„La raison nous impose des limites bien trop étroites et nous invite à ne vivre que le connu - encore avec bien des restrictions - et dans un cadre connu, comme si nous connaissions la véritable étendue de la vie. De fait, notre vie, jour après jour, dépasse de beaucoup les limites de notre conscience et, sans que nous le sachions, la vie de l'inconscient accompagne notre existence. Plus la raison critique prédomine, plus la vie s'appauvrit; mais plus nous sommes aptes à rendre conscient ce qui est inconscient et ce qui est mythe, plus est grande la quantité de vie que nous intégrons. La surestimation de la raison a ceci de commun avec un pouvoir d'état absolu; sous sa domination, l'individu dépérit. (p. 475)“

Memories, Dreams, Reflections

Carl Gustav Jung photo
Carl Gustav Jung47
Médecin psychiatre suisse qui crée la psychologie analytique 1875 - 1961

Citations similaires

Paul Claudel photo

„Il y a une chose plus triste à perdre que la vie, c’est la raison de vivre, Plus triste que de perdre ses biens, c’est de perdre son espérance.“

—  Paul Claudel, L'Otage

L'Otage
Variante: Il y a une chose plus triste à perdre que la vie, c’est la raison de vivre,
Plus triste que de perdre ses biens, c’est de perdre son espérance.

Ernest Renan photo
Friedrich Nietzsche photo
Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort photo
Aurélien Barrau photo
Azar Nafisi photo
Imre Kertész photo
Albert Einstein photo

„Celui qui ressent sa propre vie et celle des autres comme dénuées de sens est fondamentalement malheureux, puisqu'il n'a aucune raison de vivre.“

—  Albert Einstein, livre Comment je vois le monde

The World As I See It
Comment je vois le monde, 1934 (1958)
Variante: Celui qui ressent sa vie et celle d’autres comme dénuées de sens est fondamentalement malheureux puisqu’il n’a aucune raison de vivre.

Paulo Coelho photo
J. M. G. Le Clézio photo
Friedrich Nietzsche photo

„En admettant que l’on ait compris ce qu’il y a de sacrilège dans un pareil soulèvement contre la vie, tel qu’il est devenu presque sacro-saint dans la morale chrétienne, on aura, par cela même et heureusement, compris autre chose encore : ce qu’il y a d’inutile, de factice, d’absurde, de mensonger dans un pareil soulèvement. Une condamnation de la vie de la part du vivant n’est finalement que le symptôme d’une espèce de vie déterminée : sans qu’on se demande en aucune façon si c’est à tort ou à raison. Il faudrait prendre position en dehors de la vie et la connaître d’autre part tout aussi bien que quelqu’un qui l’a traversée, que plusieurs et même tous ceux qui y ont passé, pour ne pouvoir que toucher au problème de la valeur de la vie : ce sont là des raisons suffisantes pour comprendre que ce problème est en dehors de notre portée. Si nous parlons de la valeur, nous parlons sous l’inspiration, sous l’optique de la vie : la vie elle-même nous force à déterminer des valeurs, la vie elle-même évolue par notre entremise lorsque nous déterminons des valeurs… Il s’ensuit que toute morale contre nature qui considère Dieu comme l’idée contraire, comme la condamnation de la vie, n’est en réalité qu’une évaluation de vie, — de quelle vie? de quelle espèce de vie? Mais j’ai déjà donné ma réponse : de la vie descendante, affaiblie, fatiguée, condamnée. La morale, telle qu’on l’a entendue jusqu’à maintenant — telle qu’elle a été formulée en dernier lieu par Schopenhauer, comme « négation de la volonté de vivre » — cette morale est l’instinct de décadence même, qui se transforme en impératif : elle dit : « va à ta perte! » — elle est le jugement de ceux qui sont déjà jugés…“

—  Friedrich Nietzsche, livre Crépuscule des idoles

Twilight of the Idols

Louis-Ferdinand Céline photo
Michel Houellebecq photo
Amanda Sthers photo

„L'inconscient c'est ce pont entre la réalité et la vie rêvée.“

—  Amanda Sthers auteur dramatique, scénariste, parolière 1978

Les Érections américaines (2013)

Michael Moore photo
André Comte-Sponville photo
Michel Houellebecq photo
Robert Sheckley photo

„Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Etiam egestas wisi a erat. Morbi imperdiet, mauris ac auctor dictum.“