„L'esprit humain se plaît à ces conceptions grandioses d'êtres surnaturels. Or la mer est précisément leur meilleur véhicule, le seul milieu où ces géants près desquels les animaux terrestres, éléphants ou rhinocéros, ne sont que des nains — puissent se produire et se développer.“

Twenty Thousand Leagues Under the Sea (1870)

Adopté de Wikiquote. Dernière mise à jour 3 janvier 2022. L'histoire

Citations similaires

Jules Verne photo
Ludwig Wittgenstein photo

„Je travaille à peu près assidûment et je souhaite être meilleur et plus intelligent, ce qui est une seule et même chose.“

—  Ludwig Wittgenstein philosophe et logicien autrichien, puis britannique 1889 - 1951

Lettres, rencontres, souvenirs

Ernst Jünger photo
Jean Moulin photo
Honoré de Balzac photo
Frithjof Schuon photo

„Le matérialisme, par la logique des choses, aboutit à l'égalitarisme, donc à ce qui est le plus contraire à la nature humaine. En effet, si nous sommes tous égaux dans la matière, c'est-à-dire dans les besoins matériels et les lois physiques, cela n'a absolument rien à voir avec notre qualité d'hommes; or celle-ci est notre raison d'être, ou en d'autres termes, elle est ce qui seul nous distingue des animaux. Le matérialisme équivaut donc à une réduction de l'homme à l'animal, et même à l'animal le plus inférieur, puisque celui-ci est le plus collectif; cela explique la haine des matérialistes pour tout ce qui est supra-terrestre, transcendant, spirituel, car c'est précisément par le spirituel que l'homme n'est pas animal. Qui renie le spirituel renie l'humain : la distinction légale et morale entre l'homme et l'animal devient alors purement arbitraire, à la façon d'une tyrannie quelconque; c'est dire que l'homme perd, par son abdication, tous ses droits sur la vie des animaux qui, eux, ont les mêmes droits que l'homme, puisqu'ils ont les mêmes besoins matériels; on peut évidemment faire valoir le droit du plus fort, mais alors il n'est plus question d'égalité, et ce droit vaudra aussi pour les hommes entre eux. Enfin, il est encore une chose dont les matérialistes ne tiennent aucun compte, et c'est le fait que l'homme normal souffre d'être dans la chair : la honte qu'il éprouve de son existence physiologique est un indice suffisant du fait qu'il est, dans la matière, un étranger et un exilé; la transfiguration éventuelle de la chair par la beauté humaine ne change rien aux lois humiliantes de l'existence physique.“

—  Frithjof Schuon métaphysicien, théologien et philosophe suisse 1907 - 1998

The Eye of the Heart: Metaphysics, Cosmology, Spiritual Life

Jean Jaurès photo
Herbert George Wells photo
Jonathan Haidt photo

„L'intuition d'abord, puis la raison.
Métaphore centrale
L'esprit est comme un éléphant et son monteur, et le travail de ce dernier est de servir l'éléphant.“

—  Jonathan Haidt, livre The Righteous Mind

en
Intuitions Comes First, Strategic Reasoning Second
Central Metaphor
The mind is divided, like a rider on a elephant, and the rider's job is to serve the elephant.
The Righteous Mind (2012)

Orson Welles photo
Erri De Luca photo
Sigrid Combüchen photo

„Le comportement d'un animal peut être à la fois intime et public, l'être humain en est incapable.“

—  Sigrid Combüchen Femme de lettres suédoise 1942

Byron à la folie, 1988

Michel Houellebecq photo
Konrad Lorenz photo
Friedrich Engels photo
André Breton photo
Frithjof Schuon photo

„Le "vitalisme" philosophique dissimule lui aussi sous les traits d'une logique impeccable une pensée fallacieuse et proprement infra-humaine. Les adorateurs de la "vie", pour lesquels la religion - ou la sagesse - n'est qu'un trouble-fête inintelligible, factice et morbide, oublient avant tout les vérités suivantes : que l'intelligence humaine est capable d'objectiver la vie et de s'y opposer d'une certaine manière, ce qui ne peut pas être dépourvu de sens, toute chose ayant sa raison d'être; que c'est par capacité d'objectivation et d'opposition au subjectif que l'homme est homme, la vie et le plaisir étant communs aussi à toutes les créatures infra-humaines; qu'il n'y a pas de la vie, mais aussi la mort, et qu'il n'y a pas que le plaisir, mais aussi la douleur, ce dont l'homme seul peut se rendre compte a priori; que l'homme doit suivre sa nature comme les animaux suivent la leur, et qu'en la suivant pleinement il est porté à transcender les apparences et à leur donner une signification qui dépasse leur plan mouvant et qui les unit à une même réalité stable et universelle. Car l'homme, c'est l'intelligence, et l'intelligence, c'est le dépassement des formes et la réalisation de l'invisible Essence; qui dit intelligence humaine, dit absoluité et transcendance.

De toutes les créatures terrestres, l'homme seul sait : premièrement, que le plaisir est contingent et éphémère; et deuxièmement, qu'il n'est pas partagé par tous, c'est-à-dire que d'autres ego ne jouissent pas du plaisir de "notre ego", et qu'il y a toujours - quelle que soit notre jouissance - d'autres créatures qui souffrent, et inversement; ce qui prouve que le plaisir n'est pas tout, ni la vie. La religion ou la métaphysique surgissent bien plus profondément de la nature spécifiquement humaine - "nature surnaturelle" précisément dans ses profondeurs - que les caractères que l'homme partage avec l'animal et la plante.

Réfuter l'erreur n'est pas ignorer que son existence est nécessaire; les deux choses se situent sur des plans différents. Nous n'acceptions pas l'erreur, mais nous acceptons son existence, puisqu'"il faut qu'il y ait du scandale"..“

—  Frithjof Schuon, livre La Transfiguration de l’Homme (1995).

The Transfiguration of Man

Louis-Ferdinand Céline photo

Avec