Citations sur venu

Une collection de citations sur le thème de venu, tout, bien-être, pluie.

Un total de filtre 250 citations:

Guy de Maupassant photo

„L'angoisse de l'attente faisait désirer la venue de l'ennemi.“

—  Guy de Maupassant, livre Boule de suif

Boule de Suif
Variante: L’angoisse de l’attente fait désirer la venue de l’ennemi.

Cheikh Hamidou Kane photo
Victor Hugo photo
Jean Raspail photo
Adam Smith photo
Jules César photo

„Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu.“

—  Jules César homme politique et général romain -100 - -44 avant J.-C.

Veni, vidi, vici.
la
Phrase légendaire attribuée à Jules César en rendant compte au Sénat romain de sa victoire lors de la bataille de Zéla, en Asie Mineure, en 47 av. J.-C. Voyez l'article Veni, vidi, vici sur Wikipédia.
Citations légendaires

Elon Musk photo
Edith Stein photo
Alain de Benoist photo
Mustafa Kemal Atatürk photo
Boccace photo

„Tu es venu la queue dressée et tu repartiras de même.“

—  Boccace poète et romancier italien, ministre plénipotentiaire de la République de Florence 1313 - 1375

Septième journée, 1

Alain Mabanckou photo
Jean de La Fontaine photo
Philipp von Boeselager photo
Sofi Oksanen photo
Robert Desnos photo
Amin Maalouf photo

„Je suis venu à la rencontre d’un fantôme d’ami, et je suis déjà un fantôme moi-même.“

—  Amin Maalouf écrivain franco-libanais 1949

, 2012

„Les Français n'ont pas le droit de porter des armes à feu; cela ne les empêchera pas de s'entre-tuer, le jour venu.“

—  Maurice G. Dantec écrivain français naturalisé canadien 1959 - 2016

American black box. Le Théâtre des opérations 3, 2002-2006

Jean-Claude Carrière photo
Cormac McCarthy photo
Rémi Brague photo

„J'ai dit que les Arabes avaient traduit, et beaucoup traduit. Cela veut dire d'une part qu'ils ont transmis l'héritage grec à l'Occident, dans tous les domaines : médecine, mathématiques, philosophie, à tel point que celui-ci a contracté envers le monde arabe une dette culturelle énorme. […] Cette dette était encore reconnue (à tous les sens du mot « reconnaissance ») par le Moyen Âge de Gerbert d'Aurillac, de Roger Bacon, de Frédéric II de Sicile. […] L'admiration pour le trésor de réflexion et de savoir venu des Arabes n'empêchait d'ailleurs pas une polémique ferme sur la doctrine. […] Quoi qu'il en soit, rappeler l'importance des traductions arabes ne veut en aucun cas dire que les Arabes se seraient contentés de transmettre passivement des livres dont le contenu leur serait demeuré scellé. Tout au contraire, ils ont également été des créateurs. Ils ont prolongé, parfois très loin, le savoir qu'ils recevaient. […] La reprise d'un contact direct avec l'héllénisme byzantin entraina un court-circuit culturel : on pouvait sauter par dessus les intermédiaires arabes. […] Tout est en place pour que se développe une dénégation systématique et globale de l'héritage arabe. […] La conscience d'une dette resta cependant encore claire pour les grands orientalistes de la Renaissance et du [XVII, e], Postel, Pococke, ou Fontialis. Mais elle a été refoulée des mémoires à l'époque des Lumières, puis au [XIX].“

—  Rémi Brague philosophe français 1947

Europe : La voie romaine, 1992

Béla Bartók photo
Amos Oz photo
Ernest Hemingway photo
Terry Pratchett photo
Michel Foucault photo
Boccace photo
Bohumil Hrabal photo

„Je ne suis venu au monde que pour écrire Une trop bruyante solitude.“

—  Bohumil Hrabal écrivain tchèque 1914 - 1997

Lettres à Doubenka ('), 1991

Dominique de Pradt photo
Nicolas Sarkozy photo
Franz Kafka photo
Robert Desnos photo

„Le moment venu, nous connaîtrons toutes les réponses, le moment venu nous comprendrons pourquoi.“

—  James Sallis romancier américain 1944

Le Frelon noir , 1996

Anatole France photo

„Qu'on le veuille ou non, l'heure est venue ou d'être citoyen du monde ou de voir
périr toute civilisation.“

—  Anatole France écrivain, biographe, journaliste et critique littéraire français 1844 - 1924

Trente ans de vie sociale, 1897-1924

Hannah Arendt photo
Octave Gréard photo

„Fort recherchée pour son esprit et sa beauté, elle avait institué à Lausanne, que sa famille était venue habiter pour elle, une Académie des Eaux où la jeunesse des deux sexes se livrait à des exercices littéraires que ne distinguait pas toujours la simplicité. Sous les auspices de Thémire — c’est le nom qu’elle s’était donné, — les cimes alpestres qui couronnent le lac de Genève et les riantes campagnes du pays de Vaud avaient vu renaître les fictions de l’ Astrée jadis enfantées dans la fièvre des grandes villes. Cette éducation à la fois simple et hardie, grave et aimable, fondée sur une large base d’études et ouverte à toutes les inspirations, même à celles de la fantaisie, avait été également celle de Germaine. Toute jeune, Germaine avait sa place aux vendredis de sa mère, sur un petit tabouret de bois où il lui fallait se tenir droite sans défaillance; elle entendait discourir sur la vertu, les sciences, la philosophie, Marmontel, Morellet, D’Alembert, Grimm, Diderot, Naigeon, Thomas, Buffon, se prêtait aux questions qu’on prenait plaisir à lui adresser, — non sans chercher parfois à l’embarrasser, — et se faisait rarement prendre en défaut. Mme Necker lui apprenait les langues, la laissait lire à son gré, la conduisait à la comédie. À onze ans elle composait des éloges, rédigeait des analyses, jugeait l’ Esprit des lois; l’abbé Raynal voulait lui faire écrire, pour son Histoire philosophique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, un morceau sur la révocation de l’Édit de Nantes; elle adressait à son père, à l’occasion du Compte rendu de 1781, un mémoire où son style la trahissait. La poésie n’avait pas pour elle moins d’attraits. Envoyée à la campagne pour rétablir sa santé loin des livres et des entretiens, elle parcourait les bosquets avec son amie, Mlle Huber, vêtue en nymphe, déclamait des vers, composait des drames champêtres et des élégies.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

Il est ici question de l'opinion du quotidien de Suzanne Necker.
L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Madame Necker

Colette photo
Arthur C. Clarke photo

„D'être venu peut-être cent millions d'années trop tard ne me contrariait pas; c'était déjà bien assez d'être venu, tout simplement.“

—  Arthur C. Clarke écrivain de science-fiction, écrivain scientifique, futurologue, présentateur télé, explorateur sous-marin et inventeur… 1917 - 2008

Citations de ses nouvelles, [Sentinelle]La sentinelle, 1951

Michael Moore photo
Yvan Perrin photo
Salvador Dalí photo

„Ensuite soyez snob. Comme moi. Le snobisme vient chez moi de mon enfance. J’avais déjà de l’admiration pour la classe sociale supérieure qui se concrétisait à mes yeux en la personne d’une dame nommée Ursula Mattas. Elle était Argentine et j’en étais amoureux d’abord parce qu’elle portait un chapeau (on n’en portait pas dans ma famille) et qu’elle habitait au deuxième étage. Après l’enfance, le snobisme ne s’est pas borné au deuxième étage. J’ai toujours voulu être dans les étages les plus importants. Quand je suis venu à Paris, c’était une véritable obsession de savoir si je serais invité partout où je croyais qu’il fallait l’être. Une fois l’invitation reçue, le snobisme est instantanément soulagé, de la même façon que votre maladie est guérie dès que le médecin pousse la porte. Après, au contraire, très souvent je ne suis pas allé aux endroits où j’étais invité. Ou si j’y allais, je faisais un scandale qui me faisait tout de suite remarquer, puis je disparaissais instantanément. […] Le snobisme consiste à pouvoir se placer toujours dans les endroits où les autres n’ont pas accès, ce qui crée chez ces autres un sentiment d’infériorité.“

—  Salvador Dalí peintre, sculpteur, graveur, scénariste et écrivain catalan 1904 - 1989

Extraits d’une réponse de Dalí à l’interrogation d’un jeune homme sur sa réussite.
Journal d’un génie adolescent

José Saramago photo

„Ces gens-là nous envient, disait-on dans les boutiques et les foyers, […], ils nous envient parce que chez nous personne ne meurt, et s’ils veulent nous envahir et occuper notre territoire c’est pour ne pas mourir eux non plus. En deux jours, à coups de marches forcées et de bannières flottant au vent, entonnant des chants patriotiques comme la marseillaise, le ça ira, le maria da fonte, l’hymne à la charte, le não verás país nenhum, la bandiera rossa, la portuguesa, le god save the king, l’internationale, le deuchland über alles, le chant des marais, le stars and stripes, les soldats s’en retournèrent aux postes d’où ils étaient venus et là, armés jusqu’aux dents, ils attendirent de pied ferme l’attaque. Les deux camps valeureux sont face à face, mais cette fois non plus le sang ne coulera pas jusqu'au fleuve. Et dites vous bien que ce ne fut pas voulu par les soldats de ce côté-ci, car eux avaient la certitude de ne pas mourir, même si une rafale de mitraillette les coupaient en deux. Encore que, poussés par une curiosité scientifique plus que légitime, nous devrions nous demander comment les deux parties séparées survivraient au cas où l’estomac serait d’un côté et les intestins de l’autre. Quoi qu’il en soit, seul un fou à lier s’aviserait de tirer le premier. Et, dieu soit loué, personne ne tira. Pas même le fait que plusieurs soldats de l’autre camp eussent l’idée de déserter dans l’eldorado où personne ne meurt n’eut d’autre conséquence que leur renvoi immédiat à leur lieu d’origine où un conseil de guerre les attendait déjà. Ce détail n’aura aucune incidence sur le déroulement de l’histoire riche en tribulations que nous relatons et nous n’en reparlerons plus, n’empêche que nous n’avons pas voulu le laisser enseveli dans l’obscurité de l’encrier.“

—  José Saramago écrivain portugais 1922 - 2010

[…] Espérons qu’au moins les pauvres diables ne seront pas fusillés. Car alors nous serions fondés à dire qu’ils étaient allés chercher de la laine et étaient revenus prêts à être tondus.
Les intermittences de la mort (As Intermitcias da Morte), 2005

Christian Bobin photo
Gustave Flaubert photo
Tristan-Edern Vaquette photo

„Observez avec quel plaisir, quelle délectation, quel bonheur même, les journalistes révèlent le vrai nom de Joey Starr – décidément, toujours lui – à la première occasion venue (concours du plus joli pit-bull de Saint-Denis, discussion informelle avec une hôtesse de l’air, concert caritatif au profit des orphelins de la police, échange métaphysique avec un chimpanzé…), comme pour dire : bien sûr, il est connu, lui, il (se) tape plein de gonzesses, lui, il parle vraiment aux gens, de façon peut-être contestable, mais infiniment moins servile que moi (c’est le journaliste qui s’exprime, évidemment), et pourtant, ce n’est pas un extra-terrestre, la preuve, lui aussi, il a un vrai nom, comme moi, et, toujours par le même glissement riemannien de la vérité, il en déduit, rasséréné : il est comme moi, puis, l’alcool bon marché aidant (essayez d’acheter du Haut-Brion avec une paye de pigiste), il est moi, je suis Joey Starr. Alors, le journaliste aviné sort dans la rue, prend sa voiture, fonce à Saint-Denis, et là, existant enfin comme un homme pour la première fois de sa vie, hurle dans la nuit, ivre de joie : « Qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu? », avant de croiser quelques skinheads ou quelques branleurs de banlieue, moins blancs mais tout aussi accorts, qui finalement, lui mettent la fièvre, pendant des heures.“

—  Tristan-Edern Vaquette 1969

Je gagne toujours à la fin, 2003

Jean-Jacques Rousseau photo
Pierre Rabhi photo

„Une erreur ne s'aménage pas, elle s'abandonne. Et je crois profondément que le temps est venu de changer de paradigme si l'on ne veut pas disparaître.“

—  Pierre Rabhi essayiste, agriculteur biologiste, romancier et poète français 1938

Graines de possibles, regards croisés sur l'écologie

Nadine Ribault photo
Gérard Garouste photo
Louis Bertrand photo
Francis Scott Fitzgerald photo
Yvan Perrin photo
Jean Giono photo
Homère photo
François Mitterrand photo
Denis Tillinac photo
Margaret Cho photo

„J'étais par terre dans la salle d'urgence, et une femme est venue et m'a dit, « Bonjour, je m'appelle Gwen et je suis venue vous laver le vagin! »“

—  Margaret Cho actrice américaine 1968

I was on the floor in the emergency room, and the woman came up to me and said 'Hi, my name is Gwen and I'm here to wash your vagina!'
en
I'm the One that I Want

Jean-Jacques Rousseau photo
Charles Bukowski photo

„Tout allait de travers. Les gens s’accrochaient aveuglément à la première bouée de sauvetage venue : le communisme, la diététique, le zen, le surf, la danse classique, l’hypnotisme, la dynamique de groupe, les orgies, le vélo, l’herbe, le catholicisme, les haltères, les voyages, le retrait intérieur, la cuisine végétarienne, l’Inde, la peinture, l’écriture, la sculpture, la musique, la profession de chef d’orchestre, les balades sac à dos, le yoga, la copulation, le jeu, l’alcool, zoner, les yaourts surgelés, Beethoven, Bach, Bouddha, le Christ, le H, le jus de carotte, le suicide, les costumes sur mesure, les voyages en avion, New York City, et soudain, tout se cassait la gueule, tout partait en fumée. Il fallait bien que les gens trouvent quelque chose à faire en attendant de mourir. Pour ma part, je trouvais plutôt sympa qu’on ait le choix.“

—  Charles Bukowski, livre Women

en
Nothing was ever in tune. People just blindly grabbed at whatever there was: communism, health foods, zen, surfing, ballet, hypnotism, group encounters, orgies, biking, herbs, Catholicism, weight-lifting, travel, withdrawal, vegetarianism, India, painting, writing, sculpting, composing, conducting, backpacking, yoga, copulating, gambling, drinking, hanging around, frozen yogurt, Beethoven, Back, Buddha, Christ, TM, H, carrot juice, suicide, handmade suits, jet travel, New York City, and then it all evaporated and fell apart. People had to find things to do while waiting to die. I guess it was nice to have a choice.
Women, 1978

Élisée Reclus photo
Ernest Renan photo
Andreï Makine photo
Quentin Crisp photo

„Le commentaire le plus simple sur mon livre est venu de ma professeure de ballet. Elle a dit, « J'aurais préféré que chaque ligne ne soit pas drôle. C'est tellement déprimant. »“

—  Quentin Crisp, livre The Naked Civil Servant

The simplest comment on my book came from my ballet teacher. She said, "I wish you hadn’t made every line funny. It’s so depressing."
en
The Naked Civil Servant (Fonctionnaire du nu)

André Breton photo
Michel de Ghelderode photo
Robert Patrick photo

„Bob : Les gens sont venus ici [en Amérique] pour la liberté religieuse — et nous avons adoré ces jeunes.“

—  Robert Patrick auteur dramatique, parolier, acteur et metteur en scène 1937

Bob : People came here for religious freedom, and we worshipped those boys.
en
Untold Decades: Seven Comedies of Gay Romance (1988)

„Près de quarante mille bébés sont venus au monde durant cette sinistre période. Dans les années 1960, les chercheurs se sont penchés sur l'évolution de ces rescapés de la famine : les fœtus qui en étaient à leur dernier trimestre de gestation au plus dur de cet hiver de la faim sont venus au monde avec un déficit de poids. Par la suite, ces enfants ont été correctement alimentés et se sont développés normalement. Mais, à l'age adulte, beaucoup ont été atteints de diabète.
Quand aux fœtus qui en étaient aux six premiers mois de gestation lorsque la famille s'est fait le plus cruellement ressentir, ceux-ci sont nés avec un poids normal, ayant vraisemblablement rattrapé leur retard de croissance au cours du dernier trimestre de la grossesse. Une fois adultes, ces personnes ont cependant donné naissance à des enfants de très petite taille... Les sujets exposés à la famine prénatale ont également développé une propension accrue aux affections rénales et pulmonaires obstructives, à l'athérosclérose, à l'hypertension artérielle, à l'obésité et aux troubles cardiaques. À la quarantaine, de nombreux cas de diabète et d'obésité ont été observés chez les femmes, tandis que les hommes se révélaient prédisposés à la schizophrénie et une hypersensibilité biologique au stress… David Barker, un chercheur britannique, a tenté dans les années 1980 d'expliquer ce phénomène ; il a conclut que le corps de la femme enceinte influe sur le développement du fœtus afin d'augmenter ses chances de survie.“

—  Peter J. d'Adamo 1956

Le régime génotype, 2008

Friedrich Nietzsche photo
Marcel Conche photo
Emil Cioran photo
Charles VIII photo
Ferhat Abbas photo
Suzanne Curchod photo
René Char photo
Jean-Paul Demoule photo
Étienne Mourrut photo
Hervé Le Bras photo

„On sait aujourd'hui que les ancêtres des Français sont des agriculteurs venus du Proche-Orient, arrivés il y a six mille ans.“

—  Hervé Le Bras démographe français 1943

Articles, Sur le peuplement de la France

Bruno Gollnisch photo
Milton Friedman photo
Alexandre Dumas photo
Ferhat Abbas photo
Pétrarque photo
Maxence Caron photo
André Breton photo
Paul Valéry photo
Virginia Woolf photo
Andreï Makine photo
Germaine de Staël photo

„Fort recherchée pour son esprit et sa beauté, elle avait institué à Lausanne, que sa famille était venue habiter pour elle, une Académie des Eaux où la jeunesse des deux sexes se livrait à des exercices littéraires que ne distinguait pas toujours la simplicité. Sous les auspices de Thémire — c’est le nom qu’elle s’était donné, — les cimes alpestres qui couronnent le lac de Genève et les riantes campagnes du pays de Vaud avaient vu renaître les fictions de l’ Astrée jadis enfantées dans la fièvre des grandes villes. Cette éducation à la fois simple et hardie, grave et aimable, fondée sur une large base d’études et ouverte à toutes les inspirations, même à celles de la fantaisie, avait été également celle de Germaine. Toute jeune, Germaine avait sa place aux vendredis de sa mère, sur un petit tabouret de bois où il lui fallait se tenir droite sans défaillance; elle entendait discourir sur la vertu, les sciences, la philosophie, Marmontel, Morellet, D’Alembert, Grimm, Diderot, Naigeon, Thomas, Buffon, se prêtait aux questions qu’on prenait plaisir à lui adresser, — non sans chercher parfois à l’embarrasser, — et se faisait rarement prendre en défaut. Mme Necker lui apprenait les langues, la laissait lire à son gré, la conduisait à la comédie. À onze ans elle composait des éloges, rédigeait des analyses, jugeait l’ Esprit des lois; l’abbé Raynal voulait lui faire écrire, pour son Histoire philosophique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, un morceau sur la révocation de l’Édit de Nantes; elle adressait à son père, à l’occasion du Compte rendu de 1781, un mémoire où son style la trahissait. La poésie n’avait pas pour elle moins d’attraits. Envoyée à la campagne pour rétablir sa santé loin des livres et des entretiens, elle parcourait les bosquets avec son amie, Mlle Huber, vêtue en nymphe, déclamait des vers, composait des drames champêtres et des élégies.“

—  Germaine de Staël femme de lettres, romancière et essayiste française 1766 - 1817

Il est ici question de sa mère, Suzanne Necker, et de son influence toute littéraire sur sa jeune fille.
D'autres auteurs la concernant

Rémi Brague photo

„Il est en tout cas salutaire de se rappeler l'humilité de ses origines [l'Europe]. Non pour mesurer avec satisfaction la distance parcourue. Mais pour savoir à quoi et à qui on doit d'avoir accompli ces progrès. Il existe un devoir de réminiscence. Il est bon aussi de rappeler d'ou l'Europe a tiré les sucs nourriciers dont elle s'est engraissée. La réponse est simple : elle les a pris en dehors d'elle. Elle les a empruntés au monde gréco-romain qui l'a précédée, puis au monde de culture arabe qui s'est développé en parallèle avec elle, enfin au monde byzantin. C'est du monde arabe, en particulier, que sont venus les textes arabes d'Aristote, de Galien, et de bien d'autres, qui, traduits en latin, ont nourri la Renaissance du [XII]. C'est du monde byzantin que vinrent les originaux de ces mêmes textes, qui en permirent une étude plus précise et alimentèrent la floraison scholastique du [XIII]. Que serait Thomas d'Aquin s'il n'avait trouvé en Averroès un adversaire à sa mesure? Que serait Duns Scott s'il n'avait trouvé en Avicenne, pour reprendre la formule de Gilson, un « point de départ »? Et bien des textes dont l'Europe s'est nourrie lui sont venues par l'intermédiaire des traducteurs juifs. L'Europe doit ainsi prendre conscience de l'immensité de la dette culturelle qu'elle a envers ces truchements (c'est d'ailleurs un mot arabe…) : envers les Juifs, en dehors d'elle comme en son intérieur, ainsi qu'envers le monde de culture arabe, chrétiens comme musulmans.“

—  Rémi Brague philosophe français 1947

Au moyen du Moyen Age : Philosophies médiévales en chrétienté, judaïsme et islam, 2006

Bohumil Hrabal photo