Citations sur rêve

Une collection de citations sur le thème de rêve, rêves, pluie, tout.

Un total de filtre 315 citations:

Joseph Kabila photo

„Lentement mais surement la réalité est entrain de ratrapper le rêves“

—  Joseph Kabila président de la République démocratique du Congo depuis 2001 1971

Les discours du Président congolais Kabila

Yasmina Khadra photo
Franz Kafka photo
Michel Largillière photo
Paulo Coelho photo
Paulo Coelho photo
Paul Valéry photo

„La meilleure façon de réaliser ses rêves est de se réveiller.“

—  Paul Valéry écrivain, poète et philosophe français 1871 - 1945

Yasmina Khadra photo
Paul Verlaine photo
Arthur Rimbaud photo

„Ciel! Amour! Liberté! Quel rêve, ô pauvre Folle!
Tu te fondais à lui comme une neige au feu“

—  Arthur Rimbaud poète français 1854 - 1891

Complete Works

Simone Weil photo
Stephen King photo
Robert Desnos photo
Jorge Luis Borges photo
Joseph Kessel photo
Érik Orsenna photo
Roberto Saviano photo
Muhammad Yunus photo
André Maurois photo
Antonin Artaud photo
Robert Desnos photo
Gaspard Proust photo
Gaston Bachelard photo

„Dans la rêverie d'Edgar Poe, pour un rêveur vivant, fidèle à la clairvoyance du rêve, comme Edgar Poe, une des fonctions du végétal est de produire de l'ombre comme la seiche produit de l'encre. A chaque heure de sa vie la forêt doit aider la nuit à noircir le monde.“

—  Gaston Bachelard, livre L'Eau et les Rêves

L'eau et les rêves — Essai sur l'imagination de la matière, Gaston Bachelard, Le Livre de Poche, Biblio Essais, 1993, 1942, 67, IV, II Les eaux profondes — Les eaux dormantes — Les eaux mortes, « L'eau lourde » dans la rêverie d'Edgar Poe, 978-2-253-06100-7
L'Eau et les Rêves, 1942

Aymeric Chauprade photo
Tim Burton photo

„Les films frappent à la porte de nos rêves.“

—  Tim Burton cinéaste américain 1958

De Tim Burton

Ovide photo

„S'il est quelqu'un de notre peuple à qui l'art d'aimer soit inconnu, qu'il lise ce poème, et, instruit par sa lecture, qu'il aime. C'est l'art avec lequel la voile et la rame sont maniées qui permet aux vaisseaux de voguer rapidement, l'art qui permet aux chars de courir légèrement : l'art doit gouverner l'Amour. Automédon excellait à manier un char et les rêves flexibles; Tiphys était le pilote de la poupe hémonienne. Moi, Vénus m'a donné comme maître au jeune Amour; c'est le Tiphys et l'Automédon de l'Amour que l'on me nommera.“

—  Ovide, livre L'Art d'aimer

Siquis in hoc artem populo non nouit amandi,
Hoc legat et lecto carmine doctus amet.
Arte citae ueloque rates remoque mouentur,
Arte levis currus. Arte regendus amor.
Curribus Automedon lentisque erat aptus habenis ;
Tiphys in Haemonia puppe magister erat ;
Me Venus artificem tenero praefecit Amori ;
Tiphys et Automedon dicar Amoris ego.
la
Début du premier livre. Automédon est le cocher d'Achille dans l'Iliade. Tiphys était le pilote du navire Argo, construit en Thessalie (anciennement l'Hémonie), pour la quête de la Toison d'or.
L'Art d'aimer
Source: Note de l'édition citée, p. 2 note 1.

Paul Verlaine photo
Franz Kafka photo
Xavier Forneret photo

„Les beaux rêves sur le Monde sont des étincelles jaillissant sur la glace.“

—  Xavier Forneret écrivain, poète, dramaturge et journaliste français 1809 - 1884

Sans titre (1838)

Robert Desnos photo
François Mitterrand photo
Otto von Bismarck photo

„Ce vieillard couvert de sang, cette bête sauvage qui tuait pour tuer. Un homme sans faiblesse, sans idéal, sans rêve…“

—  Otto von Bismarck homme politique allemand 1815 - 1898

Citation de Georges Clemenceau

Hippolyte Taine photo
Paul Léautaud photo
Gabriele d'Annunzio photo

„À cette heure, édifié par les subtils génies du Feu, un temple nouveau s’élevait là même où, dans le crépuscule, on avait cru voir un neptunien palais d’argent dont l’architecture imitait les torsions des conques marines. C’était, agrandi, un de ces labyrinthes construits sur le fer des landiers, demeures aux cent portes habitées par les présages ambigus; un de ces fragiles châteaux vermeils aux mille fenêtres, où se montrent un moment les princesses salamandres qui rient voluptueusement au poète charmé. Rose comme une lune naissante rayonnait sur la triple loggia la sphère de la Fortune, supportée par les épaules des Atlantes; et ses reflets engendraient un cycle de satellites. Du quai des Esclavons, de la Giudecca, de San Giorgio, avec un crépitement continu, des faisceaux de tiges enflammées convergeaient au zénith et s’y épanouissaient en roses, en lis, en palmes, formant un jardin aérien qui se détruisait et se renouvelait sans cesse par des floraisons de plus en plus riches et étranges. C’était une rapide succession de printemps et d’automnes à travers l’empyrée. Une immense pluie scintillante de pétales et de feuillages tombait des dissolutions célestes et enveloppait toutes choses d’un tremblement d’or. Au loin, vers la lagune, par les déchirures ouvertes dans cet or mobile, on voyait s’avancer une flotte pavoisée : une escadre de galères semblables peut-être à celles qui naviguent dans le rêve du luxurieux dormant son dernier sommeil sur un lit imprégné de parfums mortels. Comme celles-là peut-être, elles avaient des cordages composés avec les chevelures tordues des esclaves capturées dans les villes conquises, ruisselants encore d’une huile suave; comme celles-là, elles avaient leurs cales chargées de myrrhe, de nard, de benjoin, d’éléomiel, de cinnamome, de tous les aromates, et de santal, de cèdre, de térébinthe, de tous les bois odoriférants accumulés en plusieurs couches. Les indescriptibles couleurs des flammes dont elles apparaissaient pavoisées évoquaient les parfums et les épices. Bleues, vertes, glauques, safranées, violacées, de nuances indistinctes, ces flammes semblaient jaillir d’un incendie intérieur et se colorer de volatilisations inconnues. Ainsi sans doute flamboyèrent, dans les antiques fureurs du saccage, les profonds réservoirs d’essences qui servaient à macérer les épouses des princes syriens. Telle maintenant, sur l’eau parsemée des matières en fusion qui gémissaient le long des carènes, la flotte magnifique et perdue s’avançait vers le bassin, lentement, comme si des rêves ivres eussent été ses pilotes et qu’ils l’eussent conduite se consumer en face du Lion stylite, gigantesque bûcher votif dont l’âme de Venise resterait parfumée et stupéfiée pour l’éternité.“

—  Gabriele d'Annunzio, livre Le Feu

Romans, Le Feu, 1900

„Entre rêve et envie, il y a une grosse différence.“

—  Daniel Woodrell écrivain américain 1953

La Mort du petit cœur, 2001

Robert Desnos photo

„Mais le Corsaire Sanglot, la chanteuse de music-hall, Louise Lame, les explorateurs polaires et les fous, réunis par inadvertance dans la plaine aride d’un manuscrit, hisseront en vain du haut des mâts blancs les pavillons noirs annonciateurs de peste s’ils n’ont auparavant, fantômes jaillis de la nuit profonde de l’encrier, abandonné les préoccupations chères à celui qui, de cette nuit liquide et parfaite, ne fit jamais autre chose que des taches à ses doigts, taches propres à l’apposition d’empreintes digitales sur les murs ripolinés du rêve et par là capables d’induire en erreur les séraphins ridicules de la déduction logique persuadés que seul un esprit familier des majestueuses ténèbres a pu laisser une trace tangible de sa nature indécise en s’enfuyant à l’approche d’un danger comme le jour ou le réveil, et loin de penser que le travail du comptable et celui du poète laissent finalement les mêmes stigmates sur le papier et que seul l’œil perspicace des aventuriers de la pensée est capable de faire la différence entre les lignes sans mystère du premier et le grimoire prophétique et, peut-être à son insu, divin du second, car les pestes redoutables ne sont que tempêtes de cœurs entrechoqués et il convient de les affronter avec des ambitions individuelles et un esprit dégagé du stupide espoir de transformer en miroir le papier par une écriture magique et efficace.“

—  Robert Desnos poète français 1900 - 1945

La Liberté ou l'Amour !, 1927

Brian Aldiss photo
Francis Scott Fitzgerald photo
Karl Popper photo
Ernesto Sábato photo
Daniel Pennac photo

„Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi, la société n’est qu’un rêve de prédateur.“

—  Daniel Pennac écrivain français 1944

TheFairy Gunmother by Pennac, Daniel ( Author ) ON Jun-18-1998, Paperback
La Fée carabine, 1987
Variante: Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi, la société n'est qu'un rêve de prédateur.

Léon Bloy photo

„Obtenir enfin le mutisme du Bourgeois, quel rêve!“

—  Léon Bloy romancier et essayiste français 1846 - 1917

Essai, Éxégèse des Lieux Communs, 1902

Mordecai Roshwald photo

„Il est absurde de donner un sens aux rêves.“

—  Mordecai Roshwald écrivain 1921 - 2015

, 1959

Gaston Bachelard photo
René Crevel photo

„Un certain dualisme qu’ils ne parvenaient pas à surmonter, voilà ce qui détourna du surréalisme, non seulement Desnos, mais beaucoup d’autres, parce que, dialectique dans son essence, le surréalisme n’entend sacrifier ni le rêve à l’action, ni l’action au rêve, préférant plutôt nourrir leur synthèse.“

—  René Crevel écrivain et poète français, dadaïste puis surréaliste 1900 - 1935

La Période des sommeils, René Crevel, This Quarter vol. 5, 1, Septembre 1932, 1
Critique, La Période des sommeils, 1932

Xavier Forneret photo

„Si cela signifiait bien quelque chose, ce ne serait point un rêve.“

—  Xavier Forneret, livre Pièce de pièces, Temps perdu

Pièce de pièces, Temps perdu (1840)

Jules Renard photo

„Le rêve, c'est le luxe de la pensée.“

—  Jules Renard écrivain français 1864 - 1910

Journal, 1887-1910

Gaston Bachelard photo
Octave Gréard photo

„Certes Rousseau est de bonne foi quand il répète : « J’étudie ce qui est; c’est mon principe; il me fournit la solution de toutes les difficultés »; mais il n’est pas moins sincère quand, parti de l’observation de la nature, il se laisse entraîner dans le rêve. Il a rêvé toute sa vie pour lui-même comme pour les autres. Dans le premier voyage qu’il fît de Genève à Annecy, il raconte qu’il ne voyait pas un château à droite ou à gauche, sans aller chercher l’aventure qu’il se croyait sûr d’y trouver. Il n’osait ni entrer ni heurter; mais il chantait sous la fenêtre qui avait le plus d’apparence, fort surpris, après s’être époumoné, de ne voir paraître ni dame, ni demoiselle qu’attirai la beauté de sa voix ou le sel de ses chansons. S’il marchait par la campagne, il imaginait « dans les maisons des festins rustiques; dans les prés, de folâtres jeux; le long des eaux, des bains et des promenades; sur les arbres, des fruits délicieux; sous leur ombre, de voluptueux tête-à-tête; sur les montagnes, des cuves de lait et de crème, une oisiveté charmante, la paix, la simplicité, le plaisir d’errer sans savoir où : rien ne frappait ses yeux sans porter à son cœur quelque invention de jouissance. » La première fois qu’il vint à Paris, il se figurait « une ville aussi belle que grande, où l’on ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et d’or. » Lorsqu’il retraçait ces illusions trente ans après, il en souriait; mais elles étaient là encore, dans un repli de son imagination, toutes fraîches, prêtes à renaître; et il n’est point bien sûr qu’il n’en eût pas, tout en se moquant un peu de lui-même, la réminiscence émue. C’est cette puissance d’imagination qui donne tant de vie au cinquième livre de l’Émile.“

—  Octave Gréard pédagogue et universitaire français 1828 - 1904

L'Éducation des femmes par les femmes, 1885, Jean-Jacques Rousseau

J. M. G. Le Clézio photo
Yasmina Khadra photo
Gaston Bachelard photo
Yasmina Khadra photo
Charles Maurras photo
Jorge Luis Borges photo
Michel Pastoureau photo
René Crevel photo
Nicolás Gómez Dávila photo

„La liberté est un rêve d'esclaves.“

—  Nicolás Gómez Dávila 1913 - 1994

Le Réactionnaire authentique

Joyce Carol Oates photo
Jean-Jacques Rousseau photo

„Certes Rousseau est de bonne foi quand il répète : « J’étudie ce qui est; c’est mon principe; il me fournit la solution de toutes les difficultés »; mais il n’est pas moins sincère quand, parti de l’observation de la nature, il se laisse entraîner dans le rêve. Il a rêvé toute sa vie pour lui-même comme pour les autres. Dans le premier voyage qu’il fît de Genève à Annecy, il raconte qu’il ne voyait pas un château à droite ou à gauche, sans aller chercher l’aventure qu’il se croyait sûr d’y trouver. Il n’osait ni entrer ni heurter; mais il chantait sous la fenêtre qui avait le plus d’apparence, fort surpris, après s’être époumoné, de ne voir paraître ni dame, ni demoiselle qu’attirai la beauté de sa voix ou le sel de ses chansons. S’il marchait par la campagne, il imaginait « dans les maisons des festins rustiques; dans les prés, de folâtres jeux; le long des eaux, des bains et des promenades; sur les arbres, des fruits délicieux; sous leur ombre, de voluptueux tête-à-tête; sur les montagnes, des cuves de lait et de crème, une oisiveté charmante, la paix, la simplicité, le plaisir d’errer sans savoir où : rien ne frappait ses yeux sans porter à son cœur quelque invention de jouissance. » La première fois qu’il vint à Paris, il se figurait « une ville aussi belle que grande, où l’on ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et d’or. » Lorsqu’il retraçait ces illusions trente ans après, il en souriait; mais elles étaient là encore, dans un repli de son imagination, toutes fraîches, prêtes à renaître; et il n’est point bien sûr qu’il n’en eût pas, tout en se moquant un peu de lui-même, la réminiscence émue. C’est cette puissance d’imagination qui donne tant de vie au cinquième livre de l’Émile.“

—  Jean-Jacques Rousseau philosophe, compositeur et critique musical genevois 1712 - 1778

Roland Barthes photo
Octavio Paz photo

„J'étais la montagne qui engendre en rêve, la demeure du feu, la marmite primordiale où l'homme cuit pour devenir homme.“

—  Octavio Paz poète, essayiste et diplomate mexicain 1914 - 1998

Poésie, Liberté sur parole, 1929

Andreï Makine photo
Salvador Dalí photo

„Les sanglantes osmoses du rêve et de l’amour occupent entièrement la vie de l’homme.“

—  Salvador Dalí peintre, sculpteur, graveur, scénariste et écrivain catalan 1904 - 1989

Citation suivant directement celle ci-dessus.
Salvador Dalí : rétrospective 1920-1980, 1979

Neil Gaiman photo
John Lennon photo

„Le rêve est terminé / Que puis-je dire?“

—  John Lennon auteur-compositeur-interprète britannique 1940 - 1980

The dream is over / What can I say ?
en

Anaïs Nin photo
Edith Stein photo
Yasmina Khadra photo
Marguerite Yourcenar photo
Alfred Kubin photo
Barry Gifford photo

„Les rêves sont pas plus étranges que la vie réelle.“

—  Barry Gifford, livre Sailor et Lula

Sailor et Lula, 1990

Khalil Gibran photo
Edmond Jabès photo

„Ce n'est pas qu'on veuille être libre, mais on y rêve.“

—  Edmond Jabès, livre Le Livre des questions

Le Livre des questions, 1963

Guy Debord photo

„Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir.“

—  Guy Debord, livre La Société du spectacle

La Société du spectacle, 1967
Variante: Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir. Le spectacle est le gardien de ce sommeil.

„On ne rêve pas en couleurs.“

—  Kenneth Cook réalisateur australien 1929 - 1987

Cinq matins de trop, 1961

Frantz Fanon photo
Georges Rodenbach photo

„Ô Seigneur, donnez-moi mon Rêve quotidien!…“

—  Georges Rodenbach poète et romancier belge 1855 - 1898

Le Règne du silence, 1891

Jean d'Ormesson photo
Léon Blum photo

„Réaliser dans l’âge d’homme les rêves de la jeunesse, c’est ainsi qu’un poète a défini le bonheur.“

—  Léon Blum homme politique français 1872 - 1950

Stendhal et le Beylisme, 1914

Marilyn Monroe photo
Terry Pratchett photo
Octave Mirbeau photo
Zinedine Zidane photo
Gilbert Keith Chesterton photo
Yasmina Khadra photo

„Qui rêve trop oublie de vivre.“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

The Attack
L’Attentat, 2005

Raymond Radiguet photo
Nicolas Hulot photo

„Il faut parfois savoir perdre ses illusions pour garder ses rêves.“

—  Nicolas Hulot journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision, écrivain, écologiste et homme politique français 1955

André Breton photo
Robert Desnos photo

„Une poétique agoraphobie transforme mes nuits en déserts et mes rêves en inquiétude.“

—  Robert Desnos poète français 1900 - 1945

La Liberté ou l'Amour !, 1927

Octave Gréard photo