Citations sur la musique

Une collection de citations sur le thème de danse, musique, tout, bien-être.

Meilleures citations sur la musique

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Jackson Pollock photo
Jules Verne photo

„On ne goûte plus la musique, on l'avale!“

—  Jules Verne, livre Paris au XXe siècle

Paris au XX siècle

Jack Vance photo

„La musique est la clé du génie d'un peuple.“

—  Jack Vance, livre Le Dirdir

Citations de ses romans, Le Dirdir, 1969

Stéphanie Le Bail photo
Novalis photo

„On doit écrire comme on compose de la musique.“

—  Novalis poète et romancier allemand 1772 - 1801

Les Fragments

„Le silence qui suit Mozart, c'est encore de la musique.“

—  Marc Bonnant Avocat suisse 1944

2014

Giuseppe Verdi photo

„J'ai pris la résolution de ne jamais payer un sou pour un morceau de musique.“

—  Giuseppe Verdi compositeur italien 1813 - 1901

Octobre 1864
Correspondance

Friedrich Nietzsche photo

„Sans la musique, la vie serait une erreur, une besogne éreintante, un exil.“

—  Friedrich Nietzsche philologue, philosophe et poète allemand 1844 - 1900

, 1888

„L'architecture, cette musique de l'espace qui commerce avec le temps.“

—  Maurice G. Dantec écrivain français naturalisé canadien 1959 - 2016

Manuel de survie en territoire zéro. Le Théâtre des opérations 1, 1999

Victor Hugo photo

„Ce qu’on ne peut dire et ce qu’on ne peut taire, la musique l’exprime.“

—  Victor Hugo, livre William Shakespeare

William Shakespeare (1864)
Source: Hugo's Works: William Shakespeare

Toutes citations sur la musique

Un total de filtre 154 citations:

Adolf Hitler photo
Camille Saint-Saëns photo
Camille Saint-Saëns photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Dmitri Shostakovich photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Megan Marie Hart photo
Camille Saint-Saëns photo
Camille Saint-Saëns photo

„La tentation, pour moi, était irrésistible; je me faufilais dans les couloirs, je me blottissais dans les loges, j'arrivais toujours à attraper quelques bribes de musique, et je rapportais dans les classes une odeur de Beethoven et de Mozart qui sentait fortement le fagot.“

—  Camille Saint-Saëns pianiste, organiste et compositeur français de l'époque post-romantique 1835 - 1921

En parlant de la Société des Concerts
Regard sur mes contemporains, ed. 1990

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Bob Marley photo
Germaine de Staël photo
Octavio Paz photo
Pierre Amoyal photo
Maxence Caron photo
Marguerite Yourcenar photo
George Gordon Byron photo
Guillermo Cabrera Infante photo

„L'histoire de son enfant idiot t'a ému, comme nous? Eh bien, ce n'est pas vrai, je peux te le dire : il n'existe aucun enfant, ni idiot ni prodige. C'est son mari qui avait une fillette, tout à fait normale, de douze ans. Il dut l'envoyer à la campagne parce qu'elle lui rendait la vie impossible. Elle est mariée, c'est vrai, avec un marchand de fritas de la place de Marianado (il s'arrêta et fut sur le point de prononcer comme une précieuse Marianado), un pauvre homme à qui elle fait du chantage et quand elle lui rend visite dans son travail, c'est pour lui voler des hot-dogs, des œufs et des pommes de terre farcies, qu'elle mange dans sa chambre. Je dois te dire qu'elle mange comme un régiment et toute cette nourriture c'est nous qui devons la payer et elle a toujours faim. C'est pour cela qu'elle est énorme comme un hippopotame et comme eux elle est amphibie. Elle se baigne trois fois par jour : quand elle arrive le matin, à midi quand elle se réveille pour déjeuner et le soir avant de sortir parce que ce qu'elle peut transpirer. Elle fait eau de toutes parts comme si elle avait toujours la fièvre et c'est ainsi qu'elle passe sa vie dans l'eau : transpirant, buvant de l'eau et se baignant. Et tout cela en chantant : elle chante quand elle rentre le matin, elle chante sous la douche, elle chante en s'habillant pour sortir, elle chante toujours. Le matin quand elle rentre nous l'entendons avant qu'elle ne pousse sa chansonnette parce qu'elle s'agrippe à la rampe pour monter les escaliers, tu connais ces escaliers de marbre et à balustrade en fer des maisons du vieux quartier du Vedado. Elle monte ainsi accrochée à la rampe et toute la balustrade tremble et résonne dans la maison, et dès que le fer tambourine sur le marbre, elle se met à chanter. Elle nous a fait des tas d'histoires avec les voisins d'en dessous, mais on ne peut rien lui dire, car elle ne veut rien entendre : « C'est l'envie » dit-elle, « l'envie qui les fait parler. Vous verrez comme ils vont m'aduler quand je deviendrai célèbre.»“

—  Guillermo Cabrera Infante écrivain cubain 1929 - 2005

Car elle est obsédée par la célébrité et nous aussi nous sommes obsédés par sa célébrité : nous mourrons d'envie qu'elle devienne célèbre et qu'elle finisse par fiche le camp avec sa musique ou plutôt sa voix — car elle prétend qu'elle n'a pas besoin de musique pour chanter puisqu'elle la porte en elle — avec sa voix ailleurs.
Roman, Trois tristes tigres , 1967

Colette photo
Franz Liszt photo
Bret Easton Ellis photo
Arthur Honegger photo
Maxence Caron photo
Albert Einstein photo
Paul Klee photo
Carl Gustav Jung photo

„Ce qui me frappa [chez les Américains], c'est la grande influence du Noir, influence psychologique naturellement sans mélange de sang. L'expression émotionnelle de l'Américain, particulièrement sa façon de rire, peut être étudiée le mieux dans les suppléments des journaux américains; ce rire inimitable de Roosevelt, vous le trouverez dans sa forme primitive chez le Noir américain. La démarche particulière avec les articulations relativement lâches ou bien la hanche balancée que l'on observe si souvent chez les Américains proviennent du Noir américain. La musique américaine a pris au Noir sa principale inspiration tout comme la danse. […] La vivacité de l'Américain moyen, qui se manifeste non seulement au jeu de baseball, mais tout particulièrement par un amour extraordinaire de l'expression verbale — le flot perpétuel et sans limite de bavardages qui caractérisent les journaux américains en est l'exemple le plus marquant — ne peut guère dériver des ancêtres germaniques, mais ressemble surtout au « bavardage » du village africain. […] Ainsi l'Américain nous présente l'image singulière d'un Européen avec le comportement d'un Noir et l'âme d'un Indien.“

—  Carl Gustav Jung Médecin psychiatre suisse qui crée la psychologie analytique 1875 - 1961

Another thing that struck me was the great influence of the Negro, a psychological influence naturally, not due to the mixing of blood. The emotional way an American expresses himself, especially the way he laughs, can best be studied in the illustrated supplements of the American papers; the inimitable Teddy Roosevelt laugh is found in its primordial form in the American Negro. The peculiar walk with loose joints, or the swinging of the hips so frequently observed in Americans, also comes from the Negro. American music draws its main inspiration from the Negro, and so does the dance. […] The vivacity of the average American, which shows itself not only at baseball games but quite particularly in his extraordinary love of talking - the ceaseless gabble of American papers is an eloquent example of this - is scarcely to be derived from his Germanic forefathers, but is far more like the chattering of a Negro village. […] Thus the American presents a strange picture: a European with Negro behaviour and an Indian soul.
en

Giuseppe Verdi photo
Maxence Caron photo
Franz Liszt photo
Loïc Decrauze photo
Terry Pratchett photo
Bertrand Russell photo

„Nous pouvons détruire les animaux plus facilement qu’ils ne peuvent nous détruire : c’est la seule base solide de notre prétention de supériorité. Nous valorisons l’art, la science et la littérature, parce que ce sont des choses dans lesquelles nous excellons. Mais les baleines pourraient valoriser le fait de souffler et les ânes pourraient considérer qu’un bon braiement est plus exquis que la musique de Bach. Nous ne pouvons prouver qu'ils ont tort, sauf par l’exercice de notre pouvoir arbitraire. Tous les systèmes éthiques, en dernière analyse, dépendent des armes de guerre.“

—  Bertrand Russell mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique considéré comme l'un des plus importants philosophe… 1872 - 1970

We can destroy animals more easily than they can destroy us; that is the only solid basis of our claim to superiority. We value art and science and literature, because these are things in which we excel. But whales might value spouting, and donkey might maintain that a good bray is more exquisite than the music of Bach. We cannot prove them wrong except by the exercise of arbitrary power. All ethical systems, in the last analysis, depend upon weapons of war.
en
Supériorité de l'espèce humaine basée sur le pouvoir arbitraire (1931-33)

André Breton photo
Harlan Coben photo
Xavier Forneret photo
Octave Gréard photo
Anaïs Nin photo

„Hugo et moi sommes allés dans un autre bordel, où les femmes étaient plus laides que celles du 32, rue Blondel. La pièce était couverte de miroirs. Les femmes se déplaçaient comme un troupeau d'animaux passifs, deux par deux, en se dandinant, sur la musique du phonographe. Je m'étais fait beaucoup d'idées avant de venir. Je n'arrivais pas à croire à la laideur de ces femmes lorsqu'elles sont entrées. Dans mon esprit, la danse de femmes nues était encore un spectacle plein de beauté et de volupté. En voyant tous ces seins tombant avec leurs gros mamelons marron comme du cuir, en voyant ces jambes bleuâtres, ces ventres proéminents, des sourires où il manquait des dents et ces amas de chair brute tournoyant passivement, tels des chevaux de bois sur un manège, j'ai perdu toute sensibilité […]. Les poses monotones se succédaient et, de temps à autre, sans le moindre signe de désir, les femmes s'embrassaient entre elles sans passion, asexuées. Hanches, fesses rebondies, mystérieuse toison sombre entre les jambes — tout cela exposé aux regards avec si peu de sens qu'il nous a fallu deux jours, à Hugo et à moi, pour dissocier mon corps, mes jambes, mes seins de ce troupeau d'animaux remuants. Ce que j'aimerais, c'est me joindre à elles un soir, marcher, nue, au milieu d'elles dans la pièce, regarder les hommes et les femmes assis là et observer leurs réactions au moment où j'apparais, moi, l'intruse.“

—  Anaïs Nin écrivain américaine 1903 - 1977

Henry et June — Les cahiers secrets, 1986

Albert Jacquard photo
John Coolidge Adams photo

„Le minimalisme est l'évolution la plus importante de la musique occidentale depuis la seconde guerre mondiale.“

—  John Coolidge Adams compositeur et chef d'orchestre américain 1947

Déclaration à la BBC

André Breton photo
Boris Vian photo
Charles Bukowski photo

„Tout allait de travers. Les gens s’accrochaient aveuglément à la première bouée de sauvetage venue : le communisme, la diététique, le zen, le surf, la danse classique, l’hypnotisme, la dynamique de groupe, les orgies, le vélo, l’herbe, le catholicisme, les haltères, les voyages, le retrait intérieur, la cuisine végétarienne, l’Inde, la peinture, l’écriture, la sculpture, la musique, la profession de chef d’orchestre, les balades sac à dos, le yoga, la copulation, le jeu, l’alcool, zoner, les yaourts surgelés, Beethoven, Bach, Bouddha, le Christ, le H, le jus de carotte, le suicide, les costumes sur mesure, les voyages en avion, New York City, et soudain, tout se cassait la gueule, tout partait en fumée. Il fallait bien que les gens trouvent quelque chose à faire en attendant de mourir. Pour ma part, je trouvais plutôt sympa qu’on ait le choix.“

—  Charles Bukowski, livre Women

en
Nothing was ever in tune. People just blindly grabbed at whatever there was: communism, health foods, zen, surfing, ballet, hypnotism, group encounters, orgies, biking, herbs, Catholicism, weight-lifting, travel, withdrawal, vegetarianism, India, painting, writing, sculpting, composing, conducting, backpacking, yoga, copulating, gambling, drinking, hanging around, frozen yogurt, Beethoven, Back, Buddha, Christ, TM, H, carrot juice, suicide, handmade suits, jet travel, New York City, and then it all evaporated and fell apart. People had to find things to do while waiting to die. I guess it was nice to have a choice.
Women, 1978

Jack Vance photo
Eric Hobsbawm photo
Colette photo

„Avant le concerto, Mme Faliero-Dalcroze avait chanté de la musique italienne avec une voix fraîche et une robe rose.“

—  Colette romancière française 1873 - 1954

Critique musicale, Au concert, 1903

Olivier Poivre d’Arvor photo
Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles photo

„Tout aboutit chez Mme de Lambert à ce conseil suprême : « se donner ses heures, se mettre à part, pratiquer la retraite de l’âme, savoir être en soi. » — Être en soi, c’est jouir de ce que l’on est et de ce que l’on a : il faut des repos pour le bonheur; il suffit de si peu de chose pour troubler notre quiétude : le moindre mal qui puisse nous arriver des ébranlements trop répétés ou des excitations trop vives, c’est de faire échapper ce qu’on tient en attendant ce qu’on désire. — Être en soi, c’est s’appuyer sur sa raison, temporiser avec ses sentiments, haine ou amour, pour arriver à les maîtriser, ne point composer avec ce qui est du train de la volupté, musique, poésie, jeux, spectacles et plaisirs violents, travailler à se craindre et à se respecter, renouveler incessamment ses ressources d’entretien moral et de résistance : « Nous sommes toujours aussi forts contre nous-mêmes et contre les autres que nous voulons l’être. » — Être en soi, c’est n’attendre de la vie que ce qu’elle peut donner […]. « Ma fille, répète sans cesse Mme de Lambert, hors de soi point de bonheur durable… Ne nous croyons assurée contre les disgrâces que lorsque nous sentirons nos plaisirs naître du fond de notre âme… Tout âge est à charge à qui ne porte pas au dedans de soi ce qui peut rendre la vie heureuse… La plupart des hommes ne savent pas vivre dans leur propre société… Le monde n’est qu’une troupe de fugitifs d’eux-mêmes. »“

—  Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles femme de lettres et salonnière française 1647 - 1733

D'autres auteurs la concernant

Arthur Rubinstein photo
Arthur Honegger photo
Antonin Artaud photo
Wanda Landowska photo
Otto von Bismarck photo

„Moi, je veux faire de la musique de la manière dont elle me semble bonne, ou ne pas en faire du tout“

—  Otto von Bismarck homme politique allemand 1815 - 1898

Ich will aber Musik machen, wie ich sie für gut erkenne, oder gar keine
de

Nelson Mandela photo
Wassyl Slipak photo

„Le soliste lyrique, Wassyl Slipak, de l’Opéra de Paris, a été tué, dans l’Est de l’Ukraine, ce matin à 6:00, par la balle d’un sniper ravitaillé et armé par le Kremlin. Wassyl allonge un peu plus la liste des morts causées par cette guerre de Poutine dont beaucoup ne veulent pas entendre parler, tant ils sont pressés de reprendre des relations normales, voire de nouer une « alliance stratégique », avec la mafia des ex-KGB, qui règne de part et d’autre de l’Oural. France Musique rend un hommage appuyé à cet artiste de grand talent et au caractère quelquefois très entier, mais au charisme indéniable, qui a sacrifié une carrière internationale afin de s’engager, en tant que volontaire, pour défendre son pays auquel il a donné sa vie. Mesdames et Messieurs les députés, vous avez demandé la levée immédiate et sans condition des sanctions contre le Kremlin, le 28 avril 2016. Mesdames et Messieurs les Sénateurs, un nombre écrasant d’entre vous a voté favorablement la résolution Pozzo di Borgo, le 6 juin dernier afin d’alléger progressivement ces sanctions. Wassyl manifestait sous les fenêtres du Palais du Luxembourg, le même jour, avec ses amis français et ses compatriotes ukrainiens. Wassyl voulait mettre fin a une guerre qui a déjà détruit tant de familles. Mesdames et Messieurs les Parlementaires, dans cette guerre qui n’existe pas pour vous, l’Ukraine a encore perdu un fils. La France a perdu un ami. Le monde des arts est, lui aussi, en deuil. Ce matin, Wassyl est mort. Mémoire éternelle.“

—  Wassyl Slipak chanteur ukrainien d'opéra 1974 - 2016

fr

Robert Darnton photo

„Qu'importe la part de chacun. Toutes les notes sont nécessaires à la perfection de la musique.“

—  Olaf Stapledon écrivain de science-fiction et philosophe britannique 1886 - 1950

Les Derniers Hommes à Londres , 1932

Gilbert Keith Chesterton photo
Charles Robert Maturin photo
Coluche photo

„La différence entre le Parti Communiste Français et le Titanic, c'est que pendant le naufrage du Titanic, il y avait de la musique.“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Radio, PC-CGT

Sei Shônagon photo
Paul Auster photo
Ludwig van Beethoven photo
Clint Eastwood photo
Maxence Caron photo
Madonna photo

„Tu as seulement besoin de ta propre imagination, alors utilise la c'est à ça qu'elle sert!
Va chercher l'inspiration au plus profond de toi, tes rêves t'ouvriront la porte!
Aucune différence que tu sois noir ou blanc, que tu sois un homme ou une femme.
Si la musique résonne elle te donnera une nouvelle vie!
Tu es une superstar, c'est ce que tu es et tu le sais!“

—  Madonna chanteuse américaine 1958

All you need is your own imagination, so use it that's what it's for!
Go inside, for your finest inspiration, your dreams will open the door!
It makes no difference if you're black or white, if you're a boy or a girl.
If the music's pumping it will give you new life!
You're a superstar, yes, that's what you are, you know it!
en
Paroles de chansons

Marguerite Yourcenar photo
Christian Bobin photo

„La mort n'éteint pas la musique, n'éteint pas les roses, n'éteint pas les livres, n'éteint rien.“

—  Christian Bobin écrivain français 1951

Un assassin blanc comme neige, 2011

Boris Vian photo
Giuseppe Verdi photo
Dany Laferrière photo
Robert Schumann photo
Frank Zappa photo

„L'information n'est pas la connaissance. La connaissance n'est pas la sagesse. La sagesse n'est pas la vérité. La vérité n'est pas la beauté. La beauté n'est pas l'amour. L'amour n'est pas la musique. La musique est la meilleure des choses.“

—  Frank Zappa musicien américain 1940 - 1993

Information is not knowledge. Knowledge is not wisdom. Wisdom is not truth. Truth is not beauty. Beauty is not love. Love is not music. Music is the best.
en

Emil Cioran photo

„Beethoven a vicié la musique : il y a introduit les sautes d'humeur, il y a laissé entrer la colère.“

—  Emil Cioran philosophe et écrivain roumain, d'expression roumaine initialement, puis française 1911 - 1995

E. M. Cioran, cité dans
Sur la musique

Quentin Crisp photo

„Je n'ai jamais compris la musique. Elle me semble le maximum de bruit pour communiquer le minimum d'information.“

—  Quentin Crisp, livre The Naked Civil Servant

I never understood music. It seemed to me to be the maximum amount of noise conveying the minimum amount of information.
en
The Naked Civil Servant (Fonctionnaire du nu)

Hector Berlioz photo
Wassyl Slipak photo
Emil Cioran photo

„L'arc est un passage voûté dont le sombre crépi assez bien s'accorde à des relents d'urine qui font la suggestion de l'entrée d'une vespasienne à l'usage de géants. Tout au moins la voûte et l'odeur ont-elles pour Sigismond le caractère de ce qui est romain, et qui se trouve à Nîmes autant que dans la cité couleur d'or et de bran où il fut avec Sergine au mois de mai, guère plus tard qu'à présent, dans l'année qui suivit la naissance du petit Elie. Rome est partout dans les villes du Midi, quoique le denier Vespasien ne soit plus payé par personne. Sergine, un œillet sous les narines un peu busquées qu'elle remuait avec des manières de pouliche, accélérait le pas aux endroits où vraiment le marbre sentait trop, car la puanteur du marbre où l'ammoniaque au soleil s'évapore est le plus intolérable défaut des lieux sublimes. Sans tant de nervosité, Sigismond de même accélère. Le quartier de ruelles, où par la voie de l'arc il est venu de la Rambla, n'est pas aussi peuplé que les environs de son hôtel, les lumières n'y sont pas aussi vives, les bars n'y ont pas de si tapageuses musiques, et lui-même, en épiant entre les rideaux d'une cafétéria le jeu muet des serveuses, éprouve un sentiment de gêne que la persistance de la mauvaise odeur ne suffit pas à expliquer. Devant lui se rétrécit la calle Arco del Teatro. A droite, au premier coin, il préfère tourner dans Lancaster, large tranchée sinistre au milieu de laquelle sur de gros pavés joints de poussière et d'ordure il chemine, méprisant le trottoir plus disjoint, négligeant un bar assez louche qui à la mode anglaise se réclame de pirates. Point de passants là. Il est, pour un moment, à l'obscur.“

—  André Pieyre de Mandiargues écrivain français 1909 - 1991

Roman, La Marge (prix Goncourt), 1967

Terry Pratchett photo
Claude Debussy photo
Claude Debussy photo
Alexandre Soljenitsyne photo
Béla Bartók photo

„Pour ce que je connaisse la musique populaire de peuples étrangers, la nôtre se trouve bien supérieure pour ce qui est de sa puissance expressive et de sa variété.“

—  Béla Bartók compositeur, pianiste, chef d'orchestre et musicologue 1881 - 1945

Lettre du 15 aout 1905

Gabriele d'Annunzio photo

„Une clameur nouvelle, plus forte et plus longue, s’éleva d’entre les deux tutélaires colonnes de granit, pendant que la barque royale abordait à la Piazzetta noire de peuple. Quand le bruit cessait, la foule épaisse avait des remous; et les galeries du Palais des Doges s’emplissaient d’une rumeur confuse, pareille au bourdonnement illusoire qui anime les volutes des conques marines. Puis, tout à coup, la clameur rejaillissait dans l’air limpide, montait se briser contre la légère forêt marmoréenne, franchissait les têtes des hautes statues, atteignait les pinacles et les croix, se dispersait dans le lointain crépusculaire. Puis, c’était une autre pause pendant laquelle, imperturbable, dominant l’agitation inférieure, continuait l’harmonie multiple des architectures sacrées et profanes où couraient comme une agile mélodie les modulations ioniques de la Bibliothèque et s’élançait comme un cri mystique la cime de la tour nue. Et cette musique silencieuse des lignes immobiles était si puissante qu’elle créait le fantôme presque visible d’une vie plus belle et plus riche, superposé au spectacle de la multitude inquiète. Celle-ci sentait la divinité de l’heure; et, lorsqu’elle acclamait cette forme nouvelle de la royauté abordant au rivage antique, cette fraîche Reine blonde qu’illuminait un inextinguible sourire, peut-être exhalait-elle son obscure aspiration à dépasser l’étroitesse de la vie vulgaire et à recueillir les dons de l’éternelle Poésie épars sur les pierres et sur les eaux.“

—  Gabriele d'Annunzio, livre Le Feu

Romans, Le Feu, 1900

François-Xavier Bellamy photo
Arthur Rubinstein photo

„On dit de moi que quand j'étais jeune, je divisais mon temps impartialement entre le vin, les femmes et la musique. Je réfute catégoriquement cela. Quatre-vingt-dix pour cent de mes centres d'intérêt étaient les femmes!“

—  Arthur Rubinstein pianiste polonais naturalisé américain 1887 - 1982

It is said of me that when I was young I divided my time impartially among wine, women and song. I deny this categorically. Ninety percent of my interests were women !
en
Wikiquote
A propos de sa vie personnelle

Hunter S. Thompson photo
Colette photo

„Quelle foule au Nouveau-Théâtre! On y joue pourtant de l'excellente musique! Si le public devient connaisseur, maintenant, c'est la fin du monde!“

—  Colette romancière française 1873 - 1954

Critique musicale, Au concert, 1903

Wanda Landowska photo

„Changez une syllabe dans un vers et vous rendrez le poème boiteux. On ne prend point de ces précautions dans la musique.“

—  Wanda Landowska claveciniste, théoricienne et enseignante 1879 - 1959

fr
Musique ancienne, 1909

Octavio Paz photo
Bernard-Henri Lévy photo
Arthur Honegger photo
Camille Saint-Saëns photo
Maxence Caron photo
Stephen King photo
Roland Barthes photo
Arthur Rubinstein photo
Wanda Landowska photo

„Les miniatures de Couperin contiennent souvent plus de musique et de beauté que certaines symphonies.“

—  Wanda Landowska claveciniste, théoricienne et enseignante 1879 - 1959

fr
Musique ancienne, 1909

„musique Lorsque la petite musique de l'objet intérieur s'arrête, il se fait un vacarme terrible, qui est le bruit de la psychose.“

—  Paul-Claude Racamier psychiatre et psychanalyste français 1924 - 1996

Les Schizophrènes, 1980, Schizogrammes

Maud de Belleroche photo