Citations sur la haine

Une collection de citations sur le thème de haine, tout, bien-être, amour.

Meilleures citations sur la haine

John Cowper Powys photo

„Tout le monde le sait, amour et haine sont pile et face.“

—  John Cowper Powys écrivain britannique 1872 - 1963

La Fosse aux chiens, 1952

John Ronald Reuel Tolkien photo

„J'ai dans le sang la haine de lapartheid.“

—  John Ronald Reuel Tolkien écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais (1892-1973) 1892 - 1973

I have the hatred of apartheid in my bones.
en
Citations diverses

Yannick Noah photo

„Il y a un nouveau président, je n'ai pas de haine.“

—  Yannick Noah joueur de tennis et chanteur français 1960

fr

Léon Daudet photo

„S'il y distillait la haine, nous aurions droit chacun à un petit verre.“

—  Léon Daudet écrivain, journaliste et homme politique français 1867 - 1942

Jack Vance photo

„L'odeur de la haine imprégnait l'atmosphère.“

—  Jack Vance, livre Le Wankh

Citations de ses romans, Le Wankh, 1969

Jack Vance photo

„Comment contrôler une telle perversité, une haine aussi monstrueuse?“

—  Jack Vance, livre Le Dirdir

Citations de ses romans, Le Dirdir, 1969

Alphonse Daudet photo

„La haine, c'est la colère des faibles.“

—  Alphonse Daudet, livre Lettres de mon moulin

Lettres de mon moulin, 1866
Variante: La haine, c'est la colère des faibles!

Ludwig van Beethoven photo

„La haine rejaillit sur ceux qui l'ont engendrée.“

—  Ludwig van Beethoven compositeur allemand 1770 - 1827

1814 (citation ?)
Carnets de notes

Serge Gainsbourg photo
Siddhartha Gautama photo

Toutes citations sur la haine

Un total de filtre 169 citations:

Ibn Khaldoun photo
Yasmina Khadra photo

„Pour [mon père], les infortunes ne sont pas une fatalité, mais des incidents de parcours qu’il faut dépasser, quitte à en pâtir dans les minutes qui suivent. Son humilité et son discernement étaient un régal. J’ai tant voulu lui ressembler, jouir de sa frugalité et sa modération! Grâce à lui, alors que je grandissais sur une terre tourmentée depuis la nuit des temps, je refusais de considérer le monde comme une arène. Je voyais bien que les guerres se succédaient aux guerres, les représailles aux représailles, mais je m’interdisais de les cautionner d’une manière ou d’une autre. Je ne croyais pas aux prophéties de la discorde et n’arrivais pas à me faire à l’idée que Dieu puisse inciter ses sujets à se dresser les uns contre les autres et à ramener l’exercice de la foi à une absurde et effroyable question de rapport de forces. Dès lors, je m’étais méfié comme d’une teigne de ce qui me réclame un peu de mon sang pour purifier mon âme. Je ne voulais croire ni aux vallées des larmes ni à celles des ténèbres – il y avait d’autres sites plus séduisants et moins déraisonnables autour de soi. Mon père me disait : « Celui qui te raconte qu’il existe symphonie plus grande que le souffle qui t’anime te ment. Il en veut à ce que tu as de plus beau : la chance de profiter de chaque instant de ta vie. Si tu pars du principe que ton pire ennemi est celui-là même qui tente de semer la haine dans ton cœur, tu auras connu la moitié du bonheur. Le reste, tu n’auras qu’à tendre la main pour le cueillir. Et rappelle-toi ceci : il n’y a rien, absolument rien au-dessus de ta vie… Et ta vie n’est pas au-dessus de celle des autres. »
Je ne l’ai pas oublié.
J’en ai même fait ma principale devise, convaincu que lorsque les hommes auront adhéré à cette logique, ils auront enfin atteint la maturité.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

L’Attentat, 2005

Christopher Hitchens photo
Nelson Mandela photo
Ovide photo
Cette traduction est en attente de révision. Est-ce correct?
Benito Mussolini photo
Octave Gréard photo
Mata Amritanandamayi photo

„Ces jours-ci, pour prévenir les attaques terroristes, des mesures de sécurité strictes sont mises en place dans les aéroports et autres lieux publics. Bien que de telles mesures soient nécessaires pour notre sécurité, elles ne sont pas une solution définitive. En fait, il est une sorte d’explosif le plus destructeur de tous. Aucune machine ne peut le détecter. C’est la haine, la haine et la vengeance qui se trouvent dans l'esprit humain.“

—  Mata Amritanandamayi 1953

These days, to prevent terrorist attacks, strict security measures are implemented in airports and other establishments. While such measures are necessary for our physical safety, they are not a final solution. In fact, there is one explosive in particular that is the most destructive of all. No machine can detect it. It is the hatred, loathing and vengeance found in the human mind.
La Compassion: La seule voie vers la paix (2007)

Robert Darnton photo

„Beaucoup de membres de l'ancienne élite, et même des académiciens comme Condorcet, Bailly, Chamfort et La Harpe ne s'opposèrent pas à la destruction des institutions qui les avaient fait prospérer. Les écrivailleurs se dispersèrent en de multiples directions, soutenant différentes factions au cours des diverses phases du conflit. Quelques-uns, en particulier durant la période girondine et le Directoire, prouvèrent qu'ils ne souhaitaient rien d'autre que de participer à la renaissance du « monde ». Et, au moins dans les années 1789-1791, la Révolution mit à l'ordre du jour beaucoup d'idées qui avaient été propagées par les Hautes Lumières. Mais dans sa phase la plus révolutionnaire la Révolution fut l'expression des passions anti-élitistes de la bohème littéraire. On ne saurait interpréter ces passions simplement comme nées de l'appétit pour les situations ou de la haine des mandarins. Les pamphlétaires jacobins croyaient en leur propagande. Ils voulaient dépouiller en eux le vieil homme et devenir des hommes nouveaux, nouvellement intégrés dans une république vertueuse. En tant que révolutionnaires culturels, ils désiraient détruire l'« aristocratie de l'esprit » afin de créer une République des Lettres égalitaire dans une république égalitaire.“

—  Robert Darnton historien américain 1939

Bohème littéraire et Révolution, 1983, Le monde des libraires clandestins sous l'Ancien Régime

Jonathan Haidt photo

„Si les dieux évoluent (culturellement) pour condamner l'égoïsme et d'autres comportements qui divisent, ils peuvent alors être utilisés pour promouvoir la coopération et la confiance dans le groupe. […] Créer des dieux qui peuvent tout voir et qui détestent les tricheurs et ceux qui ne respectent pas leur engagement est une bonne manière de réduire la tricherie et le bris d'engagement.“

—  Jonathan Haidt, livre The Righteous Mind

en
If the gods evolve (culturally) to condemn selfish and divisive behaviors, they can then be used to promote cooperation and trust within the group. [...] Creating gods who can see everything, and who hate cheaters and oath breakers, turns out to be a good way to reduce cheating and oath breaking.
The Righteous Mind (2012)

Antonin Artaud photo
Robert Darnton photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Aymeric Chauprade photo
Margaret Thatcher photo

„Si vous allez jusqu'au fond des choses […], vous verrez tout ce que cette conclusion implique d'horrible. On sait depuis longtemps que l'énergie nerveuse produite par la pensée, de même que la réaction des émotions glandulaires, est de nature électrique ou para-électrique : c'est de cette énergie que se nourrissent nos mystérieux seigneurs. Ils peuvent, et ils ne s'en privent pas, augmenter le rendement quand bon leur semble en attisant les rivalités, les jalousies, les haines, afin d'exciter les émotions. Chrétiens contre musulmans, Blancs contre Noirs, communistes contre catholiques, tout est bon pour les Vitons, tout sert sans que nous le sachions à nourrir des estomacs que nous ne pouvons imaginer. De même que nous cultivons des plantes qui nous nourrissent, les Vitons nous cultivent. De même que nous labourons, semons et récoltons, ainsi font les Vitons. Nous ne sommes qu'un terrain de chair, où les circonstances imposées par les Vitons viennent creuser leurs sillons; nos maîtres y sèment des sujets de controverse, sur lesquels ils répandent l'engrais des fausses rumeurs, des mensonges délibérés, ils arrosent tout cela avec de la méfiance et de la jalousie, et font lever ainsi de splendides moissons d'énergie émotionnelle. Chaque fois que quelqu'un hurle à la guerre, les Vitons se préparent à festoyer!“

—  Eric Frank Russell écrivain britannique 1905 - 1978

Guerre aux invisibles (Sinister Barrier), 1939

Robert Sheckley photo
Joseph Joubert photo

„Nos haines et nos amours, nos colères et notre douceur, notre force et notre faiblesse, notre paresse et notre activité, la morale a tout cela à diriger.“

—  Joseph Joubert philosophe et essayiste français 1754 - 1824

Tome 1, De la sagesse, de la vertu, de la morale, de la règle et du devoir

Bernard-Henri Lévy photo
Manuel Valls photo
Paul Lafargue photo
Michel Onfray photo
Benoît XVI photo
Voltaire photo
Émile Zola photo
Marquis de Sade photo
Léon Tolstoï photo
Alexandre Dumas photo
René Girard photo
Aimé Césaire photo
Laurent Lafforgue photo
Renée Vivien photo
Émile Zola photo
Jean-Baptiste Bidegain photo
Élisée Reclus photo
Marguerite Yourcenar photo
Renée Vivien photo
Émile Zola photo
Georges Bernanos photo

„La haine qu'on se porte à soi-même est probablement celle entre toutes pour laquelle il n'est pas de pardon.“

—  Georges Bernanos, livre Monsieur Ouine

*, 2017, mai, 12
Monsieur Ouine, dans Œuvres romanesques, Georges Bernanos, Gallimard, 1947, 333, Bibliothèque de la Pléiade
Monsieur Ouine, 1943

Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles photo

„Tout aboutit chez Mme de Lambert à ce conseil suprême : « se donner ses heures, se mettre à part, pratiquer la retraite de l’âme, savoir être en soi. » — Être en soi, c’est jouir de ce que l’on est et de ce que l’on a : il faut des repos pour le bonheur; il suffit de si peu de chose pour troubler notre quiétude : le moindre mal qui puisse nous arriver des ébranlements trop répétés ou des excitations trop vives, c’est de faire échapper ce qu’on tient en attendant ce qu’on désire. — Être en soi, c’est s’appuyer sur sa raison, temporiser avec ses sentiments, haine ou amour, pour arriver à les maîtriser, ne point composer avec ce qui est du train de la volupté, musique, poésie, jeux, spectacles et plaisirs violents, travailler à se craindre et à se respecter, renouveler incessamment ses ressources d’entretien moral et de résistance : « Nous sommes toujours aussi forts contre nous-mêmes et contre les autres que nous voulons l’être. » — Être en soi, c’est n’attendre de la vie que ce qu’elle peut donner […]. « Ma fille, répète sans cesse Mme de Lambert, hors de soi point de bonheur durable… Ne nous croyons assurée contre les disgrâces que lorsque nous sentirons nos plaisirs naître du fond de notre âme… Tout âge est à charge à qui ne porte pas au dedans de soi ce qui peut rendre la vie heureuse… La plupart des hommes ne savent pas vivre dans leur propre société… Le monde n’est qu’une troupe de fugitifs d’eux-mêmes. »“

—  Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles femme de lettres et salonnière française 1647 - 1733

D'autres auteurs la concernant

Jean-Jacques Rousseau photo

„Je sens des extases, des ravissements inexprimables à me fondre pour ainsi dire dans le système des êtres, à m'identifier avec la nature entière. Tant que les hommes furent mes frères, je me faisais des projets de félicité terrestre; ces projets étant toujours relatifs à tout, je ne pouvais être heureux que de la félicité, et jamais l'idée d'un bonheur particulier n'a touché mon cœur que quand j'ai vu mes frères ne chercher le leur que dans ma misère. Alors pour ne les pas haïr il a bien fallu les fuir; alors me réfugiant chez la mère commune j'ai cherché dans ses bras à me soustraire aux atteintes de ses enfants, je suis devenu solitaire, ou, comme ils disent, insociable et misanthrope, parce que la plus sauvage solitude me paraît préférable à la société des méchants, qui ne se nourrit que de trahisons et de haine.“

—  Jean-Jacques Rousseau, livre Les Rêveries du promeneur solitaire

Les Rêveries du promeneur solitaire, 1782
Variante: Je sens des extases, des ravissements inexprimables à me fondre pour ainsi dire dans le système des êtres, à m'identifier avec la nature entière. Tant que les hommes furent mes frères, je me faisais des projets de félicité terrestre; ces projets étant toujours relatifs à tout, je ne pouvais être heureux que de la félicité, et jamais l'idée d'un bonheur particulier n'a touché mon cœur que quand j'ai vu mes frères ne chercher le leur que dans ma misère. Alors pour ne les pas haïr il a bien fallu les fuir; alors me réfugiant chez la mère commune j'ai cherché dans ses bras à me soustraire aux atteintes de ses enfants, je suis devenu solitaire, ou, comme ils disent, insociable et misanthrope, parce que la plus sauvage solitude me paraît préférable à la société des méchants, qui ne se nourrit que de trahisons et de haine.

Giovanni Passannante photo

„Je ne garde pas rancune contre Humbert I, mais j'ai une haine innée contre tous les régnants.“

—  Giovanni Passannante Anarchiste Italien 1849 - 1910

Non nutro rancori contro Umberto I, ma ho un odio innato contro tutti i regnanti.
it

Manuel Valls photo
Jean Venturini photo
Paul Éluard photo
Ernest Renan photo
Nicolas Sarkozy photo

„Il n'y a rien de plus semblable à un antisémite qu'un islamophobe. Tous deux ont le même visage, celui de la bêtise et celui de la haine.“

—  Nicolas Sarkozy 6e président de la cinquième République Française 1955

Antisémitisme et islamophobie

Robert Darnton photo
Thomas Mann photo
Léon Tolstoï photo
Karl Marx photo
Albert Camus photo
Octavio Paz photo
Jean-Jacques Rousseau photo

„La guerre d'Algérie, c'est d'abord un soulèvement contre les égorgeurs et les pillards et une fraternisation totale des Musulmans et des Français contre ce déchainement de haine.“

—  Saïd Boualam député de l'Algérie, vice président de l'Assemblée nationale 1906 - 1982

Mon pays la France, 1963

Etty Hillesum photo
Léon Bloy photo

„On peut être un imbécile et pratiquer tout de même l'imparfait du subjonctif, cela s'est vu. Mais la haine de l'imparfait du subjonctif ne peut exister que dans le cœur d'un imbécile.“

—  Léon Bloy romancier et essayiste français 1846 - 1917

Écrit intime, Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne, 1905

Manuel Valls photo

„Je pense, évidemment, peut-être d’abord, aux habitants de la bande de Gaza, enfermés, qui vivent une situation infernale dans tous les sens du terme. […] Nous sommes responsables d’un long travail à mener collectivement, afin de combattre la haine, les divisions et les préjugés.“

—  Manuel Valls homme politique français 1962

Participation du maire d'Évry à la Journée de la Terre, en partenariat avec l'Association Évry Palestine. Après son discours, Manuel Valls plante un olivier pour la Palestine.
Israël et Palestine

Robert Darnton photo
Joseph Conrad photo
Octave Mirbeau photo
Alain Finkielkraut photo
Robert Darnton photo

„Homme droit comme l'épée qui fut la sienne durant sa belle carrière militaire, il était également un chrétien qui ne transigeait point sur les principes fondamentaux de sa religion. Celle-ci était source de sa générosité sociale, de son humanisme profond sous sa forme la plus élévée : la charité, je veux dire l'amour des hommes. Ces caractéristiques indéniables condamnent à elles seules les imputations que ses adversaires déclarés ou camouflés ont déversées sur lui, par haine, par crainte de sa réussite politique et par jalousie partisane. Il n'empêche qu'il les a dominés parce qu'il était, lui, sans haine; et patriote pur, il avait horreur des procédés d'excitation sociale, conduisant à la guerre civile. Il a été avant tout l'apôtre de la Réconciliation, épithète qu'il ajoutera à l'appellation de son parti. J'ai vu agir le chef et j'ai agi sous son égide; j'ai partagé le pain et le sel à sa table, avec lui, sa femme et ses enfants. Sous ces deux aspects, j'ai pu prendre la mesure de sa stature nationale, civique et morale. […] Lui, que les communistes traitaient de fasciste, professait un farouche dédain pour la tyrannie et l'aventure. […] Il rejetait toutes les doctrines excessives, qu'elles fussent de droite ou de gauche, de la demi-gauche ou de la demi-droite. C'était d'ailleurs une terminologie qui faisait mal à son cœur ouvert à tous les Français. Au fond, la Rocque était ce qu'on pourrait appeler un socialiste chrétien. […] C'est un grand mystère que celui des souffrances et de l'injustice qui frappent les hommes de cette qualité et de cette dimension morale, un des mystères de Dieu qui échappent à notre raison; mais on ne peut éloigner de son esprit cette idée qu'à propos du sort fait à la Rocque, le bras séculier de la France n'a pas écrit une page d'honneur à son actif.“

—  Augustin Ibazizen écrivain français 1897 - 1980

À propos du colonel François de La Rocque, président des Croix-de-feu puis du Parti social français (PSF).
Le testament d'un Berbère: un itinéraire spirituel et politique, 1984

Wassyl Slipak photo
Jean d'Ormesson photo
Augustin d'Hippone photo

„Si nous voulons nous en tenir à la vérité, nous reconnaîtrons que la persécution injuste est celle des impies contre l'Église du Christ, et que la persécution juste est celle de l'Église du Christ contre les impies. Elle est donc bienheureuse de souffrir persécution pour la justice, et ceux-ci sont misérables de souffrir persécution pour l'iniquité. L'Église persécute par l'amour, les autres par la haine; elle veut ramener, les autres veulent détruire; elle veut tirer de l'erreur, et les autres y précipitent. L'Église poursuit ses ennemis et ne les lâche pas jusqu'à ce que le mensonge périsse en eux et que la vérité y triomphe; quant aux donatistes, ils rendent le mal pour le bien; pendant que nous travaillons à leur procurer le salut éternel, ils s'efforcent de nous ôter le salut même temporel; ils ont un si grand goût pour les homicides, qu'ils se tuent eux-mêmes lorsqu'ils ne peuvent tuer les autres. Tandis que la charité de l'Église met tout en œuvre pour les délivrer de cette perdition afin que nul d'entre eux ne périsse, leur fureur cherche à nous tuer pour assouvir leur passion de meurtre, ou à se tuer eux-mêmes, de peur de paraître se dessaisir du droit qu'ils s'arrogent de tuer des hommes.“

—  Augustin d'Hippone philosophe parmis les premiers Chrétien 354 - 430

Si ergo verum dicere vel agnoscere volumus, est persecutio injusta, quam faciunt impii Ecclesiæ Christi; et est justa persecutio, quam faciunt impiis Ecclesiæ Christi. Ista itaque beata est quæ persecutionem patitur propter justitiam (Mt 5, 10.); illi vero miseri qui persecutionem patiuntur propter injustitiam. Proinde ista persequitur diligendo, illi sæviendo; ista ut corrigat, illi ut evertant; ista ut revocet ab errore, illi ut præcipitent in errorem: denique ista persequitur inimicos et comprehendit, donec deficiant in vanitate, ut in veritate proficiant; illi autem retribuentes mala pro bonis (Ps 34, 12.), quia eis consulimus ad æternam salutem, etiam temporalem nobis conantur auferre, sic amantes homicidia, ut in seipsis ea perficiant, quando in aliis perpetrare non possunt. Sicut enim caritas laborat Ecclesiæ sic eos ab illa perditione liberare, ut eorum nemo moriatur; sic eorum laborat furor aut nos occidere, ut suæ crudelitatis pascant libidinem, aut etiam seipsos, ne perdidisse videantur occidendorum hominum potestatem.
la
Citations de saint Augustin, Lettres

Julia Kristeva photo
Gaston Bachelard photo
Mario Vargas Llosa photo
Augustin d'Hippone photo

„(2) La crainte et l'amour, tel est en effet, dans toute sa concision, la différence qui sépare les deux Testaments; la crainte était le partage de l'homme ancien, l'amour est le privilège de l'homme nouveau; et cependant l'un et l'autre sont l'œuvre d'un Dieu infiniment miséricordieux. (…) (3) La charité peut donc s'allier à la vengeance. Nous en voyons la preuve dans un père qui inflige une répression sévère à son fils, quand il le voit s'abandonner à des penchants coupables; plus il l'aime, plus il sent le besoin de le corriger, surtout quand la correction lui laisse espérer des résultats. Mais en voulant le corriger il se garde bien de le tuer : car pour beaucoup la vie présente est du plus haut prix, et souvent même c'est d'elle seule qu'ils attendent la récompense de l'éducation qu'ils veulent donner à leurs enfants. Quant aux parents sages et fidèles qui attendent une autre vie meilleure, ils ne tuent pas non plus leurs enfants en voulant les châtier, parce qu'ils sont persuadés qu'ils peuvent les corriger dans cette vie mais Dieu, qui connaît ce qui convient à chacun, se venge en frappant de mort soit par lui-même, soit par les causes secondes; et si c'est la haine qui l'inspire, il ne les hait pas parce qu'ils sont hommes, mais parce qu'ils sont pécheurs. (…) Quelle preuve plus évidente que Dieu châtie avec amour, non-seulement par des infirmités et des maladies, mais même par la mort temporelle, ceux qu'il ne veut pas condamner avec le monde? (4) (…) Il n'y a donc pas lieu de soutenir la moindre contradiction entre l'Ancien Testament et le précepte que nous impose le Sauveur d'aimer nos ennemis. Tout en nous ordonnant de les aimer, il s'engage lui-même à en tirer vengeance, puisqu'il se représente sous la figure d'un juge qui tout partial et coupable qu'il est, n'ayant aucune crainte de Dieu, aucun respect pour les hommes, se laisse pourtant fléchir par les instances réitérées d'une pauvre veuve qui demande justice contre son persécuteur; à la fin il l'exauce, pour se délivrer de ses prières. S'il en est ainsi dans cette parabole, à combien plus forte raison Dieu, qui est la bienveillance et la justice même, n'affirme-t-il pas qu'il vengera ses élus de la haine de leurs ennemis (Luc, XVIII, 2-8.)?“

—  Augustin d'Hippone philosophe parmis les premiers Chrétien 354 - 430

(2) Nam hæc est brevissima et apertissima differentia duorum Testamentorum, timor et amor: illud ad veterem, hoc ad novum hominem pertinet; utrumque tamen unius Dei misericordissima dispensatione prolatum atque conjunctum. (...) (3) Potest ergo esse dilectio in vindicante. Quod unusquisque in filio suo probat, cum eum in mores pessimos defluentem, severissima cœrcitione constringit, et tanto magis, quanto magis eum diligit, atque hoc modo corrigi posse arbitratur. Non autem occidunt filios quos diligunt homines, quando eos corrigere volunt: quia multi hanc vitam pro magno bono habent, et totum quare volunt educare filios suos, in hac vita sperant. Fideles autem atque sapientes homines, qui credunt esse aliam vitam meliorem, et quanta possunt ex parte noverunt; nec ipsi vindicant occidendo, cum filios suos volunt corrigere, quia in hac vita eos posse corrigi credunt: Deus autem qui novit quid cuique tribuat, vindicat occidendo in quos voluerit, sive per homines, sive occulto rerum ordine; non quia eos odit in quantum homines sunt, sed in quantum peccatores sunt. (...) Ecce manifestum est Deum cum dilectione corrigere, non solum infirmitatibus et ægritudinibus, sed etiam mortibus temporalibus, eos quos non vult damnare cum mundo. (4) (...) et quomodo non sit contrarium quod Dominus nobis in Evangelio præcepit, ut diligamus inimicos nostros: de quibus tamen promittit ipse vindictam, cum de illo iudice similitudinem inducit, qui quotidianas interpellationes viduæ mulieris petentis ut se vindicaret, quamvis esset injustus, nec Deum timens, nec homines reverens, tamen sustinere non potuit, et audivit eam, ne ulterius tædium pateretur: ex cujus comparatione multo magis Deum, qui est benignissimus atque justissimus, dixit vindicare electos suos de inimicis eorum (Cf. Lc 18, 2-8.).
la
Citations de saint Augustin, Contre Adimantus, Manichéen

Jean-Jacques Rousseau photo

„[…] l'humanitarisme, concept vague, mais essentiellement désorganisateur au point de vue national, en ce que, transporté par les propagandistes dans les milieux populaires et jeté dans les cerveaux incultes, il y engendre, en même temps qu'un antimilitarisme aveugle, la haine et le mépris de l'idée de patrie.“

—  Paul Copin-Albancelli journaliste et essayiste français 1851 - 1939

fr
Le terme humanitarisme est pris au sens d'universalisme et non d'aide humanitaire
La Guerre occulte, les sociétés secrètes contre les nations, 1925

Antoine Vitkine photo
Manuel Valls photo
Thomas Mann photo

„Hitler avait une qualité, il simplifiait les sentiments, il suscitait un "non" catégorique, une haine claire et mortelle.“

—  Thomas Mann écrivain allemand 1875 - 1955

français
Tiré de son "Docteur Faustus"
Docteur Faustus

Olympe de Gouges photo
John Irving photo
J. M. Coetzee photo
Yasmina Khadra photo
Jean-Jacques Rousseau photo
Antoine Vitkine photo

„Mein Kampf n'est donc pas seulement le livre du III Reich : c'est un bréviaire de la haine, issu de la face sombre de l'Occident“

—  Antoine Vitkine journaliste français 1977

Mein Kampf, histoire d'un livre, 2013

Elena Botchorichvili photo