„Que tant d'hommages ici bas pour le grand voyage vers là bas“

Édité par Michel_largilliere, Martin Svoboda. Dernière mise à jour 14 juin 2021. L'histoire

Citations similaires

Patrick Timsit photo
Dan Brown photo

„Tout doit être construit du haut vers le bas, sauf la première fois.“

—  Alan Perlis informaticien américain 1922 - 1990

Code
Source: top-down

Lewis Carroll photo

„Plus bas, encore plus bas, toujours plus bas.“

—  Lewis Carroll romancier, essayiste, photographe et mathématicien britannique 1832 - 1898

Yasmina Khadra photo
Jean-Pierre Luminet photo

„Les tendances nouvelles s'exercent de bas en haut; les routines se propagent de haut en bas.“

—  John Naisbitt 1929

Le hasard fait bien les choses : c'est en 1984, année rendue célèbre par Georges Orwell, qu'est traduit Megatrends.
Megatrends ou Les 10 commandements de l'avenir, 1982

„[…] il ne faut pas perdre de vue que si l'archétype a un aspect orienté « vers le bas », vers les processus biologiques — les instincts —, il a aussi « un aspect orienté vers le haut, vers le monde des images et des idées. »“

—  Charles Baudouin psychanalyste et écrivain franco-suisse 1893 - 1963

Jolande Jacobi in Complexe, archétype, symbole, 1961.
L'Œuvre de Jung et la psychologie complexe, 1963, Réalité de l'âme

Kurt Vonnegut photo

„Tout se paie en ce bas monde.“

—  Kurt Vonnegut écrivain américain 1922 - 2007

, 1963

Robert Desnos photo

„Mieux que ses seins ses bas se tiennent.“

—  Robert Desnos poète français 1900 - 1945

Rrose Sélavy, 1922

Robert Ménard photo

„A coup de pied au cul ils te déménageront, le travail est là-bas, et encore là-bas, plus loin et encore plus loin, jusqu'au Nicaragua qu'ils te pousseront, à l'aise puisque ceux des pays comme cela, on les pousse bien au cul à l'aise et qu'ils débarquent ici, pas question de parler […], si tu veux travailler, déménage, alors, si on laisse faire : nous, les cons d'ici, on se laisse pousser à coup de pied au cul jusqu'au Nicaragua, et les cons de là-bas, ils se laissent faire et ils débarquent ici, tandis que le travail, lui, il est toujours ailleurs, et jamais tu ne peux dire : c'est chez moi et ciao“

—  Bernard-Marie Koltès auteur dramatique 1948 - 1989

ce qui fait que moi, quand je quitte un endroit, j'ai toujours l'impression de quitter là où c'était davantage chez moi que là où je vais débarquer, et quand on te pousse au cul de nouveau et que tu pars de nouveau, là où tu vas aller, tu seras encore davantage étranger, et ainsi de suite : tu est toujours plus étranger, tu es de moins en moins chez toi, on te pousse toujours plus loin, que tu ne saches pas où tu vas, et quand tu te retournes, vieux, tu regardes derrière toi, c'est toujours, toujours le désert.
Bernard-Marie Koltes, La Nuit juste avant les forêts, Éditions de minuit, 1977.
La nuit juste avant les forêts (1977)

Gérard de Nerval photo
Cheikh Hamidou Kane photo
Ernest Hemingway photo
André Breton photo
Loïc Decrauze photo
Victor Hugo photo
André Breton photo

Avec