„Car il y a toujours un abîme au fond de l'abîme.“

fr
Gomorra : Dans l'empire de la Camorra, 2006, Seconde partie, Béton armé

Adopté de Wikiquote. Dernière mise à jour 22 mai 2020. L'histoire
Roberto Saviano photo
Roberto Saviano32
écrivain et journaliste italien 1979

Citations similaires

Friedrich Nietzsche photo
George Sand photo
Nadine Ribault photo
James Joyce photo

„Comme mon cœur battait tandis qu'il revenait vers moi au pas de course à travers le champ! Il courait comme s'il avait dû me porter secours. Et je fus tout contrit; car au fond de moi je l'avais toujours un peu méprisé.“

—  James Joyce romancier, auteur dramatique, poète, critique et professeur irlandais 1882 - 1941

How my heart beat as he came running across the field to me ! He ran as if to bring me aid. And I was penitent ; for in my heart I had always despised him a little.
en
Dublinois, 1914, Une rencontre (An Encounter)

François Schuiten photo
Alexandre Dumas photo

„Il y a des époques fatales où la prière, cet hymne naturel que Dieu a mis au fond du cœur de l’homme, devient suspecte aux yeux des hommes, car la prière est un acte d’espoir ou de reconnaissance.“

—  Alexandre Dumas écrivain et dramaturge français, père de l'écrivain et dramaturge homonyme 1802 - 1870

The Knight of Maison-Rouge

Baltasar Gracián photo

„Le sage a toujours cette consolation qu'il est éternel; car, si son siècle lui est ingrat, les siècles suivants lui font justice.“

—  Baltasar Gracián écrivain et philosophe jésuite espagnol. 1601 - 1658

L'Homme de cour, 1647

Panait Istrati photo
André Gide photo
Titus Burckhardt photo

„La liberté étant partout ce qu'elle est, c'est-à-dire sans contrainte interne, on peut dire que l'homme est libre de se damner, de même qu'il est libre de se jeter dans un abîme, s'il le veut; cependant, dès que l'homme passe à l'action, la liberté devient illusoire dans la mesure où elle va contre la vérité : celui qui se jette volontairement dans un abîme se prive par là même de sa liberté d'agir.
Il en va de même pour l'homme à tendance infernale : il devient l'esclave de son choix, tandis que l'homme à tendance spirituelle s'élève vers une plus grande liberté.
d'autre part, puisque la réalité de l'enfer est faites d'illusion, - car l'éloignement de Dieu ne peut être qu'illusoire -, l'enfer ne saurait exister éternellement à coté de la Béatitude, bien que, selon sa propre vision, sa fin ne puisse pas se concevoir; c'est là l'éternité à rebours des états de damnation. Ce n'est donc pas sans raison que les Soufis insistent sur la relativité de toute chose créée, et affirment que le feu de l'enfer se refroidira après une durée indéfinie; tous les êtres seront finalement résorbés en Dieu.
Quoi qu'en pensent certains philosophes modernes, la liberté et l'arbitraire se contredisent; l'homme est libre de choisir l'absurde, mais il n'est pas libre en tant qu'il le choisit; la liberté (dans ce cas là) et l'acte ne coïncident pas dans la Créature“

—  Titus Burckhardt 1908 - 1984

Introduction to Sufism: The Mystical Dimension of Islam

Éric Pichet photo

„Les idéaux humains sont régies par des idéaux collectifs, et ces derniers sont toujours fondés sur la situation infantile.“

—  Géza Roheim Anthropologue et psychanalyste américano-hongrois 1891 - 1953

Origine et fonction de la culture, 1943

Titus Burckhardt photo

„L’homme sait aujourd’hui que la terre n’est qu’une boule animée d’un mouvement multiforme et vertigineux qui court sur un abîme insondable, attirée et dominée par les forces qu’exercent sur elle d’autres corps célestes, incomparablement plus grands et situés à des distances inimaginables; il sait que la terre où il vit n’est qu’un grain de poussière par rapport au soleil, et que le soleil lui-même n’est qu’un grain au milieu de myriades d’autres astres incandescents; il sait aussi que tout cela bouge. Une simple irrégularité dans cet enchaînement de mouvements sidéraux, l’interférence d’un astre étranger dans le système planétaire, une déviation de la trajectoire normale du soleil, ou tout autre incident cosmique, suffirait pour faire vaciller la terre au cours de sa révolution, pour troubler la succession des saisons, modifier l’atmosphère et détruire l’humanité. L’homme aujourd’hui sait par ailleurs que le moindre atome renferme des forces qui, si elles étaient déchaînées, pourraient provoquer sur terre une conflagration planétaire presque instantanée. Tout cela, l’“infiniment petit” et l’“infiniment grand”, apparaît, du point de vue de la science moderne, comme un mécanisme d’une complexité inimaginable, dont le fonctionnement est dû à des forces aveugles.

Et pourtant, l’homme d’aujourd’hui vit et agit comme si le déroulement normal et habituel des rythmes de la nature lui était garanti. Il ne pense, en effet, ni aux abîmes du monde intersidéral, ni aux forces terribles que renferme chaque corpuscule de matière. Avec des yeux d’enfant, il regarde au-dessus de lui la voûte céleste avec le soleil et les étoiles, mais le souvenir des théories astronomiques l’empêche d’y voir des signes de Dieu. Le ciel a cessé de représenter pour lui la manifestation naturelle de l’esprit qui englobe le monde et l’éclaire. Le savoir universitaire s’est substitué en lui à cette vision “naïve” et profonde des choses. Non qu’il ait maintenant conscience d’un ordre cosmique supérieur, dont l’homme serait aussi partie intégrante. Non. Il se sent comme abandonné, privé d’appui solide face à ces abîmes qui n’ont plus aucune commune mesure avec lui-même. Car rien ne lui rappelle plus désormais que tout l’univers, en définitive, est contenu en lui-même, non pas dans son être individuel, certes, mais dans l’esprit qui est en lui et qui, en même temps, le dépasse, lui et tout l’univers visible.“

—  Titus Burckhardt 1908 - 1984

Science moderne et Sagesse traditionnelle

Madonna photo

„Ils peuvent supplier et m'implorer mais ils ne peuvent pas voir,
Que celui qui a beaucoup d'argent sera toujours mon prince charmant!
Car on vit dans un monde matériel et je suis une fille matérialiste!“

—  Madonna chanteuse américaine 1958

They can beg and they can plead but they can't see the light, that's right!
'Cause the boy with the cold hard cash is always Mister Right!
'Cause we are living in a material world and I am a material girl!
en
Paroles de chansons

Coluche photo

„Bob il dit : on rigole sur Dieu, tout ça… mais Dieu il est pas con… car il sait au fond de lui-même que Jésus crie, et la caravane passe!“

—  Coluche humoriste et comédien français 1944 - 1986

Music-hall, L'ancien combattant, Le blouson noir

Honoré de Balzac photo
Frithjof Schuon photo
Antoine de Saint-Exupéry photo

Avec