„La logique de l'entreprenariat criminel et la vision des parrains sont empreintes d'un ultra-libéralisme radical. Les règles sont dictées et imposées par les affaires, par l'obligation de faire du profit et de vaincre la concurrence.“

fr
À propos de la philosophie mafieuse.
Gomorra : Dans l'empire de la Camorra, 2006, Première partie, La guerre de Secondigliano

Adopté de Wikiquote. Dernière mise à jour 22 mai 2020. L'histoire

Citations similaires

Friedrich Hayek photo
Emil Cioran photo

„Nos conceptions politiques nous sont dictées par notre sentiment ou notre vision du temps.“

—  Emil Cioran philosophe et écrivain roumain, d'expression roumaine initialement, puis française 1911 - 1995

Essai sur la pensée réactionnaire: à propos de Joseph de Maistre

Charles Fourier photo

„Les deux vices radicaux [de l’organisation actuelle du travail] : morcellement industriel et fraude commerciale fardée du nom de libre concurrence.“

—  Charles Fourier philosophe et économiste français 1772 - 1837

Le Nouveau Monde industriel et sociétaire, 1829

Jean Tremblay photo
Mario Vargas Llosa photo
Sébastien Castellion photo
Stefan Zweig photo

„Chercher la vérité et la dire, telle qu'on la pense, n'est jamais criminel. On ne saurait imposer à personne une conviction. Les convictions sont libres.“

—  Stefan Zweig écrivain autrichien 1881 - 1942

Propos de Castellion
Conscience contre violence ou Castellion contre Calvin, 1936

Annie Ernaux photo
Georges Pompidou photo

„Le problème de la concurrence à l'intérieur du marché commun est un problème sérieux, est un problème grave. Seulement, ce que je souhaiterais pour ma part, c'est que ceux qui s'adressent comme vous même, qui s'adressent aux industriels, aux commerçants, à ceux qui dirigent l'économie, au lieu de leur dire que ça va mal et c'est la faute du gouvernement, leur disent : "vous avez pendant 50 ans vécu à l'abri de protections inadmissibles. Pendant 50 ans vous étiez tranquilles, chacun produisait sa petite affaire, sans savoir à quel prix de revient, et la revendait tranquillement avec son petit bénéfice. Il y avait de bonnes frontières douanières, il n'y avait aucune concurrence, et le client français était traité comme un client qui est obligé de payer ce qu'on lui donnait au prix qu'on demandait. Nous vivrons et l'économie française et les industriels et les commerçants français doivent vivre, désormais, dans la préoccupation permanente. Il s'agit de se dire qu'ils sont toujours menacés par la concurrence, qu'il faut toujours qu'ils fassent mieux, qu'il faut toujours qu'ils produisent à meilleur compte, qu'ils vendent la meilleur marchandise à meilleur prix et que c'est ça la loi de la concurrence et la seule raison d'être du libéralisme. Car si ce n'est pas ça, je ne vois pas pourquoi on se livrerait à ce genre de spéculation et pourquoi on prendrait tous ces risques et tous ces dangers. Nous serons donc en risque permanent! Et le gouvernement en est parfaitement conscient. Son rôle est de diminuer ces risques parfois, mais son rôle n'est certainement pas d'inviter les gens à la paresse en leur créant de nouvelles protections.“

—  Georges Pompidou 2e président français de la cinquième République Française 1911 - 1974

Cité à l'occasion de l'émission « rien foutre al pais ». Déclaration faite en novembre 1967 pour justifier la suppression totale des barrière douanières au sein de la CEE.

Shūsui Kōtoku photo
Bernard-Henri Lévy photo
Friedrich Hayek photo
Henning Mankell photo
Jean Rohou photo
Coluche photo

„Le milieu a tué un parrain. C'est bien, mais deux par deux ça irait plus vite.“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Radio, Y'se foutent bien de notre gueule

Avec