„Pour le colonisé, cette violence représente la praxis absolue. Aussi le militant est-il celui qui travaille. Les questions posées au militant par l'organisation portent la marque de cette vision des choses : "où as-tu travaillé. Avec qui? Qu'as-tu fait?" Le groupe exige que chaque individu réalise un acte irréversible. En Algérie, par exemple, où la presque totalité des hommes qui ont appelé le peuple à la lutte nationale étaient condamnés à mort ou recherchés par la police française, la confiance était proportionnelle au caractère désespéré de chaque cas. Un nouveau militant était sûr quand il ne pouvait plus rentrer dans le système colonial. Ce mécanisme aurait, paraît-il, existé au Kenya chez les Mau-Mau qui exigeaient que chaque membre du groupe frappât la victime. Chacun était donc personnellement responsable de la mort de cette victime. Travailler, c'est travailler à la mort du colon. La violence assumée permet à la fois aux égarés et aux proscrits du groupe de revenir, de retrouver leur place, de réintégrer La violence est ainsi comprise comme la médiation royale. L'homme colonisé se libère dans et par la violence. Cette praxis illumine l'agent parce qu'elle lui indique les moyens et la fin.“

Ecrits contre le colonialisme

Dernière mise à jour 20 novembre 2020. L'histoire

Citations similaires

René Girard photo
Simone de Beauvoir photo
Maria-Antonietta Macciocchi photo
Frantz Fanon photo
Jacques Ellul photo

„Ce n'est point aujourd'hui le temps de la violence mais celui de la conscience de la violence. Que l'histoire ait toujours été le fruit de la violence, qu'il y ait toujours eu contradiction entre un impératif moral et la réalité de la violence, nous le savons bien et nous n'avons rien changé. […] Dans cette « prise de conscience », trois aspects me paraissent importants. (Tout d'abord), on comprend mieux le ridicule de la contradiction entre les efforts démesurés pour sauver un homme et la facilité des violences. D'un côté, on met tout en œuvre pour sauver un alpiniste en danger, de l'autre on torture, on bâtonne, on ne cesse d'user de violence contre [des quantités de gens]. […] Le second aspect, c'est la découverte de la généralisation de la violence : économique et psychologique, elle vient doubler la violence matérielle […] : matraquage publicitaire, propagande, guerre des (multinationales), violence des (automobilistes), terrorisme du professeur ou du prêtre envers leurs auditeurs… la violence est [multiforme]. [Enfin], on peut se justifier dans toute action par l'existence d'une violence précédente. Je jette un cocktail molotov, mais c'est parce que j'ai été victime de la violence du professeur, du père, du patron. […] Ainsi toute violence se trouve légitimée parce qu'elle n'est jamais qu'une contre-violence. […] Nous éprouvons ainsi, en réalité, la tentation, devant l'universalisation de la violence, d'entrer à notre tour dans le jeu. […] Mais alors, immanquablement, le chrétien se demandera : « comment pourrais-je être non-violent? » Et tout aussi immanquablement : « comment pourrais-je être violent? » Où serait donc enfin une attitude morale et spirituelle à la fois juste, pure et vraie?“

—  Jacques Ellul professeur d'histoire du droit, sociologue et théologien protestant français 1912 - 1994

Contre les violents, 1972

Ana Mirallès photo
Frantz Fanon photo
Nicolas Sarkozy photo

„Le travail libère l'individu. […] Le travail est une valeur de libération.“

—  Nicolas Sarkozy 6e président de la cinquième République Française 1955

Travail

Emmanuel Dongala photo
Jean-Bertrand Pontalis photo
Emmanuel Mounier photo
Michel Foucault photo
Emmanuel Todd photo
Jules Michelet photo
Sébastien Castellion photo
Robert Desnos photo
Ian Watson photo

„La mort de chaque individu à son utilité.“

—  Ian Watson auteur de science-fiction britannnique 1943

La Mort en cage, 1981

Hervé Le Bras photo

Avec