Citations sur l'effort

Une collection de citations sur le thème de effort, tout, bien-être, pluie.

Meilleures citations sur l'effort

Ferhat Abbas photo

„Nous sommes les fils d'un monde nouveau, né de l'esprit et de l'effort français.“

—  Ferhat Abbas homme politique algérien 1899 - 1985

L'Entente franco-musulmane, 1936

François Mauriac photo

„Notre vie vaut ce qu'elle nous a coûté d'efforts.“

—  François Mauriac écrivain français 1885 - 1970

Le Jeune Homme, 1926

Winston Churchill photo

„Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur.“

—  Winston Churchill homme d'État britannique 1874 - 1965

I have nothing to offer but blood, toil, tears, and sweat.
Discours d'investiture.
en
Wikiquote
Discours devant la chambre des Communes

Jack Vance photo

„Il est impossible d'échouer après tant d'efforts et de souffrances.“

—  Jack Vance, livre Le Dirdir

Citations de ses romans, Le Dirdir, 1969

Martin Heidegger photo

„La philosophie compte parmi les plus originels des efforts humains.“

—  Martin Heidegger philosophe allemand 1889 - 1976

Qu’est-ce qu’une chose, 1962

Pierre Corneille photo

„Plus l'effort est grand, plus la gloire en est grande.“

—  Pierre Corneille, Polyeucte

Polyeucte (1642)

Marc Aurèle photo

„Chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort.“

—  Marc Aurèle empereur et philosophe stoïcien romain 121 - 180

Pensées

Toutes citations sur l'effort

Un total de filtre 151 citations:

Jean d'Ormesson photo
Guy de Maupassant photo
Auguste Comte photo
Maria-Antonietta Macciocchi photo
Octave Gréard photo
Jean Rohou photo

„[…] le développement des villes, des salons, de la cour impose à chacun de maîtriser ses pulsions et d'affiner ses manières et son langage. On assiste à un remarquable effort de civilisation, c'est-à-dire de transformation de l'être naturel, égocentrique et impulsif (Alceste, héros du Misanthrope) en sujet social plus ou moins complaisant (Philinte). De 1630 à 1690 environ, la qualité sociale essentielle c'est l' honnêteté, qui ne désigne pas, comme aujourd'hui, une probité morale, mais une civilité, un art de plaire, de s'adapter à l'attente d'autrui en contrôlant ses désirs. […] le XVIIe siècle voit le développement d'une bourgeoisie composée de juristes et administrateurs, portés à la discipline, et de négociants et financiers, soucieux d'économiser pour accroître leur puissance. Or, la morale est aussi une discipline et une économie des désirs. Cette bourgeoisie veut être reconnue comme élite; il lui faut pour cela s'imposer par sa vertu, d'autant plus qu'elle n'a pas la naissance qui définit la noblesse. Il lui faut surtout se démarquer du peuple. Cet effort de distinction culturelle élimine digestion, sexualité et tout ce qui peut paraître grossier dans le comportement ou l'expression. Il tend à réduire la spontanéité au profit de la raison, à imposer à la nature la maîtrise de l'art, à récuser le savoir-faire spontané ou empirique, fondé sur le génie ou le métier, au bénéfice d'un savoir-faire méthodique, fondé en théorie. C'est pour ces raisons fondamentales que les années trente, contredisant Aristote et renversant la tendance du premier tiers du siècle, soumettent l'art, et particulièrement la tragédie, à la morale.“

—  Jean Rohou écrivain et universitaire breton 1934

La Tragédie classique, 1996, La « discipline » classique

Jacques Ellul photo
Jacques Attali photo
René Char photo
John Varley photo
Virginia Woolf photo
Manuel Valls photo
Ayn Rand photo

„L'homme qui produit pendant que d'autres disposent du produit de son effort est un esclave.“

—  Ayn Rand, livre La Vertu d'égoïsme

The man who produces while others dispose of his product, is a slave.
en
La Vertu d'égoïsme

Virginia Woolf photo
Octave Mirbeau photo
Jean d'Ormesson photo
Paul Klee photo
Gabriele d'Annunzio photo
Camille Saint-Saëns photo
Alexis Carrel photo
Émile Zola photo
Xavier Forneret photo

„M. Xavier Forneret s'exagère sa faiblesse; il vaut mieux, dans ses efforts et dans ses aspirations enfiévrées, que cent écrivains dans leur stupide et sereine abondance.“

—  Xavier Forneret écrivain, poète, dramaturge et journaliste français 1809 - 1884

Charles Monselet (1859)

Zbigniew Brzezinski photo

„C'est également un fait que l'Amérique est trop démocratique chez elle pour être autocratique à l'étranger. Cela limite l'utilisation de la puissance américaine, notamment sa capacité d'intimidation militaire. Jamais précédemment une démocratie populaire avait atteint une suprématie internationale. Mais la poursuite du pouvoir n'est pas le but poursuivi par les passions populaires, excepté dans des conditions d'une menace ou d'une remise en cause du sentiment populaire de bien-être domestique. L'abnégation économique (c'est-à-dire les dépenses militaires), et le sacrifice humain (les pertes même parmi les soldats professionels) qui sont nécessaires à l'effort sont peu agréables pour les instincts démocratiques. La démocratie est inamicale envers la mobilisation impériale.“

—  Zbigniew Brzezinski politologue américain 1928 - 2017

It is also a fact that America is too democratic at home to be autocratic abroad. This limits the use of America's power, especially its capacity for military intimidation. Never before has a populist democracy attained international supremacy. But the pursuit of power is not a goal that commands popular passion, except in conditions of a sudden threat or challenge to the public's sense of domestic well-being. The economic self-denial (that is defense spending), and the human sacrifice (casualties even among professional soldiers) required in the effort are uncongenial to democratic instincts. Democracy is inimical to imperial mobilization.
en
Le Grand Echiquier - 1997

Thomas Jefferson photo

„Que nous faut-il pour faire de nous un peuple heureux et prospère? Un gouvernement sage et frugal, qui retiendra les hommes de se porter tort l'un à l'autre, et pour le reste les laissera libres de régler leurs propres efforts d'industrie et de progrès, et n'enlèvera pas de la bouche du travailleur le pain qu'il a gagné. Voilà le résumé du bon gouvernement, et voilà ce qui est nécessaire pour boucler le cercle de nos félicités. »“

—  Thomas Jefferson président des États-Unis entre 1801 et 1809, également philosophe, agronome, inventeur, architecte, 1743 - 1826

With all these blessings, what more is necessary to make us a happy and prosperous people? Still one thing more, fellow-citizens,—A wise and frugal Government, which shall restrain men from injuring one another, shall leave them otherwise free to regulate their own pursuits of industry and improvement, and shall not take from the mouth of labor the bread it has earned. This is the sum of good government, and this is necessary to close the circle of our felicities.
en
Premier discours inaugural, 4 mars 1801

Jack Williamson photo
Michaël Laitman photo
Jerzy Popiełuszko photo
Germaine de Staël photo
Gabriele d'Annunzio photo
Auguste Comte photo
Aldous Huxley photo
Benoîte Groult photo
Joseph Conrad photo
Éric Zemmour photo
Jean-Luc Mélenchon photo
Edward Bernays photo
Charles-Augustin Sainte-Beuve photo
Jacques Bainville photo

„Ainsi le traité de paix n’avait rien terminé par sa propre vertu. Il exige encore de nous des efforts et notre compte avec l’Allemagne est loin d’être réglé. Les travaux continuent avec les jours et les jours des peuples sont longs.“

—  Jacques Bainville critique littéraire, publiciste, journaliste, chroniqueur de politique étrangère, historien et académicien français 1879 - 1936

À propos du traité de Versailles
Histoire de France

Marie d'Agoult photo
Claire de Duras photo

„Il y avait entre les cercles doctrinaires studieux, raisonneurs, bien nobles alors assurément, mais surtout fructueux, et les cercles purement aristocratiques et frivoles, il y avait un intervalle fort marqué, un divorce obstiné et complet; d'un côté les lumières, les idées modernes, de l'autre le charme ancien, séparés par des prétentions et une morgue réciproque. En quelque endroit pourtant la conciliation devait naître et s'essayer. De même que du sein des rangs royalistes une voix éloquente s'élevait par accès, qui conviait à une chevaleresque alliance la légitimité et la liberté, et qui, dans l'ordre politique, invoquait un idéal de monarchie selon la Charte, de même, tout à côté, et avec plus de réussite, dans la haute compagnie, il se trouvait une femme rare, qui opérait naturellement autour d'elle un compromis merveilleux entre le goût, le ton d'autrefois et les puissances nouvelles. Le salon de Mme de Duras, sa personne, son ascendant, tout ce qui s'y rattache, exprime, on ne saurait mieux, l'époque de la Restauration par un aspect de grande existence encore et d'accès à demi aplani, par un composé d'aristocratie et d'affabilité, de sérieux sans pesanteur, d'esprit brillant et surtout non vulgaire, semi-libéral et progressif insensiblement, par toute cette face d'illusions et de transactions dont on avait ailleurs l'effort et la tentative, et dont on ne sentait là que la grâce. C'à été une des productions naturelles de la Restauration, comme ces îles de fleurs formées un moment sur la surface d'un lac, aux endroits où aboutissent, sans trop se heurter, des courants contraires. On a comparé toute la construction un peu artificielle de l'édifice des quinze ans à une sorte de terrasse de Saint-Germain, au bas de laquelle passait sur la grande route le flot populaire, qui finit par la renverser : il y eut sur cette terrasse un coin, et ce ne fut pas le moins attrayant d'ombrage et de perspective, qui mérite de garder le nom de Mme de Duras : il a sa mention assurée dans l'histoire détaillée de ces temps.“

—  Claire de Duras écrivain française 1777 - 1828

Juin 1834
D'autres auteurs la concernant

Dominique Fernandez photo
Simone Weil photo
Claude Fauriel photo
Emil Cioran photo
Adolf Hitler photo
Jean-Baptiste Bidegain photo
John Dewey photo

„[La démocratie] est l'idée de la communauté elle-même. Elle est un idéal au seul sens intelligible du terme; à savoir, la tendance et le mouvement d'une chose existante menée jusqu'à sa limite finale, considérée comme rendue complète, parfaite. Puisque les faits n'atteignent jamais un tel degré d'accomplissement mais sont, dans la réalité, détournés et sujets à des interférences, la démocratie en ce sens n'est pas un fait et n'en sera jamais un. Mais en ce sens également, jamais on ne rencontre ou on n'a rencontré quoi que ce soit qui aurait formé une communauté à un degré complet, une communauté parfaite constituée par des éléments étrangers. L'idée ou l'idéal d'une communauté pointe cependant vers des phases réelles de la vie en association, lorsque celles-ci sont libérées d'éléments restrictifs et perturbants, et sont vues comme ayant atteint la limite de leur développement. Lorsque les conséquences d'une activité conjointe sont jugées bonnes par toutes les personnes singulières qui y prennent part, et lorsque la réalisation du bien est telle qu'elle provoque un désir et un effort énergiques pour le conserver uniquement parce qu'il s'agit d'un bien partagé par tous, alors il y a une communauté. La conscience claire de la vie commune, dans toutes ses implications, constitue l'idée de la démocratie.“

—  John Dewey philosophe américain 1859 - 1952

Le public et ses problèmes

Jean-Louis Tixier-Vignancour photo
Harry Harrison photo
Loïc Decrauze photo
Paul Samuelson photo
Tahar Ben Jelloun photo
Dominique Fernandez photo
Éric Dupond-Moretti photo
Claude Debussy photo
Charles Seignobos photo
Stephen Hawking photo
André Maurois photo
Vassily Kandinsky photo
Neil deGrasse Tyson photo

„La science est un projet coopératif qui se transmet entre les générations. C'est le relais d'une torche du professeur à l'étudiant au professeur. Une communauté d'esprits prenant racine dans l'Antiquité et se dirigeant vers les étoiles.“

—  Neil deGrasse Tyson astrophysicien américain 1958

Science is a cooperative enterprise, spanning the generations. It's the passing of a torch from teacher, to student, to teacher. A community of minds reaching back to antiquity and forward to the stars.
Cosmos: A Space Time Odyssey (2014)

René Char photo
Suzanne Curchod photo

„Pour apprécier exactement la direction des idées de Mme Necker, il faut d’abord se rendre compte de l’effort qu’elle s’imposa en arrivant à Paris, afin de s’approprier la langue et les mœurs du pays dont elle avait à se faire adopter. Sainte-Beuve a dit qu’elle ne fut jamais qu’une fleur transplantée. Il semble que Mme Necker eût prévu la critique. « Pour avoir un goût parfait, disait-elle, faut-il être né dans un pays ou dans une société, à Paris par exemple, où l’on reçoive les principes du goût avec le lait et par l’autorité? Ou bien serait-il à préférer d’y arriver dans l’âge où l’on peut les acquérir sans préjugé et apprendre à juger par sa propre raison nouvellement éclairée? Ce goût ainsi formé serait plus sûr et plus dégagé de toutes les préventions du siècle, du lieu et de la mode. C’est ainsi que Rousseau, dans un objet plus grave, voulait qu’on ne prit une religion que quand la raison serait formée. » Mme Necker se vise manifestement elle-même dans cette dernière observation; et je ne sais pas d’exemple d’une acclimatation ou d’une naturalisation intellectuelle suivie avec plus de zèle. Il n’en coûtait rien à Grimm de ne paraître à Paris qu’un Allemand. Mme Necker voulut être Française.“

—  Suzanne Curchod femme de lettres française et salonnière, épouse de Jacques Necker. 1737 - 1794

D'autres auteurs la concernant

Mélanie Vincelette photo
Louis XIV photo

„Il faut de la force assurément pour tenir toujours la balance de la justice droite entre tant de gens qui font leurs efforts pour la faire pencher de leur côté.“

—  Louis XIV roi de France et de Navarre de 1643 à 1715 1638 - 1715

Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Volume 1

Guy de Maupassant photo
Alfred Loisy photo
Michel de Montaigne photo
Michel Houellebecq photo
Germaine de Staël photo
Douglas Adams photo
Blaise Pascal photo
Wilhelm Liebknecht photo
Stephen King photo
Giorgio Locchi photo
Joseph Kessel photo
Maxime Rodinson photo
Baruch Ashlag photo

„[L]orsqu'on s'engage sur le chemin de vérité, on doit s'isoler des autres. Il en est ainsi parce que le chemin de la vérité requiert un effort constant qui est contraire à l'opinion générale. D'ordinaire, les gens cherchent à accumuler des connaissances, à recevoir; la Torah, pour sa part, conduit plutôt vers la foi et le don sans réserve. Si l'homme s'en éloigne, il oublie tout le travail accompli sur le chemin de vérité et bascule aussitôt dans un monde d'amour-propre.“

—  Baruch Ashlag rabbin polonais 1907 - 1991

[I]n matters of work on the path of truth, one should isolate oneself from other people. This is because the path of truth requires constant strengthening, since it is against the view of the world. The view of the world is knowing and receiving, whereas the view of Torah is faith and bestowal. If one strays from that, he immediately forgets all the work of the path of truth and falls into a world of self-love.
en
Articles

Hippolyte Taine photo
André Breton photo

„Quand j’ai embrassé ma mère pour lui souhaiter bonne nuit, elle m’a dit qu’elle trouvait bien étrange de fêter son dernier Noël. Elle regardait la neige tomber derrière la fenêtre, au-dessus de l’évier de la cuisine. Je n’ai rien su répondre, mais j’ai été sauvé lorsqu’elle a dissimulé le cachet de Carla dans un morceau de fromage. Comme il était déroutant de voir ces deux femmes dont les corps les condamnait à un départ précoce. J’ai voulu me permettre de fêter la naissance de Jésus sans m’attarder outre mesure sur l’utilisation du christianisme comme une massue destinée à façonner le monde dans la violence. Je ne parvenais pas à définir avec exactitude ce qui restait de ma religion, hormis le fait que j’avais acquis une certaine compassion en regardant en dehors de moi plutôt qu’en moi. Je ne savais absolument pas si je croyais encore à la résurrection. En ma qualité d’humain parmi plusieurs milliards de mes congénères, j’avais laissé le monde acquérir une dimension beaucoup plus vaste et le poudroiement des étoiles scintillantes, tellement spectaculaire à Grand Marais bien qu’ici réduit au seul souvenir par la lumière ambiante de Chicago, m’a une fois encore rassuré : mes efforts pour m’éloigner des préoccupations strictement personnelles allaient dans le bon sens.“

—  Jim Harrison écrivain américain 1937 - 2016

De Marquette à Veracruz, 2004

Sigmund Freud photo
Prosper-Olivier Lissagaray photo
Pierre Bourgault photo
Gabriel Terrail photo

„[…] Le travail est l'effort de l'homme pour faire servir à son usage la matière et les forces naturelles.“

—  Gabriel Terrail journaliste, écrivain et homme politique français 1859 - 1930

La France socialiste: notes d'histoire contemporaine

Jean-Bernard Pouy photo
Jules Guesde photo
Marlene Dietrich photo
Albert Einstein photo
Yves Guyot photo
Simone Weil photo
Fritz Lang photo