„La souffrance était telle que je devais limiter mon champ de conscience et fractionner le temps. J'en étais arrivé, pour tenir un jour encore, à séparer ma propre vie en tranches de quelques minutes à peine. Atteindre encore l'autre rive, faire un pas, puis l'autre, marcher, une jambe projetée dans le vide à la recherche d'un peu de terre meuble, soulever mon squelette, ne pas penser, ne pas regarder, trouver encore la force au-delà de mes forces, chercher le visage de ma mère, ne pas pleurer, penser à tous le courage déjà accumulé, haïr les SS pour ce camarade qui m'a tendu la main et qu'ils ont jeté dans la fosse comme un chien, ne pas fermer les yeux, surtout ne pas glisser, forer encore, percer le mur, oublier les aboiements, chercher un appui, vouloir une seconde accrocher le regard du Kapo. Mais non, ne pas quémander un geste de grâce, ne rien lâcher, déjà une minute de gagnée… Maintenant atteindre l'autre minute. Et tout recommencer.“

Les sentinelles du soir

Dernière mise à jour 22 mai 2020. L'histoire

Citations similaires

André Gide photo
Maurice Merleau-Ponty photo
Michel Foucault photo
Michel de Montaigne photo
Imre Kertész photo
Jules Verne photo
Léon Bloy photo
Georges Perec photo
Anna Gavalda photo
Éliette Abécassis photo
Michel Houellebecq photo
Ian Watson photo
Gabrielle Roy photo
Anaïs Nin photo
Octave Gréard photo
Georges Perec photo
Jean de La Bruyère photo
Jacques Roumain photo
François Mauriac photo

Avec