Citations sur la maîtresse

Une collection de citations sur le thème de maîtresse, maître, tout, pluie.

Meilleures citations sur la maîtresse

Victor Hugo photo

„Les maîtres d'écoles sont des jardiniers en intelligences humaines.“

—  Victor Hugo écrivain français 1802 - 1885

Poésie

Alexandre Dumas fils photo

„L'argent est un bon serviteur mais un mauvais maître.“

—  Alexandre Dumas fils écrivain et dramaturge français, fils de l'écrivain et dramaturge homonyme 1824 - 1895

Citation rapportée

Voltaire photo

„Il me fallait le roi de Prusse pour maître et le peuple anglais pour concitoyen.“

—  Voltaire écrivain et philosophe français 1694 - 1778

Correspondances

Jules Renard photo

„Un balayeur est fier de causer avec le cocher d'une voiture de maître.“

—  Jules Renard écrivain français 1864 - 1910

Journal, 1887-1910

Émile-Auguste Chartier photo

„Si le maître se tait, et si les enfants lisent, tout va bien.“

—  Émile-Auguste Chartier nom de plume de "Émile Chartier", philosophe français 1868 - 1951

Carlos Ruiz Zafón photo
Cormac McCarthy photo

„On n'est pas maître de ses sentiments.“

—  Cormac McCarthy, livre De si jolis chevaux

De si jolis chevaux, 1992

Ian Watson photo

„Avant de battre le chien, apprend le nom de son maître.“

—  Ian Watson auteur de science-fiction britannnique 1943

Le Monde divin, 1979

Toutes citations sur la maîtresse

Un total de filtre 263 citations:

Honoré de Balzac photo
Alexandre Dumas photo
Xénophane photo

„Il n'y a qu'un seul dieu, maître souverain des dieux et des hommes, qui ne ressemble aux mortels ni par le corps ni par la pensée.“

—  Xénophane philosophe grec présocratique -570 - -475 avant J.-C.

De la nature

Martin Luther photo

„Le chrétien est un homme libre, maître de toutes choses; il n'est soumis à personne.
Le chrétien est un serviteur plein d'obéissance, il se soumet à tous.“

—  Martin Luther théologien allemand, père du protestantisme 1483 - 1546

De la liberté du chrétien (Von der Freiheit eines Christenmenschen), 1520

Thomas (apôtre) photo
Adam Smith photo

„Tout pour nous et rien pour les autres, voilà la vile maxime qui paraît avoir été, dans tous les âges, celle des maîtres de l’espèce humaine.“

—  Adam Smith philosophe et économiste écossais (1723-1790) 1723 - 1790

en
Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Livre I, Livre III

Octave Gréard photo
Ernest Renan photo
Jacques Ellul photo
Gilbert Keith Chesterton photo
Jean-Claude Michéa photo
Gustave Le Bon photo
Voltaire photo
Octave Gréard photo
Pierre Drieu La Rochelle photo
Alexandre Dumas photo
Joseph Joubert photo
Ovide photo

„L'Amour est un maître bien plus impérieux et bien plus cruel pour ceux qui ne se laissent pas faire que pour ceux qui se reconnaissent ses esclaves.“

—  Ovide, livre Les Amours

Acrius inuitos multoque ferocius urget,
Quam qui seruitium ferre fatentur, Amor.
la
Les Amours

Henri Lefebvre photo
Octave Gréard photo

„La femme n’a pour elle que son art et sa beauté. Or la beauté n’est pas générale; elle périt par mille accidents, elle passe avec les années; l’habitude en détruit l’effet. L’esprit seul est la véritable ressource, la ressource durable de la femme, — « non ce sot esprit auquel on donne tant de prix dans le monde, et qui ne sert à rien pour rendre la vie heureuse, mais l’art de tirer parti de celui des hommes et de se prévaloir de nos propres avantages. » Cette sorte d’adresse qui lui appartient en propre est un dédommagement équitable de la force qu’elle n’a point. Toutes ses réflexions doivent tendre à étudier l’homme, non par abstraction l’homme en général, mais les hommes qui l’entourent et auxquels elle est assujettie. Il faut qu’elle s’apprenne à pénétrer le fond de leur cœur à travers leurs discours, leurs actions, leurs regards, leurs gestes. Mît-elle pour les deviner et les conduire un peu de ruse, il n’importe, et c’est son droit. La ruse est un penchant naturel, et tous les penchants naturels sont bons. Il est juste de cultiver celui-là comme les autres; il ne s’agit que d’en prévenir l’abus. Et c’est ainsi que Rousseau rétablit l’égalité qu’il a d’abord si singulièrement troublée. Tout ce que la femme ne peut faire ou vouloir par elle-même, son talent est de le faire faire ou le faire vouloir aux hommes; à elle de donner à son mari, sans y paraître, tels sentiments qu’il lui plaît. Dans le ménage, l’homme est l’œil et le bras; mais elle est l’âme. Elle est son juge, sinon son maître. Si elle ne gouverne pas, elle règne. Est-il donc si pénible de se rendre aimable pour être heureuse, et habile pour être obéie?“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Jean-Jacques Rousseau

Richard Wagner photo

„Si vous allez jusqu'au fond des choses […], vous verrez tout ce que cette conclusion implique d'horrible. On sait depuis longtemps que l'énergie nerveuse produite par la pensée, de même que la réaction des émotions glandulaires, est de nature électrique ou para-électrique : c'est de cette énergie que se nourrissent nos mystérieux seigneurs. Ils peuvent, et ils ne s'en privent pas, augmenter le rendement quand bon leur semble en attisant les rivalités, les jalousies, les haines, afin d'exciter les émotions. Chrétiens contre musulmans, Blancs contre Noirs, communistes contre catholiques, tout est bon pour les Vitons, tout sert sans que nous le sachions à nourrir des estomacs que nous ne pouvons imaginer. De même que nous cultivons des plantes qui nous nourrissent, les Vitons nous cultivent. De même que nous labourons, semons et récoltons, ainsi font les Vitons. Nous ne sommes qu'un terrain de chair, où les circonstances imposées par les Vitons viennent creuser leurs sillons; nos maîtres y sèment des sujets de controverse, sur lesquels ils répandent l'engrais des fausses rumeurs, des mensonges délibérés, ils arrosent tout cela avec de la méfiance et de la jalousie, et font lever ainsi de splendides moissons d'énergie émotionnelle. Chaque fois que quelqu'un hurle à la guerre, les Vitons se préparent à festoyer!“

—  Eric Frank Russell écrivain britannique 1905 - 1978

Guerre aux invisibles (Sinister Barrier), 1939

Ovide photo

„S'il est quelqu'un de notre peuple à qui l'art d'aimer soit inconnu, qu'il lise ce poème, et, instruit par sa lecture, qu'il aime. C'est l'art avec lequel la voile et la rame sont maniées qui permet aux vaisseaux de voguer rapidement, l'art qui permet aux chars de courir légèrement : l'art doit gouverner l'Amour. Automédon excellait à manier un char et les rêves flexibles; Tiphys était le pilote de la poupe hémonienne. Moi, Vénus m'a donné comme maître au jeune Amour; c'est le Tiphys et l'Automédon de l'Amour que l'on me nommera.“

—  Ovide, livre L'Art d'aimer

Siquis in hoc artem populo non nouit amandi,
Hoc legat et lecto carmine doctus amet.
Arte citae ueloque rates remoque mouentur,
Arte levis currus. Arte regendus amor.
Curribus Automedon lentisque erat aptus habenis ;
Tiphys in Haemonia puppe magister erat ;
Me Venus artificem tenero praefecit Amori ;
Tiphys et Automedon dicar Amoris ego.
la
Début du premier livre. Automédon est le cocher d'Achille dans l'Iliade. Tiphys était le pilote du navire Argo, construit en Thessalie (anciennement l'Hémonie), pour la quête de la Toison d'or.
L'Art d'aimer
Source: Note de l'édition citée, p. 2 note 1.

„Si la Wallonie veut triompher et obtenir son droit, elle doit être prête à formuler ses volontés et à les imposer lors du retour de ses maîtres flamands.“

—  René Branquart politicien belge 1871 - 1936

Citation extraite d’un article paru la première fois dans L’Avenir wallon en janvier 1917.

Joseph Joubert photo
Ovide photo

„J'allais chanter, sur le rythme héroïque, les armes, la fureur des combats; au sujet convenait le maître : le second vers était égal au premier. On dit que Cupidon se mit à rire et qu'il y retrancha furtivement un pied.“

—  Ovide, livre Les Amours

Arma graui numero uiolentaque bella parabam
Edere, materia conueniente modis.
Par erat inferior uersus ; risisse Cupido
Dicitur atque unum surripuisse pedem.
la
Début du premier poème du premier livre. Catulle y justifie son emploi du distique élégiaque (type de vers faisant alterner un hexamètre dactylique et un pentamètre iambique plus court, par distinction avec l'épopée qui utilisait uniquement l' Hexamètre dactylique ), en se mettant en scène victime d'une farce de Cupidon.
Les Amours

Alain Soral photo
André Breton photo
Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles photo
Pierre Bourdieu photo
Adolf Hitler photo
Georges Bernanos photo
Annie Besant photo

„Il est impossible, pour quelqu’un qui étudie la vie et le caractère du grand Prophète d’Arabie, pour quelqu’un qui sait comment il enseignait et de quelle façon il vivait, d’avoir d’autre sentiment que le respect pour ce prophète prodigieux, l’un des grands messagers de l’Être Suprême. Même si mes discours contiennent bien des choses qui sont familières à beaucoup d’entre vous, chaque fois que moi-même je les relis, je sens monter en moi une nouvelle vague d’admiration, un nouveau sentiment de révérence, pour ce prodigieux grand maître arabe.“

—  Annie Besant conférencière, féministe, libre-penseuse, socialiste et théosophe britannique 1847 - 1933

It is impossible for anyone who studies the life and character of the great Prophet of Arabia, who knows how he taught and how he lived, to feel anything but reverence for that mighty Prophet, one of the great messengers of the Supreme. And although in what I put to you I shall say many things which may be familiar to many, yet I myself feel whenever I re-read them, a new way of admiration, a new sense of reverence for that mighty Arabian teacher.
en

Honoré de Balzac photo
Paul Léautaud photo
Maximilien de Robespierre photo
Aristote photo
Joseph Bertrand photo
Kateb Yacine photo
Alain Finkielkraut photo
Victor Hugo photo
Alfred de Musset photo
Claude Fauriel photo
Tim Burton photo
Alain de Benoist photo
André Breton photo
René Descartes photo
Léon Bloy photo
Annie Le Brun photo

„[…] cette confusion des lieux de peur et des lieux de plaisir dans l'imaginaire européen, qui donne à chacun l'occasion de se rendre fantasmatiquement maître de l'espace destiné à l'asservissement du nombre, préfigure paradoxalement la fête révolutionnaire alors conçue comme « l'éveil d'un sujet collectif qui naît à lui-même, et qui se perçoit en toutes ses parties, en chacun de ses participants ». Et quand la première fête révolutionnaire aurait été la prise de la Bastille, c'est-à-dire la prise de possession collective d'un lieu clos ou bien l'abolition d'un décor qui sépare, le roman noir propose la même fête, mais à l'intérieur d'un décor où la séparation ne se serait maintenue que pour exalter la souveraineté de tous ceux qui s'en rendent fantasmatiquement maîtres. Ainsi niant à la fois le caractère exclusif de la fête aristocratique et le caractère collectif de la fête révolutionnaire, l'architecture noire ouvre un espace de subversion où le nombre délimite négativement le champ d'affirmation de l'unique pour en faire une prison, de même que l'unique y vient nier la possibilité d'un plaisir partagé, excluant tout ce qui s'oppose à sa propre satisfaction. Car illustrant l'idée fort répandue en cette fin de siècle que « l'extrême liberté de quelques-uns attente à la liberté de tous », les demeures du roman noir exposent aussi que la liberté de tous porte atteinte à la liberté de chacun dont elles esquissent les perspectives illimitées.“

—  Annie Le Brun poétesse française 1942

Annie Le Brun cite ici à deux reprises Jean Starobinski (in l'Invention de la liberté).
Essai critique, Les châteaux de la subversion, 1982

Johan Cruijff photo
André Breton photo
Maria-Antonietta Macciocchi photo

„Que se passe-t-il en 1959, en Italie? Un tas de choses. Mais pour moi l'unique événement intellectuel qui me reste collé à la mémoire, c'est Pasolini à Vie Nuove, précédé par quelques lettres plutôt cérémonieuses, adressées à la directrice : il écrivait « Madame », je répondais « Monsieur ». Ce qui me semble le plus extravagant aujourd'hui, c'est qu'à l'époque je ne savais pas que l'auteur des Cendres de Gramsci avait été expulsé du PCI en 1949. Pour « indignité morale ». Mais la renommée dissout les anathèmes, et, même expulsé, un artiste célèbre peut devenir un « compagnon de route » du PCI. Dans ce contexte, qui permet bien des entorses à la règle, et des bizarreries, l'important c'est que l'artiste continue à accepter le Parti comme force essentielle. Ce que fit Pasolini jusqu'à la fin de sa vie, même à travers ses dernières déclarations : « Le PCI est l'unique force saine dans un pays horriblement pourri », ou bien : « Je suis un marxiste qui vote PCI ». Il avait décidé de faire de sa tribune un acte de contestation du moralisme communiste, qu'il qualifiait de « morale pour vieilles filles » qui sentait à cent lieues la rance idéologie du marxisme orthodoxe. Le stalinisme était alors en pleine vigueur. […] Pasolini était l'intellectuel le plus doux, le plus délicat, le plus disponible que j'eusse connu. Il était mille fois plus aisé de le « diriger », lui, qu'un rédacteur inculte muni de la carte du Parti. Outre sa rubrique hebdomadaire, il écrivait les articles que je lui demandais sur les sujets les plus disparates : par exemple, les Jeux Olympiques de Rome. Il trouvait toujours moyen de renverser les tabous, de libérer les textes de leur banalité, de faire s'entreridiculiser les clichés. […] Il parlait peu, ne soulevait pas de difficultés, préférait, comme moi, ne pas perdre de temps en arguties théologiques. […] Il devint mon seul maître. Il parlait à voix basse, voilée d'aménité, un peu aphone. Ce qu'il m'enseigna d'essentiel fut son mépris pour la lâcheté intellectuelle, et son amour pour toute forme d'hérésie.“

—  Maria-Antonietta Macciocchi femme politique 1922 - 2007

Deux mille ans de bonheur

Yasmina Khadra photo
Daniel Halévy photo
Friedrich Engels photo
Zinedine Zidane photo
Fernando Pessoa photo
Alain de Benoist photo
Slobodan Despot photo
Édouard Lecouteux photo
Sophocle photo

„Tout un État est dans ses chefs, et une armée de même. Les gens qui se conduisent mal doivent aux leçons de leurs maîtres d'être devenus des méchants.“

—  Sophocle, Philoctète

πόλις γὰρ ἔστι πᾶσα τῶν ἡγουμένων
στρατός τε σύμπας, οἱ δ’ ἀκοσμοῦντες βροτῶν
διδασκάλων λόγοισι γίγνονται κακοί.
grc
Philoctète (parlant d'Ulysse et des Atrides).
Philoctète

Loïc Decrauze photo
Philippe Alexandre photo
Ernest Renan photo
Amin Maalouf photo
Felix Kersten photo

„Pendant que les maçons étendent silencieusement et systématiquement leur influence, des conférences sont données sur des thèmes chers aux maçons, des scientifiques en vue sont gagnés à eux, des liens sont forgés avec d'autres loges et le résultat désiré est achevé, d'abord la neutralité, puis l'union avec la Maçonnerie mondiale. Cela vous surprendra peut-être d'apprendre que les hauts-grades de cette loge sont dupliqués. Au-dessus du Grand Maître, utilisé comme une façade, il ya un homme que l'on ne voit jamais qui occupe réellement une position beaucoup plus haute dans la maçonnerie mondiale, usant et dirigeant son "système de l'ombre" pour exercer sa domination.“

—  Felix Kersten médecin allemand 1898 - 1960

Meanwhile however the Masons are quietly and systematically extending their influence; lectures are given on themes dear to Masons; prominent scientists are won over; links are forged with other lodges and the desired result is achievede; at first neutrality, then union with World Masonry. It will perhaps surprise you to learn that the higher grades of this lodge are duplicated. Beside the Grand Master, needed as an advertisement, there is a man never seen who really occupies a far highter position in World Masonry, using and directing this "sadow system" in a masterly way.
en
Faisant référence à la Grande loge de Prusse

Aldous Huxley photo
Raymond Aron photo
François Mitterrand photo
Abbé Pierre photo
Yasmina Khadra photo
Robert Desnos photo
Edith Stein photo
Antoine Bello photo
Jean-Jacques Rousseau photo

„La femme n’a pour elle que son art et sa beauté. Or la beauté n’est pas générale; elle périt par mille accidents, elle passe avec les années; l’habitude en détruit l’effet. L’esprit seul est la véritable ressource, la ressource durable de la femme, — « non ce sot esprit auquel on donne tant de prix dans le monde, et qui ne sert à rien pour rendre la vie heureuse, mais l’art de tirer parti de celui des hommes et de se prévaloir de nos propres avantages. » Cette sorte d’adresse qui lui appartient en propre est un dédommagement équitable de la force qu’elle n’a point. Toutes ses réflexions doivent tendre à étudier l’homme, non par abstraction l’homme en général, mais les hommes qui l’entourent et auxquels elle est assujettie. Il faut qu’elle s’apprenne à pénétrer le fond de leur cœur à travers leurs discours, leurs actions, leurs regards, leurs gestes. Mît-elle pour les deviner et les conduire un peu de ruse, il n’importe, et c’est son droit. La ruse est un penchant naturel, et tous les penchants naturels sont bons. Il est juste de cultiver celui-là comme les autres; il ne s’agit que d’en prévenir l’abus. Et c’est ainsi que Rousseau rétablit l’égalité qu’il a d’abord si singulièrement troublée. Tout ce que la femme ne peut faire ou vouloir par elle-même, son talent est de le faire faire ou le faire vouloir aux hommes; à elle de donner à son mari, sans y paraître, tels sentiments qu’il lui plaît. Dans le ménage, l’homme est l’œil et le bras; mais elle est l’âme. Elle est son juge, sinon son maître. Si elle ne gouverne pas, elle règne. Est-il donc si pénible de se rendre aimable pour être heureuse, et habile pour être obéie?“

—  Jean-Jacques Rousseau philosophe, compositeur et critique musical genevois 1712 - 1778

François Mitterrand photo
Pierre Schoendoerffer photo
Octavio Paz photo
Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine photo

„Amoureux et jaloux de la liberté humaine, et la considérant comme la condition absolue de tout ce que nous adorons et respectons dans l’humanité, je retourne la phrase de Voltaire, et je dis : Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître.“

—  Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, livre Dieu et l'État

Dieu et l'État
Variante: Amoureux et jaloux de la liberté humaine, et la considérant comme la condition absolue de tout ce que nous adorons et respectons dans l'humanité, je retourne la phrase de Voltaire, et je dis : Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître.

Louis XIV photo

„La décision a besoin d’un esprit de maître; et il est sans comparaison plus facile de faire ce qu’on est, que d’imiter ce qu’on n’est pas.“

—  Louis XIV roi de France et de Navarre de 1643 à 1715 1638 - 1715

La citation était à l’origine précédée de Car. Les deux propositions juxtaposées sont toutes aussi connues séparément.
Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Volume 2

Philippe Meirieu photo
Lénine photo
Conrad Detrez photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Octave Gréard photo
Georges Darien photo

„Le patriotisme n’est pas seulement le dernier refuge des coquins; c’est aussi le premier piédestal des naïfs et le reposoir favori des imbéciles. Je ne parle pas du patriotisme tel qu’il devrait être, ou tel qu’il pourrait être, mais du patriotisme que nous voyons en France et même partout, qui se manifeste dans toute son hypocrisie, toute son horreur et toute sa sottise depuis trente ans. Et je dis que la constatation ci-dessus, dont on peut facilement, tous les jours, vérifier l’exactitude, fait comprendre comment se recrutent les états-majors et les troupes qui constituent les régions du chauvinisme. Des naïfs et des imbéciles, je n’ai pas grand-chose à dire; les premiers, dupes d’enthousiasmes irréfléchis et d’illusions juvéniles, arrivent souvent à se rendre compte du caractère réel de la doctrine cocardière et sortent, écœurés, de la chapelle où on la prêche; les seconds, misérables êtres aux cerveaux boueux, forment un immense troupeau de serfs à la disposition d’un maître à forte poigne — ou à fort gosier — et portent leur patriotisme comme les crétins portent leur goitre. Quant aux chefs, ce sont quelquefois des républicains, quelquefois des monarchistes, quelquefois les deux ensemble, ou bien ni l’un ni l’autre, Ce sont toujours des coquins. Le patriotisme n’est pour eux qu’une enseigne qui doit attirer la foule; un décor derrière lequel ils pourront machiner à loisir les combinaisons de leur goût.“

—  Georges Darien romancier, auteur dramatique et pamphlétaire français, collaborateur de périodiques anarchistes 1862 - 1921

La Belle France (1901)