„Toute vie est amère parce qu'elle se termine par la mort. La vie est une maladie mortelle, à transmission sexuelle, dont on se guérit un peu chaque jour et qui finit par nous emporter. La vie est un prêt gratuit que nous ne pouvons pas refuser, que nous devons toujours rembourser, qui nous est successivement consenti et retiré, et auquel nous tenons plus qu'à tout. Au moins tant que nous vivons.“

Romans, La Douane de mer

Adopté de Wikiquote. Dernière mise à jour 22 mai 2020. L'histoire
Jean d'Ormesson photo
Jean d'Ormesson55
écrivain, chroniqueur, éditorialiste, acteur et philosophe … 1925 - 2017

Citations similaires

Marguerite Yourcenar photo
Michel Vézina photo
J. M. Coetzee photo
Jean-Marie Le Pen photo
Anatole France photo
Michel Rocard photo
Gaston Bachelard photo
Robert Desnos photo
Marcel Proust photo
Jean-Paul Sartre photo
Michel Houellebecq photo
Jean-Paul Sartre photo

„On meurt toujours trop tôt — ou trop tard. Et cependant la vie est là, terminée […]. Tu n'es rien d'autre que ta vie.“

—  Jean-Paul Sartre, Huis clos

No Exit
Huis clos, 1944
Variante: On meurt toujours trop tôt ― ou trop tard. Et cependant la vie est là, terminée: le trait est tiré, il faut faire la somme. Tu n'es rien d'autre que ta vie.

Jean-Jacques Rousseau photo
Luc Ferry photo
Franz Werfel photo
Paul Valéry photo

„La vie est à peine un peu plus vieux que la mort.“

—  Paul Valéry écrivain, poète et philosophe français 1871 - 1945

Tel quel

„Dans toute vie un peu de pluie doit tomber.“

—  Harry Crews écrivain américain 1935 - 2012

La Malédiction du Gitan, 1974

Marcel Lefebvre photo
Raphaël Aloysius Lafferty photo

„La vie dont nous parlons ne se confond donc pas avec l'objet d'un savoir scientifique, objet dont la connaissance serait réservée à ceux qui sont en possession de ce savoir et qui ont dû l'acquérir. Bien plutôt est-elle ce que tout le monde sait, étant cela même que nous sommes. Mais comment « tout le monde », c'est-à-dire chacun de nous en tant qu'il est un vivant, peut-il savoir ce qu'est la vie, sinon dans la mesure où la vie se sait elle-même et où ce savoir originel de soi constitue son essence propre ? Car la vie se sent et s'éprouve soi-même en sorte qu'il n'y a rien en elle qu'elle n'éprouve ni ne sente. Et cela parce que le fait de se sentir soi-même est justement ce qui fait d'elle la vie. Ainsi tout ce qui porte en soi cette propriété merveilleuse de se sentir soi-même est-il vivant, tandis que tout ce qui s'en trouve dépourvu n'est que de la mort. La pierre, par exemple, ne s'éprouve pas soi-même, on dit que c'est une « chose .»“

—  Michel Henry philosophe français 1922 - 2002

La terre, la mer, les étoiles sont des choses. Les plantes, les arbres, les végétaux en général sont également des choses, à moins qu'on ne fasse apparaître en eux une sensibilité au sens transcendantal, c'est-à-dire cette capacité de s'éprouver soi-même et de se sentir soi-même qui ferait justement d'eux des vivants -- non plus au sens de la biologie mais au sens d'une vie véritable, laquelle est la vie phénoménologique absolue dont l'essence consiste dans le fait même de se sentir ou de s'éprouver soi-même et n'est rien d'autre --, ce que nous appellerons encore une subjectivité.
Livres sur la culture et la barbarie, La Barbarie, 1987

Avec