Citations sur les idées

Une collection de citations sur le thème de idée, tout, pluie, bien-être.

Meilleures citations sur les idées

François Mitterrand photo
Paul Nizan photo
Edmond Jabès photo

„Je danse — Dieu est mon Idée.“

—  Edmond Jabès écrivain et poète français 1912 - 1991

Le Livre de Yukel, 1964

„(…) dans les cerveaux, affects et idées ne sont pas au même étage.“

—  Paul Veyne historien français 1930

Quand notre monde est devenu chrétien, 2007

Jim Morrison photo

„Tout jeu contient l'idée de mort.“

—  Jim Morrison chanteur des Doors 1943 - 1971

All games contain the idea of death.
en
Les Seigneurs : Notes sur la vision (), 1969

Léon Bourgeois photo

„Les partis sont toujours en retard sur les idées.“

—  Léon Bourgeois politicien français 1851 - 1925

Ouvrages, Solidarité, 1896

„Lorsqu'une idée règne, elle se trompe; lorsqu'elle gouverne, de plus, elle ment.“

—  Maurice G. Dantec écrivain français naturalisé canadien 1959 - 2016

Manuel de survie en territoire zéro. Le Théâtre des opérations 1, 1999

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Abraham Lincoln photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
William Shakespeare photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Eleanor Roosevelt photo

Toutes citations sur les idées

Un total de filtre 647 citations:

Adolf Hitler photo
Jules Verne photo

„Un prisonnier est plus possédé de l'idée de s'enfuir que son gardien n'est possédé de l'idée de le garder. Donc un prisonnier doit toujours réussir à se sauver.“

—  Jules Verne, livre Les Forceurs de blocus

fr
Dans la bouche de Crockston, alors qu'ils réfléchissent à la façon de faire évader Mr. Halliburtt, abolitionniste, prisonnier des Sudistes, pendant la Guerre de Sécession.
Les Forceurs de blocus, 1865

François Rabelais photo

„Aultrement est dicte Pantagruelion par ses vertus et singularitez; car, comme Pantagruel a esté l'idée et exemplaire de toute joyeuse perfection ( je croys que personne de vous aultre, beuveurs, n'en doubte), aussi en Pantagruelion je recognoys tant de vertus, tant d'énergie, tant de perfection, tant d'effectz admirables, que, si elle eust esté en ses qualitez congneue lors que les arbres (par la relation du Prophete) feirent election d'un roy de boys pour les regir et les dominer, elle sans doubte eust emporté la pluralité des voix et des suffrages.“

—  François Rabelais auteur français du 16e siècle 1494 - 1553

fr
Le nom de Pantagruelion vient également de ses vertus et des ses singularités ; car, de même que Pantagruel fut l'idée et l'exemple de toute joyeuse perfection (je crois que personne d'entre vous, buveurs, n'en doute), de même je reconnais dans le Pantagruélion tant de vertus, tant d'énergie, tant de perfection, tant d'effets admirables, que, si elle sis qualités étaient connues lorsque les arbres (selon la relation du Prophète) firent élection d'un roi de bois pour les régir et les dominer, elle aurait sans doute emporté la majorité des voix et des suffrages.
La longue et élogieuse description du Pantagruelion qui conclut le roman rappelle le chanvre. L'allusion biblique est tirée du livre des Juges, où il est rapporté par le prophète Jonathan l'élection d'un roi des arbres, royauté qui échoit au buisson.
Œuvre, Tiers Livre

Maximilien de Robespierre photo

„L'idée de l'Être Suprême et de l'immortalité de l'âme est un rappel continuel à la justice; elle est donc sociale et républicaine.“

—  Maximilien de Robespierre homme politique français 1758 - 1794

Discours, Sur les rapport des idées religieuses et morales avec le principe républicains et sur les fêtes nationales. Rapport présenté au nom du comité de salut public, [7, mai, 1794] (18 floréal an II)

Aldo Leopold photo
Yasmina Khadra photo

„Pour [mon père], les infortunes ne sont pas une fatalité, mais des incidents de parcours qu’il faut dépasser, quitte à en pâtir dans les minutes qui suivent. Son humilité et son discernement étaient un régal. J’ai tant voulu lui ressembler, jouir de sa frugalité et sa modération! Grâce à lui, alors que je grandissais sur une terre tourmentée depuis la nuit des temps, je refusais de considérer le monde comme une arène. Je voyais bien que les guerres se succédaient aux guerres, les représailles aux représailles, mais je m’interdisais de les cautionner d’une manière ou d’une autre. Je ne croyais pas aux prophéties de la discorde et n’arrivais pas à me faire à l’idée que Dieu puisse inciter ses sujets à se dresser les uns contre les autres et à ramener l’exercice de la foi à une absurde et effroyable question de rapport de forces. Dès lors, je m’étais méfié comme d’une teigne de ce qui me réclame un peu de mon sang pour purifier mon âme. Je ne voulais croire ni aux vallées des larmes ni à celles des ténèbres – il y avait d’autres sites plus séduisants et moins déraisonnables autour de soi. Mon père me disait : « Celui qui te raconte qu’il existe symphonie plus grande que le souffle qui t’anime te ment. Il en veut à ce que tu as de plus beau : la chance de profiter de chaque instant de ta vie. Si tu pars du principe que ton pire ennemi est celui-là même qui tente de semer la haine dans ton cœur, tu auras connu la moitié du bonheur. Le reste, tu n’auras qu’à tendre la main pour le cueillir. Et rappelle-toi ceci : il n’y a rien, absolument rien au-dessus de ta vie… Et ta vie n’est pas au-dessus de celle des autres. »
Je ne l’ai pas oublié.
J’en ai même fait ma principale devise, convaincu que lorsque les hommes auront adhéré à cette logique, ils auront enfin atteint la maturité.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Éric Zemmour photo
Comte de Lautréamont photo
Richard Feynman photo

„[…] nous avons toujours eu (chut, chut, fermez les portes!), nous avons toujours eu beaucoup de mal à comprendre l'image du monde que nous offre la mécanique quantique. Du moins, en ce qui me concerne, parce que je suis assez âgé, je ne suis pas encore parvenu à me convaincre que tous ces trucs-là étaient évidents. OK, ça m'énerve toujours. Ainsi quelques étudiants plus jeunes… Vous savez ce que c'est : à chaque nouvelle idée, il faut une ou deux générations pour constater qu'elle ne pose pas de vraie difficulté. Il n'est toujours pas évident pour moi qu'il n'y a pas de vrai problème. Je ne peux pas définir le vrai problème donc je soupçonne qu'il n'y a pas de vrai problème mais je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas de vrai problème.“

—  Richard Feynman physicien américain 1918 - 1988

[...] we have always had (secret, secret, close the doors!) we have always have had a great deal of difficulty in understanding the world view that quantum mechanics represents. At least I do, because I'm an old enough man that I haven't got to the point that this stuff is obvious to me. Okay, I still get nervous with it. And therefore, some of the youngest students...you know how it always is, every new idea, it takes a generation or two until it becomes obvious that there's no real problem. It has not yet become obvious to me that there is no real problem. I cannot define the real problem, therefore I suspect there's no real problem, but I'm not sure there's no real problem.
en

Serge Gainsbourg photo
Maximilien de Robespierre photo
Honoré de Balzac photo
Matoub Lounès photo
Daniel Cohn-Bendit photo
Alain de Benoist photo

„Qu’un écrivain déclare, comme la chose la plus naturelle du monde, qu’il préfère le commerce charnel des très jeunes personnes aux turpitudes classiques de ses contemporains, et il n’en faut pas plus – en pleine société permissive [sic] – pour le faire passer pour le Diable dans le Landerneau parisien. […] Pour ma part, c’est ce « scandale »qui me scandalise. Question de goût d’abord : n’aurait-on pas le droit de préférer caresser les hanches des lycéennes plutôt que la poitrine mafflue de la comtesse Grancéola (réplique matznévienne de la Castafiore ou la ménopause bien sonnée de la baronne Adélaïde Cramouillard, présidente de l’Union mystique universelle. Question de principe aussi : on peut désapprouver ce que l’on veut, mais comment peut-on, au sens propre du terme, être choqué par quoi que ce soit? Quant à la gravité du délit, enfin, il me semble, selon mon échelle de valeurs personnelles, qu’il est plus « scandaleux » de regarder les jeux télévisés, de jouer au Loto ou de lire Le Meilleur, que d’avoir la passion des fesses fraîches, des émotions naissantes et des seins en boutons. Bien des imbéciles se sont horrifiés de la publication des Moins de seize ans. Que des adultes qui admettent fort bien que leur progéniture s’abrutisse des journées entières devant des machines à sous ou des téléfilms débiles, tremblent à l’idée que leur fille, plutôt que de passer son temps avec des crétins de son âge, puisse coucher avec un écrivain « qui pourrait être son père » et tomber dans les rets de ce suborneur de Gabriel, me fait, quant à moi, plutôt éclater de rire. [.. ] Quant aux jeunes personnes qui fréquentent Gabriel Matzneff, je ne doute pas qu’elles apprendront à son contact plus de choses belles et élevées que dans la vulgarité et la niaiserie que secrète à foison leur vie familiale et scolaire.“

—  Alain de Benoist écrivain français 1943

Articles

Germaine de Staël photo
Sylvain Tesson photo
Nicolás Gómez Dávila photo
Marguerite Yourcenar photo
Terry Pratchett photo
Jacques Ellul photo
Alberto Moravia photo
François Mitterrand photo
Ian Watson photo

„Car nos langages se comportent comme des barrages entre la Réalité et notre Idée de la Réalité.“

—  Ian Watson auteur de science-fiction britannnique 1943

, 1973

Yasmina Khadra photo

„Que te dire, Amine? Je crois que même les terroristes les plus chevronnés ignorent vraiment ce qu’il leur arrive. Et ça peut arriver à n’importe qui. Un déclic quelque part dans le subconscient, et c’est parti. Les motivations n’ont pas la même consistance, mais généralement, ce sont des trucs qui s’attrapent comme ça, dit-il en claquant des doigts. Ou ça te tombe sur la tête comme une tuile, ou ça s’ancre en toi tel un ver solitaire. Après, tu ne regardes plus le monde de la même manière. Tu n’as qu’une idée fixe : soulever cette chose qui t’habite corps et âme pour voir ce qu’il y a en dessous. À partir de là, tu ne peux plus faire marche arrière. D’ailleurs, ce n’est plus toi qui es aux commandes. Tu crois n’en faire qu’à ta tête, mais c’est pas vrai. T’es rien d’autre que l’instrument de tes propres frustrations. Pour toi, la vie, la mort, c’est du pareil au même. Quelque part, tu auras définitivement renoncé à tout ce qui pourrait donner une chance à ton retour sur terre. Tu planes. Tu es un extraterrestre. Tu vis dans les limbes, à traquer les houris et les licornes. Le monde d’ici, tu ne veux plus en entendre parler. Tu attends juste le moment de franchir le pas. La seule façon de rattraper ce que tu as perdu ou de rectifier ce que tu as raté – en deux mots, la seule façon de t’offrir une légende, c’est de finir en beauté : te transformer en feu d’artifice au beau milieu d’un bus scolaire ou en torpille lancée à tombeau ouvert contre un char ennemi. Boum! Le grand écart avec, en prime, le statut de martyr. Le jour de la levée de ton corps devient alors, à tes yeux, le seul instant où l’on t’élève dans l’estime des autres. Le reste, le jour d’avant et le jour d’après, c’est plus ton problème; pour toi, ça n’a jamais existé.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Robert Desnos photo

„L'idée est concrète, chacun d'elles, une fois émise, correspond à une création, à un point quelconque de l'absolu.“

—  Robert Desnos poète français 1900 - 1945

La Liberté ou l'Amour !, 1927

Jacques Ellul photo
Antoine Prost photo
Hippolyte Taine photo
Roland Barthes photo
Alfred Elton van Vogt photo
Harry Harrison photo
Robert Darnton photo

„Beaucoup de membres de l'ancienne élite, et même des académiciens comme Condorcet, Bailly, Chamfort et La Harpe ne s'opposèrent pas à la destruction des institutions qui les avaient fait prospérer. Les écrivailleurs se dispersèrent en de multiples directions, soutenant différentes factions au cours des diverses phases du conflit. Quelques-uns, en particulier durant la période girondine et le Directoire, prouvèrent qu'ils ne souhaitaient rien d'autre que de participer à la renaissance du « monde ». Et, au moins dans les années 1789-1791, la Révolution mit à l'ordre du jour beaucoup d'idées qui avaient été propagées par les Hautes Lumières. Mais dans sa phase la plus révolutionnaire la Révolution fut l'expression des passions anti-élitistes de la bohème littéraire. On ne saurait interpréter ces passions simplement comme nées de l'appétit pour les situations ou de la haine des mandarins. Les pamphlétaires jacobins croyaient en leur propagande. Ils voulaient dépouiller en eux le vieil homme et devenir des hommes nouveaux, nouvellement intégrés dans une république vertueuse. En tant que révolutionnaires culturels, ils désiraient détruire l'« aristocratie de l'esprit » afin de créer une République des Lettres égalitaire dans une république égalitaire.“

—  Robert Darnton historien américain 1939

Bohème littéraire et Révolution, 1983, Le monde des libraires clandestins sous l'Ancien Régime

Sébastien Castellion photo
François Mitterrand photo
Stefan Zweig photo
Claude Bernard photo
Pierre Rabhi photo
Paul Valéry photo
Michel Onfray photo

„C'est le paradoxe du totalitarisme moderne. C'est la clé de l'esclavage mental de l'humanité: l'individu est réduit à rien et opère comme la partie physique de ce qui est considérée comme un groupe d'une plus haute intelligence et agit sur la volonté de cette plus haute intelligence, dont il n'a pas idée des plans qu'elle a pour l'utiliser.“

—  Bella Dodd 1904 - 1969

This is the peculiar paradox of modern totalitarianism. This is the key to the mental enslavement of mankind: that the individual is made into nothing, that he operates as the physical part of what is considered a higher group intelligence and acts at the will of that higher intelligence, that he has no awareness of the plans the higher intelligence has for utilizing him.
en

Georges Jacques Danton photo
J.B.S. Haldane photo
Charles-Augustin Sainte-Beuve photo
Gaston Bachelard photo
Salvador Dalí photo
Jean d'Ormesson photo
Michaël Laitman photo

„L'être humain est créé de sorte que cinq doigts lui suffisent amplement. Son cerveau est conçu de façon à ce qu'il préfère travailler avec cinq doigts, bien que, si nécessaire, il puisse composer avec des doigts en moins et pallier, en quelque sorte, sa déficience. Toutefois, l'être humain n'est absolument pas préparé à travailler avec six ou sept doigts; la nature ne l'a doté d'aucune technique propre à un tel usage. Il ne peut même pas s'imaginer ce qu'il ferait d'un doigt supplémentaire […] Ainsi, tout ce qui relève de la matière ne nous pose aucun problème. Si nous nous en tenons aux limites qu'elle nous impose, nous nous trouvons plutôt satisfaits des connaissances que nous y acquérons. Mais imaginez maintenant qu'un Kabbaliste, qui atteint des formes (de connaissance) supérieures, ressente le caractère insignifiant des niveaux de compréhension inférieurs. Faites-vous une idée de son aspiration quasi obsessive pour ce qui est d'étendre, jusqu'à l'infini, la gamme de ses facultés sensorielles. Un Kabbaliste voudrait acquérir des milliers de doigts-tentacules. Il n'aura de cesse qu'il n'ait élargi sa palette de couleurs-sensations, et ce, jusqu'à ce qu'elles fusionnent en une science tout-en-un dont la simplicité n'ait d'égale que la blancheur qui émane des hautes sphères spirituelles.“

—  Michaël Laitman 1946

I am created so that five digits are absolutely sufficient for me. My
Introduction to the Book of Zohar (2005)

Richard Stallman photo

„Je pensais à elle comme un amour d’enfance, avec l’idée est qu’on n’est jamais trop vieux pour en vivre un.“

—  Richard Stallman créateur du projet GNU et père du logiciel libre 1953

I thought of her as my childhood sweetheart, the idea being you're never too old to have one.
en

Octave Mirbeau photo
Stephen King photo
Sébastien Castellion photo
Albert Einstein photo
Jean d'Ormesson photo
Jean-François Revel photo
Nicolas Sarkozy photo
André Maurois photo
Giuseppe Verdi photo
Bernard-Henri Lévy photo
Louis Aragon photo

„Plus encore que le patriotisme qui est une hystérie comme une autre, mais plus creuse et plus mortelle qu’une autre, ce qui nous répugne c’est l’idée de Patrie qui est vraiment le concept le plus bestial, le moins philosophique dans lequel on essaie de faire entrer notre esprit.“

—  Louis Aragon poète et romancier français 1897 - 1982

Citation extraite de « La révolution d'abord et toujours » publié en août 1925 dans diverses revues, en réaction à la guerre du Maroc

Fred Vargas photo
Jean-François Paul de Gondi photo
Joseph E. Stiglitz photo
Joseph Conrad photo
Octave Gréard photo
Georges Bernanos photo
André Comte-Sponville photo
Suzanne Curchod photo
Yasmina Khadra photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Octave Mirbeau photo

„Le vieux monde croule sous le poids de ses propres crimes. C'est lui-même qui allumera la bombe qui doit l'emporter. Et cette bombe sera d'autant plus terrible qu'elle ne contiendra ni poudre, ni dynamite. Elle contiendra de l'Idée et de la Pitié, ces deux forces contre lesquelles on ne peut rien.“

—  Octave Mirbeau romancier, essayiste et dramaturge, journaliste et critique d'art français 1848 - 1917

« Ravachol » http://www.scribd.com/doc/2264826/Octave-Mirbeau-Ravachol L'Endehors, 1er mai 1892
Combats politiques, 1990

„Idée, objet ou programme et effets sont les trois termes formant la trilogie de toute création.“

—  Nicolas Schöffer sculpteur et plasticien français 1912 - 1992

Discours d'installation à l'Académie des Beaux-Arts, 1982

José Saramago photo
Victor Hugo photo
Enzo Traverso photo
Emmanuel Levinas photo
Alain Finkielkraut photo

„(…) dogmatique est le discours occupant la place mythique de la vérité et, de ce fait, servant de fondement aux images identificatoires, pour la société en tant que telle et pour tout sujet ressortissant de cette représentation. Or, de nos jours, le discours dogmatique capable d’accueillir la croyance aux images et de fonder la représentation ne peut être mis en scène, si j’ose ainsi m’exprimer, que sous le chapeau de la Science et coiffé par la Démocratie gestionnaire, ou par tout autre signifiant socialement emblématique, c'est-à-dire politiquement plausible. Le Droit est donc refoulé dans la culture, essentiellement parce que la Science lui a ravi, au cours de l’histoire du système normatif européen, la place mythique, le Science ayant pris statut de fondement des lois, à l’instar du divin, avec lequel le Droit civil, nous le verrons plus loin, est directement lié. On observera que l’idée même de dogmaticité fait horreur aujourd'hui et à bon escient, car le présupposé d’après lequel l’objet-Science échappe au statut dogmatique du discours des images (le Droit lui-même cessant d’être pensé comme dogmatique) est nécessaire au montage social d’idéalisation normative de la Science, comme il est nécessaire que le Droit soit présenté, non comme manœuvre fondatrice du vivant (auquel cas la Science en tant qu’idéal religieux s’en trouverait détrônée) –du vivant parlant, c'est-à-dire du sujet-, mais comme anecdote sociale et simple technique de régulation gestionnaire. À voir la panique qui saisit juristes et psys à la perspective de parler dogmes, au sens que mes travaux donnent à ce terme, on ne s’étonne pas de cette nouvelle peur de penser : la crainte de trahir la Science paralyse la réflexion sur les montages institutionnels, dès lors qu’une telle réflexion touche au rite moderne d’entrée dans la légalité, c'est-à-dire au fin fond de ce qui nous porte hors de l’abîme indicible, nos représentations de l’Au nom de, l’inaugural que j’appelle aussi discours de la Référence, tout aussi divin aujourd'hui que l’ancien, en ce qu’il est lui aussi intouchable et sacré.“

—  Pierre Legendre 1930

Leçons VI Les enfants du Texte. Étude sur la fonction parentale des États

Karl Marx photo

„Les idées dominantes d’une époque n’ont jamais été que les idées de la classe dominante.“

—  Karl Marx philosophe, sociologue et économiste allemand 1818 - 1883

Die herrschenden Ideen einer Zeit waren stets nur die Ideen der herrschenden Klasse.
de
, 1848 (avec Friedrich Engels)

Suzanne Curchod photo
Jacques Bouveresse photo
Henri Poincaré photo

„La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle se soumettre, ce serait cesser d'exister.“

—  Henri Poincaré mathématicien, physicien, philosophe et ingénieur français 1854 - 1912

Le Libre Examen en Matière Scientifique 1909
Variante: La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être.

Jacques Ellul photo
Robert Darnton photo