Citations sur les prospects

Une collection de citations sur le thème de science, tout, pluie, bien-être.

Meilleures citations sur les prospects

Ian Watson photo

„La science demeure notre meilleur espoir.“

—  Ian Watson auteur de science-fiction britannnique 1943

Le Voyage de Tchekhov, 1983

Claude Allègre photo

„Les mathématiques ne constituent pas à proprement parler une science.“

—  Claude Allègre géochimiste et homme politique français 1937

La Défaite de Platon, 1995

Michel de Montaigne photo

„La plus utile et honorable occupation d'une femme, c'est la science du ménage.“

—  Michel de Montaigne, livre Essais

La plus utile et honorable science et occupation à une femme, c'est la science du mesnage.
fr
Essais, Livre III

Tobie Nathan photo

„La science fabrique de l'idéologie, c'est même son principal déchet (…)“

—  Tobie Nathan psychologue, professeur d'université et écrivain français 1948

français
613 (1993)

Joseph Heller photo

„Pour l'homme de science, toutes les agonies se valent.“

—  Joseph Heller écrivain américain 1923 - 1999

, 1961

David Ruelle photo

„La science est totalement amorale, et complètement irresponsable.“

—  David Ruelle physicien franco-belge 1935

Hasard et chaos, 2000

Thomas Szasz photo

„La médecine est une science naturelle. La psychiatrie est une science morale.“

—  Thomas Szasz psychiatre hongrois 1920 - 2012

Idéologie et Folie, 1970

Stephen Baxter photo

„L'autorité. L'antithèse de la science.“

—  Stephen Baxter écrivain de SF 1957

Poussière de lune, 1998

Kurt Vonnegut photo

„La science est une magie qui réussit.“

—  Kurt Vonnegut écrivain américain 1922 - 2007

, 1963

Wilhelm Liebknecht photo

„La politique est donc à la fois une science (pure) et une science appliquée.“

—  Wilhelm Liebknecht politicienne allemande 1826 - 1900

Souvenirs sur Marx, 1896

Toutes citations sur les prospects

Un total de filtre 336 citations:

Mustafa Kemal Atatürk photo
Pierre Bourdieu photo
Jules Michelet photo
Edith Stein photo
Jules Verne photo
Andrea Pirlo photo
Christopher Hitchens photo
Antoine Lavoisier photo
Émile Durkheim photo
Honoré de Balzac photo
Adolf Hitler photo

„Le christianisme est une rébellion contre la loi naturelle, une protestation contre la nature. Poussé à sa logique extrême, le christianisme signifierait la culture systématique de l’échec humain. […] Mais il n’est pas question que le national-socialisme se mette un jour à singer la religion en établissant une forme de culte. Sa seule ambition doit être de construire scientifiquement une doctrine qui ne soit rien de plus qu’un hommage à la raison […] Il n’est donc pas opportun de nous lancer maintenant dans un combat avec les Églises. Le mieux est de laisser le christianisme mourir de mort naturelle. Une mort lente a quelque chose d’apaisant. Le dogme du christianisme s’effrite devant les progrès de la science. La religion devra faire de plus en plus de concessions. Les mythes se délabrent peu à peu. Il ne reste plus qu’à prouver que dans la nature il n’existe aucune frontière entre l’organique et l’inorganique. Quand la connaissance de l’univers se sera largement répandue, quand la plupart des hommes sauront que les étoiles ne sont pas des sources de lumière mais des mondes, peut-être des mondes habités comme le nôtre, alors la doctrine chrétienne sera convaincue d’absurdité […] Tout bien considéré, nous n’avons aucune raison de souhaiter que les Italiens et les Espagnols se libèrent de la drogue du christianisme. Soyons les seuls à être immunisés contre cette maladie.“

—  Adolf Hitler homme d'État allemand né en Autriche 1889 - 1945

Religion

Ernest Renan photo
Paul Lafargue photo
Camille Saint-Saëns photo
Pierre Amoyal photo
Gregory Mankiw photo
Jacques Ellul photo
Robert Fossaert photo
Jonathan Littell photo
Michel Puech photo

„D'après Kant, les philosophes sont ridicules face à la réussite de la science et à ses progrès.“

—  Michel Puech philosophe français 1960

La philosophie en clair : 10 classiques sérieusement dépoussiérés, 1999.

Albert Einstein photo
Jacques Derrida photo
Emmanuel Kant photo
Alexis Carrel photo
Michaël Laitman photo

„L'être humain est créé de sorte que cinq doigts lui suffisent amplement. Son cerveau est conçu de façon à ce qu'il préfère travailler avec cinq doigts, bien que, si nécessaire, il puisse composer avec des doigts en moins et pallier, en quelque sorte, sa déficience. Toutefois, l'être humain n'est absolument pas préparé à travailler avec six ou sept doigts; la nature ne l'a doté d'aucune technique propre à un tel usage. Il ne peut même pas s'imaginer ce qu'il ferait d'un doigt supplémentaire […] Ainsi, tout ce qui relève de la matière ne nous pose aucun problème. Si nous nous en tenons aux limites qu'elle nous impose, nous nous trouvons plutôt satisfaits des connaissances que nous y acquérons. Mais imaginez maintenant qu'un Kabbaliste, qui atteint des formes (de connaissance) supérieures, ressente le caractère insignifiant des niveaux de compréhension inférieurs. Faites-vous une idée de son aspiration quasi obsessive pour ce qui est d'étendre, jusqu'à l'infini, la gamme de ses facultés sensorielles. Un Kabbaliste voudrait acquérir des milliers de doigts-tentacules. Il n'aura de cesse qu'il n'ait élargi sa palette de couleurs-sensations, et ce, jusqu'à ce qu'elles fusionnent en une science tout-en-un dont la simplicité n'ait d'égale que la blancheur qui émane des hautes sphères spirituelles.“

—  Michaël Laitman 1946

I am created so that five digits are absolutely sufficient for me. My
Introduction to the Book of Zohar (2005)

Jean Baudrillard photo
Fedor Dostoïevski photo
Nicolas de Condorcet photo
François Jacob photo

„À certains égards, mythes et sciences remplissent une même fonction. […] Ils délimitent tous deux le champ du possible.“

—  François Jacob biologiste français 1920 - 2013

Le Jeu des possibles, 1981

Coluche photo

„Debré est nul. Il voulait donner son corps à la Science, mais la Science a pas voulu.“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Music-hall, Votez nul

Martin Heidegger photo
Jean-François Paul de Gondi photo
Henri Meschonnic photo
Ralph Waldo Emerson photo

„Le symptôme invariable de la science humaine est de voir du miraculeux dans les choses vulgaires.“

—  Ralph Waldo Emerson philosophe, essayiste et poète américain 1803 - 1882

Essai sur la nature ('), 1836

Henri Poincaré photo

„Le savant n’étudie pas la nature parce que cela est utile; il l’étudie parce qu’il y prend plaisir et il y prend plaisir parce qu’elle est belle. Si la nature n’était pas belle, elle ne vaudrait pas la peine d’être connue, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue. Je ne parle pas ici, bien entendu, de cette beauté qui frappe les sens, de la beauté des qualités et des apparences; non que j’en fasse fi, loin de là, mais elle n’a rien à faire avec la science; je veux parler de cette beauté plus intime qui vient de l’ordre harmonieux des parties, et qu'une intelligence pure peut saisir.“

—  Henri Poincaré, livre Science et Méthode

Science et Méthode, 1908
Variante: Le savant n'étudie pas la nature parce que cela est utile; il l'étudie parce qu'il y prend plaisir et il y prend plaisir parce qu'elle est belle. Si la nature n'était pas belle, elle ne vaudrait pas la peine d'être connue, la vie ne vaudrait pas la peine d'être vécue. Je ne parle pas ici, bien entendu, de cette beauté qui frappe les sens, de la beauté des qualités et des apparences; non que j'en fasse fi, loin de là, mais elle n'a rien à faire avec la science; je veux parler de cette beauté plus intime qui vient de l'ordre harmonieux des parties, et qu'une intelligence pure peut saisir.

Franz Liszt photo
Isabelle Stengers photo
Octave Gréard photo

„Fort recherchée pour son esprit et sa beauté, elle avait institué à Lausanne, que sa famille était venue habiter pour elle, une Académie des Eaux où la jeunesse des deux sexes se livrait à des exercices littéraires que ne distinguait pas toujours la simplicité. Sous les auspices de Thémire — c’est le nom qu’elle s’était donné, — les cimes alpestres qui couronnent le lac de Genève et les riantes campagnes du pays de Vaud avaient vu renaître les fictions de l’ Astrée jadis enfantées dans la fièvre des grandes villes. Cette éducation à la fois simple et hardie, grave et aimable, fondée sur une large base d’études et ouverte à toutes les inspirations, même à celles de la fantaisie, avait été également celle de Germaine. Toute jeune, Germaine avait sa place aux vendredis de sa mère, sur un petit tabouret de bois où il lui fallait se tenir droite sans défaillance; elle entendait discourir sur la vertu, les sciences, la philosophie, Marmontel, Morellet, D’Alembert, Grimm, Diderot, Naigeon, Thomas, Buffon, se prêtait aux questions qu’on prenait plaisir à lui adresser, — non sans chercher parfois à l’embarrasser, — et se faisait rarement prendre en défaut. Mme Necker lui apprenait les langues, la laissait lire à son gré, la conduisait à la comédie. À onze ans elle composait des éloges, rédigeait des analyses, jugeait l’ Esprit des lois; l’abbé Raynal voulait lui faire écrire, pour son Histoire philosophique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, un morceau sur la révocation de l’Édit de Nantes; elle adressait à son père, à l’occasion du Compte rendu de 1781, un mémoire où son style la trahissait. La poésie n’avait pas pour elle moins d’attraits. Envoyée à la campagne pour rétablir sa santé loin des livres et des entretiens, elle parcourait les bosquets avec son amie, Mlle Huber, vêtue en nymphe, déclamait des vers, composait des drames champêtres et des élégies.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

Il est ici question de l'opinion du quotidien de Suzanne Necker.
L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Madame Necker

Gaston Bachelard photo

„(…) dogmatique est le discours occupant la place mythique de la vérité et, de ce fait, servant de fondement aux images identificatoires, pour la société en tant que telle et pour tout sujet ressortissant de cette représentation. Or, de nos jours, le discours dogmatique capable d’accueillir la croyance aux images et de fonder la représentation ne peut être mis en scène, si j’ose ainsi m’exprimer, que sous le chapeau de la Science et coiffé par la Démocratie gestionnaire, ou par tout autre signifiant socialement emblématique, c'est-à-dire politiquement plausible. Le Droit est donc refoulé dans la culture, essentiellement parce que la Science lui a ravi, au cours de l’histoire du système normatif européen, la place mythique, le Science ayant pris statut de fondement des lois, à l’instar du divin, avec lequel le Droit civil, nous le verrons plus loin, est directement lié. On observera que l’idée même de dogmaticité fait horreur aujourd'hui et à bon escient, car le présupposé d’après lequel l’objet-Science échappe au statut dogmatique du discours des images (le Droit lui-même cessant d’être pensé comme dogmatique) est nécessaire au montage social d’idéalisation normative de la Science, comme il est nécessaire que le Droit soit présenté, non comme manœuvre fondatrice du vivant (auquel cas la Science en tant qu’idéal religieux s’en trouverait détrônée) –du vivant parlant, c'est-à-dire du sujet-, mais comme anecdote sociale et simple technique de régulation gestionnaire. À voir la panique qui saisit juristes et psys à la perspective de parler dogmes, au sens que mes travaux donnent à ce terme, on ne s’étonne pas de cette nouvelle peur de penser : la crainte de trahir la Science paralyse la réflexion sur les montages institutionnels, dès lors qu’une telle réflexion touche au rite moderne d’entrée dans la légalité, c'est-à-dire au fin fond de ce qui nous porte hors de l’abîme indicible, nos représentations de l’Au nom de, l’inaugural que j’appelle aussi discours de la Référence, tout aussi divin aujourd'hui que l’ancien, en ce qu’il est lui aussi intouchable et sacré.“

—  Pierre Legendre 1930

Leçons VI Les enfants du Texte. Étude sur la fonction parentale des États

Alfred Jarry photo
Albert Einstein photo
Michel Puech photo
Paul Lafargue photo
Joseph Bertrand photo
Antoine Bello photo
Auguste Comte photo
Jack Williamson photo
Michel Chasles photo
Émile Durkheim photo
Allan Kardec photo

„La science et la religion n'ont pu s'entendre jusqu'à ce jour, parce que, chacune envisageant les choses à son point de vue exclusif, elles se repoussaient mutuellement. Il fallait quelque chose pour combler le vide qui les séparait, un trait d'union qui les rapprochât; ce trait d'union est dans la connaissance des lois qui régissent le monde spirituel et ses rapports avec le monde corporel, lois tout aussi immuables que celles qui règlent le mouvement des astres et l'existence des êtres. Ces rapports une fois constatés par l'expérience, une lumière nouvelle s'est faite : la foi s'est adressée à la raison, la raison n'a rien trouvé d'illogique dans la foi, et le matérialisme a été vaincu. Mais en cela comme en toutes choses, il y a des gens qui restent en arrière, jusqu'à ce qu'ils soient entraînés par le mouvement général qui les écrase s'ils veulent y résister au lieu de s'y abandonner. C'est toute une révolution morale qui s'opère en ce moment et travaille les esprits; après s'être élaborée pendant plus de dix-huit siècles, elle touche à son accomplissement, et va marquer une nouvelle ère dans l'humanité. Les conséquences de cette révolution sont faciles à prévoir; elle doit apporter, dans les rapports sociaux, d'inévitables modifications, auxquelles il n'est au pouvoir de personne de s'opposer, parce qu'elles sont dans les desseins de Dieu, et qu'elles ressortent de la loi du progrès, qui est une loi de Dieu.“

—  Allan Kardec, livre L'Évangile selon le spiritisme

L'Évangile selon le spiritisme, 1864

„Il est contradictoire, contraire à l’esprit scientifique, que les sciences s’érigent en instance dogmaticienne de fait“

—  Pierre Legendre 1930

Leçons VI Les enfants du Texte. Étude sur la fonction parentale des États

Théodore Monod photo
Bertrand Russell photo

„Nous pouvons détruire les animaux plus facilement qu’ils ne peuvent nous détruire : c’est la seule base solide de notre prétention de supériorité. Nous valorisons l’art, la science et la littérature, parce que ce sont des choses dans lesquelles nous excellons. Mais les baleines pourraient valoriser le fait de souffler et les ânes pourraient considérer qu’un bon braiement est plus exquis que la musique de Bach. Nous ne pouvons prouver qu'ils ont tort, sauf par l’exercice de notre pouvoir arbitraire. Tous les systèmes éthiques, en dernière analyse, dépendent des armes de guerre.“

—  Bertrand Russell mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique considéré comme l'un des plus importants philosophe… 1872 - 1970

We can destroy animals more easily than they can destroy us; that is the only solid basis of our claim to superiority. We value art and science and literature, because these are things in which we excel. But whales might value spouting, and donkey might maintain that a good bray is more exquisite than the music of Bach. We cannot prove them wrong except by the exercise of arbitrary power. All ethical systems, in the last analysis, depend upon weapons of war.
en
Supériorité de l'espèce humaine basée sur le pouvoir arbitraire (1931-33)

Paul Lafargue photo

„Le nom de Marx pénètre pourtant en ce moment : on s'incline devant sa science, sa logique d'acier, même si on n'en a pas lu une ligne.“

—  Paul Lafargue personnalité politique française, journaliste et socialiste 1842 - 1911

Articles de 1883

Joseph John Thomson photo

„Cet exemple illustre les différences dans les effets qui peuvent résulter de la recherche en science pure ou appliquée. La recherche en science appliquée aurait sans aucun doute conduit à l'amélioration et au développement des anciennes méthodes; la recherche en science pure nous a donné une méthode entièrement nouvelle et beaucoup plus puissante. En fait, la recherche en science appliquée conduit à des réformes, la recherche en science pure conduit à des révolutions et les révolutions, qu'elles soient politiques ou industrielles, sont des choses très rentables si l'on est du côté des gagnants.“

—  Joseph John Thomson physicien anglais 1856 - 1940

This example illustrates the differences in the effects which may be produced by research in pure or applied science. A research on the lines of applied science would doubtless have led to improvement and development of the older methods — the research in pure science has given us an entirely new and much more powerful method. In fact, research in applied science leads to reforms, research in pure science leads to revolutions, and revolutions, whether political or industrial, are exceedingly profitable things if you are on the winning side.
en
Citation rapportée

Donald Knuth photo

„La science est ce que nous comprenons suffisamment bien pour l'expliquer à un ordinateur. L'art, c'est tout ce que nous faisons d'autre.“

—  Donald Knuth informaticien américain 1938

Science is what we understand well enough to explain to a computer. Art is everything else we do.
en

Octave Mirbeau photo
Maurice Allais photo
Augustin d'Hippone photo
Didier Tauzin photo
Olivier Rey photo
Émile Zola photo
Cédric Villani photo
Octave Mirbeau photo
Louis de Broglie photo
Antoine Prost photo
Ludwig Wittgenstein photo
Jacques Attali photo
Charles Bossut photo
Élisée Reclus photo
Octave Mirbeau photo
David Hume photo
Bernard Maris photo

„De même qu'il existe une dialectiques entre l'organisme et son environnement, l'un façonnant l'autre, il existe une dialectiques entre la méthode et la problématique de la science“

—  Richard C. Lewontin 1929

Nous ne sommes pas programmés, 1985, La triple hélice : Les gènes, l'organisme, l'environnement, 2003

Lucrèce photo

„Mais rien n'est plus doux que d'occuper solidement les hauts lieux fortifiés par la science des sages, régions sereines d'où l'on peut abaisser ses regards sur les autres hommes, les voir errer de toutes parts, et chercher au hasard le chemin de la vie, rivaliser de génie, se disputer la gloire de la naissance, nuit et jour s'efforcer, par un labeur sans égal, de s'élever au comble des richesses ou de s'emparer du pouvoir. O misérable esprits des hommes, ô cœurs aveugles! Dans quelles ténèbres et dans quels dangers s'écoule ce peu d'instants qu'est la vie! Ne voyez-vous pas ce que crie la nature? Réclame-t-elle autre chose que pour le corps l'absence de douleur, et pour l'esprit un sentiment de bien-être, dépourvu d'inquiétude et de crainte?“

—  Lucrèce, livre De rerum natura

Sed nihil dulcius est, bene quam munita tenere
edita doctrina sapientum templa serena,
despicere unde queas alios passimque videre
errare atque viam palantis quaerere vitae,
certare ingenio, contendere nobilitate,
noctes atque dies niti praestante labore
ad summas emergere opes rerumque potiri.
O miseras hominum mentes, o pectora caeca !
Qualibus in tenebris vitae quantisque periclis
degitur hoc aevi quod cumquest ! Nonne videre
nihil aliud sibi naturam latrare, nisi ut qui
corpore seiunctus dolor absit, mente fruatur
iucundo sensu cura semota metuque ?
la
De natura rerum (De la nature)

Henri Laborit photo

„Croire au progrès technique sur fond de conviction scientiste, dès le dernier tiers du [XIX], c'était croire au progrès de l'espèce humaine. C'était plus précisément croire que le progrès technique allait assurer le plus grand progrès possible de l'humanité vers la liberté et le bonheur. Il faut en effet tenir compte d'un clivage dans le champs des fins du progrès explicitement conceptualisées par les penseurs progressistes : d'une part, les finalités de l'ordre de la liberté, de la libération ou de l'émancipation (dont la condition nécessaire est le progrès du savoir); d'autre part, les finalités d'un tout autre ordre, résumable par le mot « bonheur », dont les conditions de possibilité (sécurité dans la paix et pleine satisfaction des besoins, d'où bien-être, plaisir, etc.) sont imaginées comme des effets de la maîtrise rationnelle ou théorico-pratique (par la science et la technique) de la nature (d'où l'éloge saint-simonien de l'exploitation sans limite de la terre), mais aussi de la société, d'où le souci commun à Saint-Simon, à Comte, à Renan et à Marx, de l'organisation et de la réorganisation de l'ordre social. L'humanité cesse d'être conçue « à l'image de Dieu », elle devient Dieu lui-même, elle s'y substitue en un sens, pour devenir le sujet de l'histoire universelle, dont le « progrès » est le moteur.“

—  Pierre-André Taguieff philosophe et politologue français 1946

Essais, Les Contre-réactionnaires, 2007

Émile Jalley photo
Élisée Reclus photo
Jean-Pierre Luminet photo
Gustave Flaubert photo