gonna be fine.
Baby, it's time that you face it, I always get my man.
Sooner or later you're gonna decide, sooner or later there's nowhere to hide.
Baby, it's time, so why waste it in chatter? Let's settle the matter.
en
Paroles de chansons

George Gordon Byron photo
John Stuart Mill photo

„La valeur d'un État, à la longue, c'est la valeur des individus qui le composent; et un État qui sacrifie les intérêts de leur élévation intellectuelle à un peu plus d'art administratif - ou à l'apparence qu'en donne la pratique - dans le détail des affaires; un État qui rapetisse les hommes pour en faire des instruments dociles entre ses mains, même en vue de bienfaits, un tel État s'apercevra qu'avec de petits hommes; rien de grand ne saurait s'accomplir, et que la perfection de la machine à laquelle il a tout sacrifié n'aboutit finalement à rien, faute de cette puissance vitale qu'il lui a plu de proscrire pour faciliter le jeu de la machine.“

—  John Stuart Mill, livre De la liberté

The worth of a State, in the long run, is the worth of the individuals composing it; and a State which postpones the interests of their mental expansion and elevation, to a little more of administrative skill, or that semblance of it which practice gives, in the details of business; a State, which dwarfs its men, in order that they may be more docile instruments in its hands even for beneficial purposes, will find that with small men no great thing can really be accomplished; and that the perfection of machinery to which it has sacrificed everything, will in the end avail it nothing, for want of the vital power which, in order that the machine might work more smoothly, it has preferred to banish.
en
De la liberté

George Carlin photo

„Je connais l'endroit idéal pour les logements sociaux. J'ai la solution à ce problème. Je sais où nous pouvons construire des logements pour les sans-abris : les terrains de golf! C'est parfait! Juste ce qui nous faut. Des terrains abondants, dans des beaux quartiers, des terrains qui sont actuellement gâchés par une activité débile, dépourvue de sens, et principalement pratiquée par des homme d'affaire blancs et de bonne société, qui utilisent ce jeu pour se réunir et se découper des tranches de plus en plus fines de ce pays. J'en ai marre, vraiment marre, de ces salauds de golfeurs. Avec leurs pantalons verts, et leurs pantalons jaunes, et leurs pantalons oranges, et leurs adorables petits chapeaux et leurs petites voiturettes mignonnes! Il est temps de récupérer les terrains de golf des riches et de les donner aux pauvres! Le golf est un jeu arrogant, élitiste, prenant beaucoup trop de place dans ce pays. Beaucoup trop de place dans ce pays! C'est un jeu arrogant par le principe même, la simple conception du jeu est toute arrogance. Pensez à la taille d'un terrain de golf — la balle a cette putain de taille! Pour quoi tout ces connards débiles ont-ils besoin de tant de terrain?! Il y a plus de dix-sept mille terrains de golf en Amérique, d'en moyenne plus de cent cinquante acres pièce — c'est plus de trois millions d'acres, quatre mille huit cent vingt miles carrés — on pourrait construire deux Rhode Islands et un Delaware pour les sans-abris sur ces terres actuellement gâchées par ce jeu débile, sans aucun sens, arrogant, élitiste — raciste, en voila une autre chose ; les seuls noirs aperçus au country club servent les plats. Et un jeu chiant, un jeu chiant pour des gens chiants. Vous avez déjà vu le golf à la télé? C'est comme regarder des mouches s'enculer! Et débile, complétement débile. Imaginez l’intellect nécessaire pour tirer plaisir de cette activité : taper dans une balle — avec un bâton tordu — et puis … marcher pour la retrouver! Et après, la taper de nouveau! Je dis, t'as qu'a la ramasser connard, t'as bien eu la chance de la retrouver! Mets-la dans ta poche et rentre chez toi, t'as gagné, tu l'as retrouvée! Mais non! Ducon avec sa culotte écossaise va la taper de nouveau et marcher encore! Ces salauds de riches n'ont qu'a jouer au golf miniature! Laissez les s'emmerder avec un moulin à vent pendant une bonne heure et demie! Voyons s'il y a vraiment du talent parmi ces gens. Bon, je sais qu'il y a des gens qui jouent au golf et qui ne se considèrent pas riches. Je les emmerde! Et ils devraient avoir honte de pratiquer un passe-temps aussi élitiste et arrogant.“

—  George Carlin humoriste américain 1937 - 2008

Jammin' in New York (Improvisation à New York), 1992

Françoise d’Aubigné photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Albert Camus photo
Amin Maalouf photo
Georges Pompidou photo

„Le problème de la concurrence à l'intérieur du marché commun est un problème sérieux, est un problème grave. Seulement, ce que je souhaiterais pour ma part, c'est que ceux qui s'adressent comme vous même, qui s'adressent aux industriels, aux commerçants, à ceux qui dirigent l'économie, au lieu de leur dire que ça va mal et c'est la faute du gouvernement, leur disent : "vous avez pendant 50 ans vécu à l'abri de protections inadmissibles. Pendant 50 ans vous étiez tranquilles, chacun produisait sa petite affaire, sans savoir à quel prix de revient, et la revendait tranquillement avec son petit bénéfice. Il y avait de bonnes frontières douanières, il n'y avait aucune concurrence, et le client français était traité comme un client qui est obligé de payer ce qu'on lui donnait au prix qu'on demandait. Nous vivrons et l'économie française et les industriels et les commerçants français doivent vivre, désormais, dans la préoccupation permanente. Il s'agit de se dire qu'ils sont toujours menacés par la concurrence, qu'il faut toujours qu'ils fassent mieux, qu'il faut toujours qu'ils produisent à meilleur compte, qu'ils vendent la meilleur marchandise à meilleur prix et que c'est ça la loi de la concurrence et la seule raison d'être du libéralisme. Car si ce n'est pas ça, je ne vois pas pourquoi on se livrerait à ce genre de spéculation et pourquoi on prendrait tous ces risques et tous ces dangers. Nous serons donc en risque permanent! Et le gouvernement en est parfaitement conscient. Son rôle est de diminuer ces risques parfois, mais son rôle n'est certainement pas d'inviter les gens à la paresse en leur créant de nouvelles protections.“

—  Georges Pompidou 2e président français de la cinquième République Française 1911 - 1974

Cité à l'occasion de l'émission « rien foutre al pais ». Déclaration faite en novembre 1967 pour justifier la suppression totale des barrière douanières au sein de la CEE.

Loïc Decrauze photo
Alexandre Dumas photo
Walid Mouallem photo
Claude Bernard photo
Maximilien de Robespierre photo
Hunter S. Thompson photo