Cotes sur le temps

Une collection de citations sur le thème de temps, tout, pluie, bien-être.

Meilleures cotes sur le temps

Albert Camus photo

„[I]l me restait peu de temps. Je ne voulais pas le perdre avec Dieu.“

—  Albert Camus, livre L'Étranger

The Stranger (1942)

Cormac McCarthy photo

„Chaque jour qui passe joue contre nous. La temps n'est pas de notre côté.“

—  Cormac McCarthy écrivain américain 1933

Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, 2005

Victor Chklovski photo

„Je ne parlerai plus d'amour, je ne parlerai que du temps qu'il fait.“

—  Victor Chklovski écrivain russe 1893 - 1984

Zoo. Lettres qui ne parlent pas d'amour, ou La Troisième Héloïse (1923)

Jean de La Fontaine photo

„Rien ne sert de courir il faut partir à point“

—  Jean de La Fontaine poète, fabuliste, conteur et auteur dramatique français 1621 - 1695

The Fables of La Fontaine
Variante: Rien ne sert de courir; il faut partir à point.

Jean de La Fontaine photo

„Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.“

—  Jean de La Fontaine poète, fabuliste, conteur et auteur dramatique français 1621 - 1695

Fables (1668–1679)

Pierre Larrouturou photo

„Le débat [de la réduction du temps de travail] fait chier tout le monde“

—  Pierre Larrouturou personnalité politique française 1964

Anecdotes

Ernst Jünger photo

„Le temps passé à méditer a plus d'importance que le travail accompli.“

—  Ernst Jünger, livre Orages d'acier

Orages d'acier, 1920, Soixante-dix s'efface, Soixante-dix s'efface I 1965-1970

Oscar Wilde photo
Pablo Picasso photo

„On met très longtemps à devenir jeune.“

—  Pablo Picasso peintre, sculpteur et graveur espagnol 1881 - 1973

Quotes, 1950's

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Henry David Thoreau photo

„Comme si vous pouviez tuer le temps sans nuire à l'éternité.“

—  Henry David Thoreau essayiste, enseignant, philosophe, naturaliste amateur et poète américain 1817 - 1862

Toutes cotes sur le temps

Un total de filtre 1266 citations:

Tupac Shakur photo

„Je pense qu'il est temps de se tuer pour nos femmes. Il est temps de guérir nos femmes, soyons vrais envers nos femmes.“

—  Tupac Shakur rappeur américain 1971 - 1996

I think it's time to kill for our women. Time to heal our women, be real to our women.
en
Keep Ya Head Up

Mustafa Kemal Atatürk photo
Edith Stein photo
Edith Stein photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Marie Curie photo
Anaximandre photo

„Il est nécessaire que les choses retournent à l’état qui les a vues naître. Car les choses se donnent mutuellement réparation et compensation pour leur injustice, d’après le décret du temps.“

—  Anaximandre physiologue milésien (présocratique) -610 - -547 avant J.-C.

Citation rapportée par Simplicius dans son commentaire à la Physique d’Aristote (24, 13).

John Ruskin photo

„Le principe des temps modernes […] consiste d'abord à négliger les édifices, puis à les restaurer. Prenez soin de vos monuments et vous n'aurez nul besoin de les restaurer. Quelques feuilles de plomb placées en temps voulu sur la toiture, le balayage opportun de quelques feuilles mortes et de brindilles de bois obstruant un conduit sauveront de la ruine à la fois murailles et toiture. Veillez avec vigilance sur un vieil édifice, gardez-le de votre mieux et par tous les moyens de toute cause de délabrement. Comptez-en les pierres comme vous le feriez pour les joyaux d'une couronne, mettez-y des gardes comme vous en placeriez aux portes d'une ville assiégée; liez-le par le fer quand il se désagrège; soutenez-le à l'aide de poutres quand il s'affaisse; ne vous préoccupez pas de la laideur du secours que vous lui apportez, mieux vaut une béquille que la perte d'un membre; faites-le avec tendresse, avec respect, avec une vigilance incessante, et encore plus d'une génération naîtra et disparaîtra à l'ombre de ses murs. Sa dernière heure enfin sonnera; mais qu'elle sonne ouvertement et franchement, et qu'aucune substitution déshonorante et mensongère ne le vienne priver des devoirs funèbres du souvenir. […] La conservation des monuments du passé n'est pas une simple question de convenance ou de sentiment. Nous n'avons pas le droit d'y toucher. Ils ne nous appartiennent pas. Ils appartiennent en partie à ceux qui les ont construits, en partie à toutes les générations d'hommes qui viendront après nous.“

—  John Ruskin auteur, poète, artiste et critique d’art britannique 1819 - 1900

Les sept lampes de l'architecture, 1849 (Mercure de France, 1904)

Mère Teresa photo
Guillaume Apollinaire photo
Charles Spurgeon photo

„Si vous voulez qu’une vérité fasse le tour du monde, faites-la conduire par un train-express. Mais si vous désirez qu’un mensonge fasse le même trajet, laissez-le aller de lui-même. Il volera sur les ailes du vent, car il est léger comme une plume. Le mensonge aura fait le tour du globe pendant le temps qu’aura passé la vérité à mettre ses bottes.“

—  Charles Spurgeon 1834 - 1892

If you want truth to go round the world you must hire an express train pull it ; but if you want a lie to go round the world, it will fly : it is light as a feather, and a breath will carry it. It is well said in the old Proverb, “A lie will go round the world while truth is pulling its boots on.”
en

Patrick Fiori photo
René Lévesque photo

„Si je vous ai bien compris, vous êtes en train de dire : « à la prochaine fois! »“

—  René Lévesque politicien canadien 1922 - 1987

La réponse à la défaite référendaire sur la Souveraineté-Association du Québec.
Discours de victoire du 15 novembre 1976
Variante: Si j'ai bien compris, vous êtes en train de me dire: à la prochaine fois.

Jorge Luis Borges photo

„Un philosophe argentin et moi parlions une fois sur le sujet du temps. Et le philosophe a dit : « Par rapport à ça, on a fait beaucoup de progrès ces dernières années. » Et j’ai pensé que si je lui avais parlé de l’espace, sans doute m’aurait-il répondu : « Par rapport à ça, on a fait beaucoup de progrès dans les cent derniers mètres.»“

—  Jorge Luis Borges écrivain argentin de prose et de poésie 1899 - 1986

C’est un philosophe très connu.
Un filósofo argentino y yo conversábamos una vez sobre el tema del tiempo. Y el filósofo dijo: “En cuanto a esto, se hicieron muchos progresos en los últimos años”. Y yo pensé que si le hubiera hecho una pregunta acerca del espacio, seguramente él me hubiera respondido: “En cuanto a esto, se hicieron muchos progresos en los últimos cien metros”. Es un filósofo muy conocido.
es

Yasmina Khadra photo

„Pour [mon père], les infortunes ne sont pas une fatalité, mais des incidents de parcours qu’il faut dépasser, quitte à en pâtir dans les minutes qui suivent. Son humilité et son discernement étaient un régal. J’ai tant voulu lui ressembler, jouir de sa frugalité et sa modération! Grâce à lui, alors que je grandissais sur une terre tourmentée depuis la nuit des temps, je refusais de considérer le monde comme une arène. Je voyais bien que les guerres se succédaient aux guerres, les représailles aux représailles, mais je m’interdisais de les cautionner d’une manière ou d’une autre. Je ne croyais pas aux prophéties de la discorde et n’arrivais pas à me faire à l’idée que Dieu puisse inciter ses sujets à se dresser les uns contre les autres et à ramener l’exercice de la foi à une absurde et effroyable question de rapport de forces. Dès lors, je m’étais méfié comme d’une teigne de ce qui me réclame un peu de mon sang pour purifier mon âme. Je ne voulais croire ni aux vallées des larmes ni à celles des ténèbres – il y avait d’autres sites plus séduisants et moins déraisonnables autour de soi. Mon père me disait : « Celui qui te raconte qu’il existe symphonie plus grande que le souffle qui t’anime te ment. Il en veut à ce que tu as de plus beau : la chance de profiter de chaque instant de ta vie. Si tu pars du principe que ton pire ennemi est celui-là même qui tente de semer la haine dans ton cœur, tu auras connu la moitié du bonheur. Le reste, tu n’auras qu’à tendre la main pour le cueillir. Et rappelle-toi ceci : il n’y a rien, absolument rien au-dessus de ta vie… Et ta vie n’est pas au-dessus de celle des autres. »
Je ne l’ai pas oublié.
J’en ai même fait ma principale devise, convaincu que lorsque les hommes auront adhéré à cette logique, ils auront enfin atteint la maturité.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Marc Ferro photo
André Maurois photo
J. D. Salinger photo
Le Corbusier photo
George Orwell photo
Marguerite Yourcenar photo

„Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d'œil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été des livres.“

—  Marguerite Yourcenar, livre Mémoires d'Hadrien

, 1951
Variante: Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d'oeil intelligent sur soi-même: mes premières patries ont été des livres.
Source: Memoirs of Hadrian

Jean-Jacques Rousseau photo
Madeleine Pelletier photo
Guy de Maupassant photo
Richard Bach photo
Marguerite Yourcenar photo
George Sand photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Charles Bukowski photo
Vassily Kandinsky photo
Ernest Renan photo

„Figure lointaine à nos yeux que celle du chevalier. Et pourtant figure intacte, ayant triomphé des injures des hommes et du temps, préservée par les cheminements secrets de la nostalgie.“

—  Dominique Venner historien, journaliste et essayiste français d'extrême droite 1935 - 2013

Histoire et tradition des Européens : 30 000 ans d'identité, 2002

Blaise Pascal photo

„Je n'ai fait celle-ci plus longue que parce que je n'ai pas eu le loisir de la faire plus courte.“

—  Blaise Pascal, livre Les Provinciales

Les Provinciales
Source: The Provincial Letters

Annie Le Brun photo
Jacques Bouveresse photo

„Wittgenstein considérait que, « dans la course de la philosophie, gagne celui qui peut courir le plus lentement; ou : celui qui atteint le but le dernier »; et il suggérait que « le salut des philosophes entre eux devrait être : “Donnez-vous du temps” [Lass dir Zeit].»“

—  Jacques Bouveresse philosophe français 1940

Ludwig Wittgenstein, Remarques mêlées, traduit de l’allemand par Gérard Granel, Flammarion GF, 1984/2002, p. 153.
Essais, Essais IV, 2004

Yves Jégo photo
Alain de Benoist photo

„Qu’un écrivain déclare, comme la chose la plus naturelle du monde, qu’il préfère le commerce charnel des très jeunes personnes aux turpitudes classiques de ses contemporains, et il n’en faut pas plus – en pleine société permissive [sic] – pour le faire passer pour le Diable dans le Landerneau parisien. […] Pour ma part, c’est ce « scandale »qui me scandalise. Question de goût d’abord : n’aurait-on pas le droit de préférer caresser les hanches des lycéennes plutôt que la poitrine mafflue de la comtesse Grancéola (réplique matznévienne de la Castafiore ou la ménopause bien sonnée de la baronne Adélaïde Cramouillard, présidente de l’Union mystique universelle. Question de principe aussi : on peut désapprouver ce que l’on veut, mais comment peut-on, au sens propre du terme, être choqué par quoi que ce soit? Quant à la gravité du délit, enfin, il me semble, selon mon échelle de valeurs personnelles, qu’il est plus « scandaleux » de regarder les jeux télévisés, de jouer au Loto ou de lire Le Meilleur, que d’avoir la passion des fesses fraîches, des émotions naissantes et des seins en boutons. Bien des imbéciles se sont horrifiés de la publication des Moins de seize ans. Que des adultes qui admettent fort bien que leur progéniture s’abrutisse des journées entières devant des machines à sous ou des téléfilms débiles, tremblent à l’idée que leur fille, plutôt que de passer son temps avec des crétins de son âge, puisse coucher avec un écrivain « qui pourrait être son père » et tomber dans les rets de ce suborneur de Gabriel, me fait, quant à moi, plutôt éclater de rire. [.. ] Quant aux jeunes personnes qui fréquentent Gabriel Matzneff, je ne doute pas qu’elles apprendront à son contact plus de choses belles et élevées que dans la vulgarité et la niaiserie que secrète à foison leur vie familiale et scolaire.“

—  Alain de Benoist écrivain français 1943

Articles

Robert Desnos photo
Octave Gréard photo
Léo Taxil photo
Carlos Ruiz Zafón photo
Pier Giorgio Frassati photo
Paul Lafargue photo

„Marx et Engels ont réalisé, dans notre temps, l'idéal de l'amitié que dépeignent les poêtes de l'antiquité.“

—  Paul Lafargue personnalité politique française, journaliste et socialiste 1842 - 1911

Karl Marx, Souvenirs personnels, 1890

Jean d'Ormesson photo
Ian Watson photo

„Le temps se contracte au fur et à mesure que nous prenons de l'âge. Plus nous nous élevons, plus la pyramide de la vie devient étroite.“

—  Ian Watson auteur de science-fiction britannnique 1943

La Mort en cage, 1981

Jacques Boucher de Perthes photo
Pierre Choderlos de Laclos photo
Yasmina Reza photo
Annie Le Brun photo
Jacques Ellul photo
Laurent Lafforgue photo
Stephen King photo
Denis Tillinac photo
Nicolas Dupont-Aignan photo
Charles Darwin photo
Joël de Rosnay photo
André Gernez photo
George Sand photo
Michael Connelly photo
André Breton photo
France Gall photo

„Les assassins sont comme les militaires : ennuyeux et dangereux en même temps.“

—  Robin Cook chirurgien, spécialiste de romans policiers médicaux 1931 - 1994

Les mois d'avril sont meurtriers, 1984

Jean Giono photo
Jacques Chessex photo
Honoré de Balzac photo
Noam Chomsky photo
Imre Kertész photo

„Il ne fait pas bon être mort, mais avec le temps, on doit pouvoir s’y faire“

—  Imre Kertész écrivain hongrois 1929 - 2016

comme à tout
Journal de galère , Hongrie 1992, France 2010

Jacques Ellul photo
Christian Bobin photo

„Le temps lui a donné raison, comme il le fait souvent avec les gens désagréables.“

—  Robertson Davies romancier canadien 1913 - 1995

Le Manticore (Trilogie de Deptford, II)

Roberto Saviano photo
Yasmina Khadra photo

„[La ville, c’]était formidable, les gars, c’était épatant. Y a tellement de gens dans les rues qu’ils sont obligés de se marcher sur les pieds… […] Les maisons sont si hautes que ça vous donne le tournis… […] Un « fourroir », les gars. […] C’est à peine si t’as une bouffée d’air pour toi. Souvent, il te faut aller la pomper sous le nez de ton prochain. Le bon Dieu, en ville, il doit se sentir vachement dans ses p’tits souliers. […] Ça ne ressemble à rien d’autre, la ville. Je ne peux pas vous faire une comparaison. La ville, c’est « comment dire… ». J’étais à deux doigts de me déboîter la mâchoire tant j’en revenais pas. Des feux partout, des écritures qui s’allumaient sur les murs, des bagnoles comme des dauphins, des bus pareils à des accordéons, et des trains, et des bruits à vous fissurer les tempes, et des lampadaires alignés comme des oignons le long des boulevards, et des vitrines tellement limpides qu’elles vous surprennent le nez dedans, et des squares plus grands que notre terrain vague, et de la bouffe à perte de vue, et des nanas partout, les cheveux au vent, belles à choper l’insolation… mais, Ach, j’ai regardé dans les jardins, j’ai regardé dans le port, j’ai regardé dans tous les coins, et pas la moindre trace de la femme dont tu me parlais.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Olympe des Infortunes, 2010

Jean-Claude Michéa photo
Cormac McCarthy photo
Michel Onfray photo
Umberto Eco photo

„99 % du temps passé par ceux que nous voyons serrer cet « objet transitionnel » contre leur oreille est du temps de jeu. L’imbécile qui, à côté de nous dans le train, règle ses transactions financières à haute voix, en fait se pavane avec une couronne de plumes et un anneau multicolore au pénis.“

—  Umberto Eco universitaire, sémioticien, érudit, traducteur, philosophe et romancier italien 1932 - 2016

Sur l’usage du téléphone portable.
Essais, À reculons, comme une écrevisse ('), 2006

Alfred Elton van Vogt photo
Boualem Sansal photo
Léon Tolstoï photo
Antonin Artaud photo
Konrad Lorenz photo
Claude Bernard photo
Ian Watson photo
Marguerite Yourcenar photo
Stephen King photo
Paul Valéry photo

„Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme : le feu, l'humide, les bêtes, le temps; et leur propre contenu.“

—  Paul Valéry écrivain, poète et philosophe français 1871 - 1945

Tel quel
Variante: Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme : le feu, l'humide, les bêtes, le temps, et leur propre contenu.

Boris Vian photo

„Le temps perdu c'est le temps pendant lequel on est à la merci des autres.“

—  Boris Vian écrivain, poète, chanteur et musicien de jazz français 1920 - 1959