„On ne peut entreprendre de définir l’être sans tomber dans cette absurdité: car on ne peut définir un mot sans commencer par celui-ci, c’est, soit qu’on l’exprime ou qu’on le sous-entende. Donc pour définir l’être, il faudrait dire c’est, et ainsi employer le mot défini dans sa définition.“

Being and Time

Dernière mise à jour 22 mai 2020. L'histoire
Martin Heidegger photo
Martin Heidegger16
philosophe allemand 1889 - 1976

Citations similaires

Imre Kertész photo
Donald Knuth photo

„Je définis Unix comme « 30 définitions différentes des expressions régulières vivant sous le même toit .»“

—  Donald Knuth, Digital Typography

I define UNIX as 30 definitions of regular expressions living under one roof.
en
Digital Typography (1999)

Frithjof Schuon photo
Albert Einstein photo
Ueli Maurer photo
Marine Le Pen photo
Simone de Beauvoir photo
Marguerite Yourcenar photo
Joseph Joubert photo
Marie-George Buffet photo
Victor Hugo photo
Émile Durkheim photo
Vladimir Nabokov photo
Isabelle Stengers photo
Georges Bataille photo
Christiane Rochefort photo

„Il y a un moment où il faut sortir les couteaux.
C’est juste un fait. Purement technique.
Il est hors de question que l’oppresseur aille comprendre de lui-même qu’il opprime, puisque ça ne le fait pas souffrir : mettez-vous à sa place.
Ce n’est pas son chemin.
Le lui expliquer est sans utilité.
L’oppresseur n’entend pas ce que dit son opprimé comme un langage mais comme un bruit. C’est dans la définition de l’oppression.
En particulier les « plaintes » de l’opprimé sont sans effet, car naturelles. Pour l’oppresseur il n’y a pas d’oppression, forcément, mais un fait de nature.
Aussi est-il vain de se poser comme victime : on ne fait par là qu’entériner un fait de nature, que s’inscrire dans le décor planté par l’oppresseur.
L’oppresseur qui fait le louable effort d’écouter (libéral intellectuel) n’entend pas mieux.
Car même lorsque les mots sont communs, les connotations sont radicalement différentes. C’est ainsi que de nombreux mots ont pour l’oppresseur une connotation-jouissance, et pour l’opprimé une connotation-souffrance. Ou : divertissement-corvée. Ou : loisir-travail. Etc. Allez donc causer sur ces bases.
C’est ainsi que la générale réaction de l’oppresseur qui a « écouté » son opprimé est en gros : mais de quoi diable se plaint-il? Tout ça, c’est épatant.
Au niveau de l’explication, c’est tout à fait sans espoir. Quand l’opprimé se rend compte de ça, il sort les couteaux. Là on comprend qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Pas avant.
Le couteau est la seule façon de se définir comme opprimé. La seule communication audible.
Peu importent le caractère, la personnalité, les mobiles actuels de l’opprimé.
C’est le premier pas réel hors du cercle.
C’est nécessaire.“

—  Christiane Rochefort écrivain française 1917 - 1998

René Descartes photo
Victor Hugo photo

„Ce qu’on ne peut dire et ce qu’on ne peut taire, la musique l’exprime.“

—  Victor Hugo, livre William Shakespeare

William Shakespeare (1864)
Source: Hugo's Works: William Shakespeare

Michel Houellebecq photo

Avec