Citations de la paix

Une collection de citations sur le thème de guerre, paix, pluie, bien-être.

Meilleures citations de la paix

John Milton photo

„[…], la paix ne corrompt pas moins que la guerre ne dévaste.“

—  John Milton, livre Le Paradis perdu

Le Paradis perdu ('), 1667 et 1674

Gaston Bachelard photo

„La paix de la forêt est […] une paix de l'âme. La forêt est un état d'âme.“

—  Gaston Bachelard philosophe français 1884 - 1962

La Poétique de l'espace, 1957

„Il vaut peut-être mieux une juste violence qu'une paix à tout prix.“

—  Edmund Cooper écrivain britannique 1926 - 1982

Pygmalion 2113, 1958

Pier Giorgio Frassati photo

„On n'imposerait jamais par la terreur une paix à tout prix à l'humanité.“

—  Francis G. Rayer écrivain britannique de science-fiction 1921 - 1981

Le Cardinal des étoiles, 1964

Frank Buchman photo

„La paix dans le monde ne peut que jaillir de la paix dans le cœur des hommes.“

—  Frank Buchman 1878 - 1961

Attitude morale

Tacite photo

„[…] où ils ont fait un désert, ils disent qu’ils ont donné la paix.“

—  Tacite historien et sénateur romain 54 - 120

[…] ubi solitudinem faciunt, pacem appellant.
la
Vie d’Agricola (')

Paul Vaillant-Couturier photo

„L'intelligence défend la paix. L'intelligence a horreur de la guerre.“

—  Paul Vaillant-Couturier écrivain, journaliste et homme politique français 1892 - 1937

Nicolas Machiavel photo

„La guerre fait les voleurs, et la paix les fait pendre.“

—  Nicolas Machiavel philosophe florentin 1469 - 1527

L'art de la guerre, 1521

Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Cicéron photo

„Une pièce sans livres est comme un corps sans âme.“

—  Cicéron orateur, homme politique et philosophe romain -106 - -43 avant J.-C.

Toutes citations de la paix

Un total de filtre 191 citations:

Théodore Monod photo

„Je n'aime pas les animaux. Je demande qu'on les respecte. J'emploi souvent cette formule: " les animaux ne demandent pas qu'on les aime, ils demandent qu'on leur foute la paix. "“

—  Théodore Monod naturaliste, biologiste, explorateur, érudit et humaniste français 1902 - 2000

Dictionnaire humaniste et pacifiste

Maximilien de Robespierre photo

„Devons-nous déshonorer le patriotisme en l'appelant séditieux et turbulent et honorer l'esclavage par le nom d'amour de l'ordre et de la paix?…Ne souffrons pas que des soldats armés aillent opprimer de bon citoyens. Ne mettons pas le sort de la révolution entre les mains des chefs militaires.“

—  Maximilien de Robespierre homme politique français 1758 - 1794

Discours, Contre le rapport en faveur d'une nouvelle loi martiale, présenté par Mirabeau et Le Chapelier, le 18 février 1790, [22, février, 1790]

Jean-Marie Pelt photo
Novalis photo
Anne Brontë photo
Honoré de Balzac photo
Yvan Perrin photo
Konrad Lorenz photo
Jean Giono photo
Benoît XVI photo
Marguerite Yourcenar photo
Ueli Maurer photo
Günter Maschke photo
Roger Lambelin photo
Theodore Kaczynski photo
Valéry Giscard d'Estaing photo

„Françaises, Français, il y a sept ans, le peuple français me confiait la destinée de notre pays. Cela était un grand honneur pour moi de le diriger dans un monde difficile, dangereux, aux prises avec une crise économique, sociale et morale sans précédent depuis cinquante ans. Vous m'aviez donné en garde les biens les plus précieux de la collectivité nationale : la paix, la liberté et nos institutions. J'en ai été le gardien, et à l'heure où je m'en vais, ils vous sont restitués intactes. […] Après-demain, je quitterai l'Élysée. Je viens ce soir vous dire très simplement « au revoir ». […] Pendant sept ans, la France a vécu en paix, sans souffrir de secousses intérieures graves, ni politiques, ni sociales; toutes les élections ont eu lieu à leurs dates normales; la France est restée le pays de toutes les libertés : le déroulement de l'élection présidentielle vient d'en apporter la preuve. […] Chaque fois que nos forces ont eu à intervenir à l'extérieur, elle l'ont fait avec succès. Si notre pays n'a pas connu toute la prospérité que je voulais pour lui, nous avons maintenu pendant sept ans la solidité du franc, limité le déficit budgétaire, rétabli l'équilibre de la sécurité sociale, et sauvé ainsi nos régimes sociaux. […] En ce jour qui marque pour beaucoup le terme de grandes espérances, je sais que vous êtes nombreux à partager mon émotion. […] Et dans ces temps difficiles, où le mal rôde et frappe dans le monde, je souhaite que la Providence veille sur la France, pour son bonheur, pour son bien et pour sa grandeur. Au revoir!“

—  Valéry Giscard d'Estaing 3e président de la cinquième République Française 1926

Allocution d'adieu de 1981

Daniel J. Boorstin photo
John Varley photo
Manuel Valls photo

„L’édification d’un mur honteux, la poursuite des colonisations, le sort des prisonniers entraînent des évènements qui ne vont pas dans le sens de la paix.“

—  Manuel Valls homme politique français 1962

Participation du maire d'Évry à la Journée de la Terre, en partenariat avec l'Association Évry Palestine. Après son discours, Manuel Valls plante un olivier pour la Palestine.
Israël et Palestine

Jean d'Ormesson photo
Wassyl Slipak photo
Orson Welles photo
Wassyl Slipak photo
Benoîte Groult photo
Ernst Jünger photo

„Sois sans crainte : chacun meurt en paix — la bataille n'est que pour les parvis.“

—  Ernst Jünger écrivain, militaire et entomologiste allemand 1895 - 1998

Littérature, Ernst Jünger, Graffiti/Frontalières, 1966

Muhammad Yunus photo

„La paix est menacée par un ordre économique, social et politiquement injuste, par l'absence de démocratie, par la dégradation de l'environnement et l'absence de droits de l'homme.“

—  Muhammad Yunus économiste et entrepreneur bangladais 1940

Discours à l'occasion de la remise des prix Nobel en Norvège à Oslo.
Sur la paix

J. M. Coetzee photo
Pétrarque photo
François Mitterrand photo
Jean-François Deniau photo
Jean-Luc Mélenchon photo

„On ne prépare pas la paix, en préparant la guerre! On prépare la paix, en travaillant à la paix!“

—  Jean-Luc Mélenchon personnalité politique française 1951

Discours, Campagne présidentielle de 2017

Octave Gréard photo
Jerzy Popiełuszko photo
Maurice Barrès photo
Alexandre Najjar photo
Maximilien de Robespierre photo
Octave Gréard photo

„Certes Rousseau est de bonne foi quand il répète : « J’étudie ce qui est; c’est mon principe; il me fournit la solution de toutes les difficultés »; mais il n’est pas moins sincère quand, parti de l’observation de la nature, il se laisse entraîner dans le rêve. Il a rêvé toute sa vie pour lui-même comme pour les autres. Dans le premier voyage qu’il fît de Genève à Annecy, il raconte qu’il ne voyait pas un château à droite ou à gauche, sans aller chercher l’aventure qu’il se croyait sûr d’y trouver. Il n’osait ni entrer ni heurter; mais il chantait sous la fenêtre qui avait le plus d’apparence, fort surpris, après s’être époumoné, de ne voir paraître ni dame, ni demoiselle qu’attirai la beauté de sa voix ou le sel de ses chansons. S’il marchait par la campagne, il imaginait « dans les maisons des festins rustiques; dans les prés, de folâtres jeux; le long des eaux, des bains et des promenades; sur les arbres, des fruits délicieux; sous leur ombre, de voluptueux tête-à-tête; sur les montagnes, des cuves de lait et de crème, une oisiveté charmante, la paix, la simplicité, le plaisir d’errer sans savoir où : rien ne frappait ses yeux sans porter à son cœur quelque invention de jouissance. » La première fois qu’il vint à Paris, il se figurait « une ville aussi belle que grande, où l’on ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et d’or. » Lorsqu’il retraçait ces illusions trente ans après, il en souriait; mais elles étaient là encore, dans un repli de son imagination, toutes fraîches, prêtes à renaître; et il n’est point bien sûr qu’il n’en eût pas, tout en se moquant un peu de lui-même, la réminiscence émue. C’est cette puissance d’imagination qui donne tant de vie au cinquième livre de l’Émile.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Jean-Jacques Rousseau

Jacques-Louis David photo

„C'est une grande disgrâce que cette charogne n'ait pas été étranglée ou mise en pièce par les émeutières, car tant qu'elle sera vivante, il n'y aura pas de paix dans ce royaume.“

—  Jacques-Louis David peintre français 1748 - 1825

È stata una gran disgrazia che quella carogna non sia strangolata o fatta in pezzi da quelle donnaccie, perché fintantoché sarà viva, non ci sarà quiete nel regno
it
Cité par Philippo Mazzei dans ses mémoires, à propos de la journée du 6 octobre 1789.
Propos, Marie-Antoinette

Yasmina Khadra photo
Sylvain Tesson photo
Jean-Jacques Rousseau photo

„Certes Rousseau est de bonne foi quand il répète : « J’étudie ce qui est; c’est mon principe; il me fournit la solution de toutes les difficultés »; mais il n’est pas moins sincère quand, parti de l’observation de la nature, il se laisse entraîner dans le rêve. Il a rêvé toute sa vie pour lui-même comme pour les autres. Dans le premier voyage qu’il fît de Genève à Annecy, il raconte qu’il ne voyait pas un château à droite ou à gauche, sans aller chercher l’aventure qu’il se croyait sûr d’y trouver. Il n’osait ni entrer ni heurter; mais il chantait sous la fenêtre qui avait le plus d’apparence, fort surpris, après s’être époumoné, de ne voir paraître ni dame, ni demoiselle qu’attirai la beauté de sa voix ou le sel de ses chansons. S’il marchait par la campagne, il imaginait « dans les maisons des festins rustiques; dans les prés, de folâtres jeux; le long des eaux, des bains et des promenades; sur les arbres, des fruits délicieux; sous leur ombre, de voluptueux tête-à-tête; sur les montagnes, des cuves de lait et de crème, une oisiveté charmante, la paix, la simplicité, le plaisir d’errer sans savoir où : rien ne frappait ses yeux sans porter à son cœur quelque invention de jouissance. » La première fois qu’il vint à Paris, il se figurait « une ville aussi belle que grande, où l’on ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et d’or. » Lorsqu’il retraçait ces illusions trente ans après, il en souriait; mais elles étaient là encore, dans un repli de son imagination, toutes fraîches, prêtes à renaître; et il n’est point bien sûr qu’il n’en eût pas, tout en se moquant un peu de lui-même, la réminiscence émue. C’est cette puissance d’imagination qui donne tant de vie au cinquième livre de l’Émile.“

—  Jean-Jacques Rousseau philosophe, compositeur et critique musical genevois 1712 - 1778

François Mitterrand photo
Jacques Chirac photo
Léon Tolstoï photo

„Croire au progrès technique sur fond de conviction scientiste, dès le dernier tiers du [XIX], c'était croire au progrès de l'espèce humaine. C'était plus précisément croire que le progrès technique allait assurer le plus grand progrès possible de l'humanité vers la liberté et le bonheur. Il faut en effet tenir compte d'un clivage dans le champs des fins du progrès explicitement conceptualisées par les penseurs progressistes : d'une part, les finalités de l'ordre de la liberté, de la libération ou de l'émancipation (dont la condition nécessaire est le progrès du savoir); d'autre part, les finalités d'un tout autre ordre, résumable par le mot « bonheur », dont les conditions de possibilité (sécurité dans la paix et pleine satisfaction des besoins, d'où bien-être, plaisir, etc.) sont imaginées comme des effets de la maîtrise rationnelle ou théorico-pratique (par la science et la technique) de la nature (d'où l'éloge saint-simonien de l'exploitation sans limite de la terre), mais aussi de la société, d'où le souci commun à Saint-Simon, à Comte, à Renan et à Marx, de l'organisation et de la réorganisation de l'ordre social. L'humanité cesse d'être conçue « à l'image de Dieu », elle devient Dieu lui-même, elle s'y substitue en un sens, pour devenir le sujet de l'histoire universelle, dont le « progrès » est le moteur.“

—  Pierre-André Taguieff philosophe et politologue français 1946

Essais, Les Contre-réactionnaires, 2007

Nicolás Gómez Dávila photo
Coluche photo

„La société n'a pas voulu de nous? Qu'elle se rassure! On n'veut pas d'elle! On lui fout la paix. C'est pas nous qui allons lui mettre des bâtons dans les trous.“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Music-hall, L'ancien combattant, Le clochard analphabète

Jacques Bainville photo

„Ainsi le traité de paix n’avait rien terminé par sa propre vertu. Il exige encore de nous des efforts et notre compte avec l’Allemagne est loin d’être réglé. Les travaux continuent avec les jours et les jours des peuples sont longs.“

—  Jacques Bainville critique littéraire, publiciste, journaliste, chroniqueur de politique étrangère, historien et académicien français 1879 - 1936

À propos du traité de Versailles
Histoire de France

Pierre Schoendoerffer photo
Michel de Ghelderode photo
Stanley Kubrick photo
Émile Durkheim photo
Stéphane Hessel photo
Colette photo

„Ce qui me frappe, dans l'appréhension que l'on a de l'affaire algérienne, c'est qu'on oublie qu'elle a été, avant tout, une guerre civile entre musulmans, et que ceux que nous appelions, à l'époque, les Français musulmans en ont été les premières victimes. Le FLN a réussi à étendre son emprise sur les campagnes et dans les villes par des méthodes bien connues, qu'on peut, pour faire bref, appeler terroristes et staliniennes, comme nous en avons été les témoins. […] nous avons traversé des villages où nous avons vu des hommes égorgés, émasculés, défigurés, parce qu'on les avait soupçonnés d'être pro-français. Il s'agissait de Français musulmans, qui avaient été tués de manière atroce par d'autres Français musulmans : tel a été notre premier contact physique avec la rébellion. Bien entendu, les pieds-noirs ont été, eux aussi, les cibles de ce terrorisme. Mais la vision que l'on peut avoir, en parcourant les journaux aujourd'hui, et qui donne le sentiment que la guerre d'Algérie opposait les pieds-noirs et l'armée au peuple algérien, est profondément biaisée. Sur le terrain, ce n'était pas du tout cela : c'était une guerre entre Français, dont les principales victimes ont été les Français musulmans. Il faut donc y insister : la guerre d'Algérie a été une guerre civile entre Français musulmans, ceux qui voulaient séparer l'Algérie de la France, et ceux qui voulaient sortir de la situation coloniale par le haut, et faire en sorte que cette terre puisse abriter ensemble et faire coexister en paix sous l'égide de la France les fidèles de la Bible, du Talmud et du Coran.“

—  Hélie de Saint Marc officier français 1922 - 2013

Jean-Jacques Rousseau photo
Friedrich Hayek photo
Manon Roland photo
Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau photo

„Nous qui n'avons le droit de nous mêler que des choses de ce monde, nous pouvons donc permettre la liberté des cultes, et dormir en paix.“

—  Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau révolutionnaire, écrivain, diplomate, franc-maçon, journaliste et homme politique français 1749 - 1791

Séance du 21 juillet 1789
Discours

Nicolas Machiavel photo
Robert Emmet photo

„Ne laissez aucun homme écrire mon épitaphe; et, puisqu'aucun homme connaissant mes motifs n'aura aujourd'hui le cran de les justifier, ne laissez pas le parti-pris ou l'ignorance les déshonorer. Laissez-les et laissez-moi moi reposer dans l'obscurité et la paix et laissez mon nom demeurer non écrit, jusqu'à ce que d'autres temps et d'autres hommes puissent faire justice à mon personnage. Quand mon pays prendra sa place parmi les nations de la terre, alors et alors seulement, mon épitaphe pourra être écrit.“

—  Robert Emmet révolutionnaire irlandais 1780 - 1803

Let no man write my epitaph; for as no man who knows my motives dare now vindicate them, let not prejudice or ignorance asperse them. Let them and me rest in obscurity and peace, and my name remain uninscribed, until other times and other men can do justice to my character. When my country takes her place among the nations of the earth, then, and not till then, let my epitaph be written.
<div>Phrases prononcées par le prévenu à l'issue de son procès, juste avant le prononcé de la sentence de pendaison jusqu'à ce que mort s'ensuive, sentence exécutée le lendemain.</div><div style="margin-top: 0.5em">Ces phrases ont été retenues par la postérité comme le point d'orgue d'un long discours au cours duquel Robert Emmet fut interrompu à huit reprises par le juge John Toler (1745-1831), premier comte de Norbury, auquel le <span lang="en" xml:lang="en">Courts Service of Ireland</span>, sur son site Web, associe le surnom de <span lang="en" xml:lang="en">The "Hanging Judge"</span>, c'est-à-dire « le juge pendeur ».<div style="margin-top: 0.5em">Le mot <span lang="en" xml:lang="en">dock</span> désigne, en anglais, outre ses significations liées aux activités portuaires, le banc des accusés dans la salle d'audience d'une enceinte de justice.</div><div style="margin-top: 0.5em">L'article Robert Emmet, sur la Wikipédia en anglais, rapporte l'existence d'une version alternative des trois phrases concluant le discours du dock. Selon Charles Phillips, dans son ouvrage <span lang="en" xml:lang="en">Recollections of Curran and Some of His Contemporaries</span>, publié en 1818, la teneur des propos de Robert Emmet aurait été la suivante :</div><div style="margin: 0.5em 0 0.5em 2em"><span lang="en" xml:lang="en">I am here ready to die. I am not allowed to vindicate my character; no man shall dare to vindicate my character; and when I am prevented from vindicating myself, let no man dare to calumniate me. Let my character and my motives repose in obscurity and peace, till other times and other men can do them justice. Then shall my character be vindicated; then may my epitaph be written.</span></div>
en
Wikiquote
Discours du dock

Oskar Freysinger photo
Adolfo Bioy Casares photo

„La vie est difficile. Pour être quitte avec soi-même, on doit dire la vérité. Pour être quitte avec les autres, on doit mentir.“

—  Adolfo Bioy Casares écrivain argentin 1914 - 1999

La vida es difícil. Para estar en paz con uno mismo hay que decir la verdad. Para estar en paz con el prójimo hay que mentir.
es

Yasmina Khadra photo

„Dans le ciel, où tant de romances s’étaient diluées jadis, un croissant de lune se mouche dans un nuage. Par-dessus le muret de la résidence, on peut voir les lumières de Jérusalem, avec ses minarets et le clocher de ses églises qu’écartèle désormais ce rempart sacrilège, misérable et laid, né de l’inconsistance des hommes et de leurs indécrottables vacheries. Et pourtant, malgré l’affront que lui fait le Mur de toutes les discordes, Jérusalem la défigurée ne se laisse pas abattre. Elle est toujours là, blottie entre la clémence de ses plaines et la rigueur du désert de Judée, puisant sa survivance aux sources de ses vocations éternelles auxquelles ni les rois de naguère ni les charlatans d’aujourd’hui n’auront accédé. Bien que cruellement excédée par les abus des uns et le martyre des autres, elle continue de garder la foi – ce soir plus que jamais. On dirait qu’elle se recueille au milieu de ses cierges, qu’elle recouvre toute la portée de ses prophéties maintenant que les hommes se préparent à dormir. Le silence se veut un havre de paix. La brise crisse dans les feuillages, chargée d’encens et de senteurs cosmiques. Il suffirait de prêter l’oreille pour percevoir le pouls des dieux, de tendre la main pour cueillir leur miséricorde, d’une présence d’esprit pour faire corps avec eux.
J’ai beaucoup aimé Jérusalem, adolescent. J’éprouvais le même frisson aussi bien devant le Dôme du Rocher qu’au pied du mur des Lamentations et je ne pouvais demeurer insensible à la quiétude émanant de la basilique du Saint-Sépulcre. Je passais d’un quartier à l’autre comme d’une fable ashkénaze à un conte bédouin, avec un bonheur égal, et je n’avais pas besoin d’être un objecteur de conscience pour retirer ma confiance aux théories des armes et aux prêches virulents. Je n’avais qu’à lever les yeux sur les façades alentour pour m’opposer à tout ce qui pouvait égratigner leur immuable majesté. Aujourd’hui encore, partagée entre un orgasme d’odalisque et sa retenue de sainte, Jérusalem a soif d’ivresse et de soupirants et vit très mal le chahut de ses rejetons, espérant contre vents et marées qu’une éclaircie délivre les mentalités de leur obscur tourment. Tour à tour Olympe et ghetto, égérie et concubine, temple et arène, elle souffre de ne pouvoir inspirer les poètes sans que les passions dégénèrent et, la mort dans l’âme, s’écaille au gré des humeurs comme s’émiettent ses prières dans le blasphème des canons…“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Franklin Delano Roosevelt photo
Daniel Pennac photo
Coluche photo

„Les gardiens de la paix, au lieu de nous la garder ils feraient mieux de nous la foutre!“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Music-hall, L'ancien combattant, La police

François Mitterrand photo
Thomas Mann photo
Gaston Bachelard photo
Wassyl Slipak photo
Aldo Leopold photo
Nicolas Machiavel photo
Joseph Conrad photo
Joseph Joubert photo
William Tecumseh Sherman photo

„Vous ne pouvez qualifier la guerre en termes plus sévères que je ne le ferais. La guerre est cruauté, et vous ne pouvez la raffiner; et ceux qui ont amené la guerre à notre pays méritent toutes les imprécations et les malédictions qu'un peuple puisse verser. Je sais que je ne suis pas responsable de cette guerre, et je sais que je vais faire plus de sacrifices jour après jour qu'aucun d'entre vous pour assurer la paix. Mais vous ne pouvez avoir la paix et un pays divisé. Si les États-Unis acceptent maintenant une division, ça ne s'arrêtera pas, mais ira jusqu'à ce que nous partagions le sort du Mexique, qui est éternellement en guerre. […] Je veux la paix, et pense qu'elle ne peut être atteinte que par l'union et la guerre, et je conduirai toujours cette guerre en vue d'un succès parfait et rapide. Mais, mes chers messieurs, quand la paix viendra, vous pourrez faire appel à moi en toute chose. Alors je partagerai avec vous mon dernier biscuit, et veillerai avec vigilance sur vos foyers et vos familles contre tous les dangers d'où qu'ils viennent.“

—  William Tecumseh Sherman militaire, homme d'affaires, enseignant et écrivain américain 1820 - 1891

You cannot qualify war in harsher terms than I will. War is cruelty, and you cannot refine it; and those who brought war into our country deserve all the curses and maledictions a people can pour out. I know I had no hand in making this war, and I know I will make more sacrifices to-day than any of you to secure peace. But you cannot have peace and a division of our country. If the United States submits to a division now, it will not stop, but will go on until we reap the fate of Mexico, which is eternal war.[...] I want peace, and believe it can only be reached through union and war, and I will ever conduct war with a view to perfect and early success. But, my dear sirs, when peace does come, you may call on me for anything. Then will I share with you the last cracker, and watch with you to shield your homes and families against danger from every quarter.
en

Jean-François Revel photo
Dominique de Villepin photo
Léon Bourgeois photo

„Pas d'harmonie sans l'ordre, pas d'ordre sans la paix, pas de paix sans la liberté, pas de liberté sans la justice.“

—  Léon Bourgeois politicien français 1851 - 1925

Ouvrages, Pour la Société des Nations, 1909

Michel Foucault photo
John Lennon photo

„Imagine qu’il n’y a pas de Paradis / C’est facile si tu essayes / Pas d’enfer en dessous de nous / Au dessus, juste le ciel / Imagine tous les gens / Vivant pour aujourd’hui… Imagine qu’il n’y a pas de pays / Ce n’est pas difficile à faire / Rien pour lequel tuer ou mourir / Et pas de religion non plus / Imagine tous les gens / Vivant la vie en paix… Imagine qu’il n’y a pas de possessions / Je me demande si tu le peux / Nul besoins d’avarice, pas de faim / Dans une confrérie humaine/Imagine tous les gens / Se partageant le monde… Tu pourrais dire que je suis un rêveur / Mais je ne suis pas le seul / J’espère qu’un jour tu nous rejoindras / Et le monde ne sera plus qu’un“

—  John Lennon auteur-compositeur-interprète britannique 1940 - 1980

Imagine there's no heaven / It's easy if you try / No hell below us / Above us only sky / Imagine all the peopleLiving for today... Imagine there's no countries / It isn't hard to do / Nothing to kill or die for / And no religion too / Imagine all the people / Living life in peace... Imagine no possessions / I wonder if you can/No need for greed or hunger / In a brotherhood of man / Imagine all the people / Sharing all the world... You may say i'm a dreamer / But i'm not the only one / I hope some day you'll join us / And the world will be as one
en

Wassyl Slipak photo
John Maynard Keynes photo
Alexandre Najjar photo
Massimo Introvigne photo
Marc Lévy photo
Émile Jalley photo
Louis XVIII photo
Rosa Luxemburg photo